Je n’ai jamais oublié le Canada

0
52
Chronique : Je n’ai jamais oublié le Canada. (Carolina Botelho)

Traduit du portugais avec Google Translate; (automatique; non révisé).

En 1970, j’avais cinq ans et j’habitais à Rio de Janeiro. Je me souviens que c’était un dimanche pluvieux sans plage. Ainsi, il n’y avait pas beaucoup d’options pour de bons programmes. Il semblait que la journée allait être longue, mais dans un sursaut d’excitation, une de mes sœurs aînées a eu une excellente idée. Elle m’a invité à regarder un film pour enfants qui venait de sortir. Comme je n’avais jamais été au cinéma, la proposition m’a fait beaucoup de bruit. Mon cœur battait fort et mon visage était un pur bonheur!

Quiconque est plus ou moins de mon temps, doit se rappeler qu’aller au cinéma était un programme spécial et nous a donné l’opportunité de porter de nouveaux vêtements. Pour cette raison, ma sœur m’a recommandé d’aller avec ma jupe préférée: rouge. Et pour en faire un bon match, j’ai séparé un chemisier, que je venais de recevoir en cadeau: blanc. De cette façon, elle m’a appris que le rouge et le blanc étaient les couleurs du drapeau canadien, qui était exactement l’endroit où le film que nous allions voir se déroulait. À ce moment, avec l’excitation du premier film de ma vie, l’envie de visiter ce pays m’est venue un jour.

En arrivant au cinéma, la taille de l’écran a été ma première surprise. Occupant un mur entier, il m’a montré des images géantes. De plus, les lumières vives et la belle couleur du film contrastaient avec l’obscurité du reste de la pièce. La chose la plus importante, cependant, était que toute cette atmosphère créée était accompagnée d’une invitation à libérer mon imagination.

Le titre du film, par lui-même, était déjà très suggestif pour un petit enfant: “My Enchanted Mountain” ( https://en.wikipedia.org/wiki/My_Side_of_the_Mountain_(film) . Comme ma sœur l’avait indiqué, l’histoire se déroulait au Canada. Un garçon de 12 ans était le personnage principal. Résident de la ville de Toronto , il aimait la nature sauvage. Une belle journée, nourrie par le désir d’être chercheur, Sam décida de partir pour les Appalaches, face à des ours féroces et des tempêtes de neige.

Pour moi, cependant, ce que Sam vivait à l’écran se mélangeait avec mes propres jeux et inventions. L’implication a grandi au point qu’au bout d’un certain temps, je n’étais plus seulement spectateur, mais aussi protagoniste de l’aventure. Qui a marché dans les montagnes, observé les animaux et appris la culture locale n’était plus Sam: c’était moi!

En écrivant cette chronique, je me rends compte de l’importance de ce moment de l’enfance, tout au long de ma vie. C’est parce que, en tant qu’adulte, j’ai étudié la biodiversité, travaillé avec les forêts tropicales et rencontré différentes personnes dans différents endroits au Brésil et dans le monde. Je me rends compte, dans ce processus, que, de différentes manières, les pins minces ont ajouté aux jequitibás feuillus; les féroces ours des montagnes, les singes communicatifs des forêts et les tempêtes de neige froides, les pluies torrentielles des tropiques. Il est tellement évident qu’après si longtemps, je n’ai pas oublié le Canada.

Aujourd’hui, mes cinq ans ont déjà évolué vers plus de cinquante. Ma sœur, qui m’a fait découvrir les enchantements du film, vit à Toronto depuis des décennies. Et ma chance de voyager au Canada est finalement arrivée en 2017. J’ai rassemblé de l’argent, pris des vacances de travail et je suis parti voir l’endroit qui m’avait captivé étant enfant. Vous pouvez donc imaginer que face à un programme aussi spécial, les valises ne manquent pas dans ma valise! Beaucoup moins, de bons souvenirs d’aventures d’enfance.