Comment réussir dans une université canadienne

0
36

Por Alexandra Guerson*

Le mois de septembre marque la fin d’un été baigné de lumière et le début d’une nouvelle année académique. Pour plusieurs immigrants, cela peut constituer le premier contact avec le système canadien d’éducation et une période de grande incertitude. En effet, les insécurités face à la langue et la peur de l’inconnu peuvent mettre un bémol sur l’enthousiasme quant à la première année universitaire. Mais n’ayez crainte! Les universités canadiennes sont faites pour aider les étudiants à réussir. Toutefois, vous pouvez déjà essayer d’éviter les erreurs communes que les étudiants répètent année après année.

Prenons l’exemple de la gestion du temps. Plusieurs professeurs demandent aux étudiants d’effectuer des lectures avant chaque cours. Il est donc nécessaire de prévoir suffisamment de temps pour bien faire les tâches demandées. Shannon McSheffrey, professeure et présidente du département d’histoire à l’Université de Concordia à Montréal souligne qu’une mauvaise gestion du temps est l’une des erreurs les plus communes des étudiants : « Plutôt que de travailler de manière régulière durant le semestre, les étudiants, bien souvent, attendent le jour avant le cours pour faire leur devoir, rendant un travail de basse qualité. » En tant que personne qui a corrigé de nombreux travaux, je peux vous assurer qu’il m’est aisé de repérer qui a fait son travail à la dernière minute.

Une autre erreur commune est de ne pas demander de l’aide lorsqu’on en ressent le besoin. Les bons professeurs tentent d’être le plus précis possible quant à leurs attentes et sont ouverts aux questions. Or, les professeurs sont tenus d’offrir des heures de bureau au moins une fois par semaine afin d’être disponibles pour les étudiants qui auraient besoin d’aide. Malheureusement, plusieurs étudiants ne profitent pas de cette opportunité. En outre, mon superviseur à l’Université de Toronto se plaint toujours de ne pas être capable de convaincre ses étudiants de venir le voir à son bureau. Dana Wessell Lightfoot, une enseignante de l’histoire espagnole à l’Université du Texas et à El Paso souhaiterait que davantage d’étudiants aient le réflexe de venir la voir lorsqu’ils ont des questions ou encore lorsqu’ils vivent quelque chose de difficile dans leur vie personnelle ayant de l’impact sur leur rendement. « Mes étudiants s’excusent de me ‘déranger’ durant mes heures de bureau. Je leur dis toujours que c’est mon travail! Je suis là pour les aider autant que possible », affirme Dana Wessell.

Je dois une grande partie de mon succès en tant qu’étudiante ici au Canada à l’aide et à la générosité de mes professeurs. Ce sont eux qui ont lu les premières versions de mes travaux, m’ont indiqué des erreurs, offert des conseils et permis de corriger ces erreurs avant que je ne soumette la version finale. Développer des compétences en gestion du temps a aussi été essentiel. Cela m’a donné l’opportunité de réviser les grandes lignes et les ébauches de mes travaux avec mes professeurs avant les délais officiels de soumission. J’encourage également mes étudiants à venir chercher mes conseils et mon soutien quand ils ont des questions ou qu’ils ont besoin d’aide.

En résumé, que vous choisissiez de poursuivre les études que vous avez commencées au Brésil ou alors de commencer une nouvelle carrière, rendez-vous service : profitez entièrement du temps dont vous disposez à l’université. Apprenez à connaître vos professeurs, posez des questions, engagez-vous pleinement à découvrir le matériel d’apprentissage et donnez-vous suffisamment de temps pour écrire vos travaux. Montrez que vous avez pris le temps de penser à ce que vous avez appris. La récompense viendra sans aucun doute!

Alexandra Guerson possède un baccalauréat de l’Université de Concordia à Montréal. Elle est présentement en train de terminer un doctorat en histoire à l’Université de Toronto. Dans son temps libre, elle écrit un blogue : http://guerson.wordpress.com

 



 « Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada ».