Entretien avec Ivan Lins : le chanteur brésilien parle du Canada, de la reprise des spectacles et de la musique actuelle

Traduction mécanique par Google Translate (non édité) –

Il est l’une des icônes de la musique populaire brésilienne et se distingue depuis plus de 50 ans en tant que chanteur, compositeur et pianiste, non seulement au Brésil mais dans plusieurs pays. Nous parlons d’Ivan Lins, 77 ans, qui a eu une conversation détendue avec Wave et a parlé avec beaucoup d’emphase et de positionnement sur divers sujets.

L’artiste a déclaré que la reprise des spectacles est lente, principalement en raison de la guerre en Ukraine, qui touche l’Europe et l’Amérique du Nord. Malgré cela, Ivan a fait plusieurs spectacles depuis l’année dernière dans des pays comme l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, la Hollande, le Canada, la Géorgie, le Portugal, et aussi dans de nombreuses villes du Brésil. Et toujours avec beaucoup de succès !

Selon le chanteur, la musique brésilienne a considérablement changé ces dernières années, car sa qualité a chuté. Pour lui, la facilité que procurent les ressources technologiques fait que les nouveaux talents réfléchissent moins, ce qui compromet en quelque sorte la créativité de ces artistes. « La qualité de la musique a profondément chuté, ceci du point de vue de ma génération, qui est celle des années 60, 70, 80 et 90, qui faisait encore de la musique pour la musique elle-même, pour l’histoire de l’art, pour l’histoire de la musique, pour l’harmonie, sans cette ingérence lourde et forte de la technologie. Donc, la musique brésilienne était très divisée entre les nouvelles générations et ceux qui font encore une musique plus acoustique, plus harmonieuse, plus mélodique et avec une littérature dans les paroles un peu plus sophistiquée et riche » – dit-il.

Il dit qu’il réussit à rester actuel pendant plus de 50 ans grâce à l’essence de ses chansons, qui restent les mêmes comme toujours, y compris une bonne mélodie, de bonnes paroles, une bonne harmonie et un arrangement compatible avec le message qui est transmis au public. personnes.

L’expérience de l’artiste avec le Canada a toujours été très positive. En 2022, Ivan se produit au Koerner Hall, à Toronto, et ce moment ne fait que renforcer l’affection qu’il porte au pays et à ses fans, qui l’honorent avec une grande réceptivité. Les autres présentations en terres canadiennes ont eu lieu il y a dix ans, à Vancouver et à Vitória, lieux très prisés par la chanteuse. « Le Canada est enchanteur, incroyable et cette partie du pays est magnifique ! – Le souligne.

Le succès international a commencé dans les années 80 – Carioca Ivan Lins a commencé à voir son talent reconnu internationalement dans les années 80, lorsqu’il est devenu l’un des compositeurs brésiliens les plus enregistrés à l’étranger. Ses chansons ont été interprétées par des artistes de renommée internationale tels qu’Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, George Benson, Michel Legrand, Sting, Diana Krall et son grand ami Quincy Jones. L’artiste continue de composer avec intensité et de donner des concerts lors de tournées à travers le Brésil et tous les continents. Son programme pour avril et mai 2023 est plein de représentations à São Paulo. Voir les informations sur les spectacles à venir sur le site officiel de l’artiste : https://ivanlins.com.br/.

LIRE L’ENTRETIEN AVEC IVAN LINS

WAVE – Vous étiez au Canada en 2022 et vous vous êtes produit à Toronto. Comment s’est passée cette expérience, notamment par rapport à la réceptivité du public ?
IVAN LINS – Le concert avec mon groupe américain était super. Nous avons organisé un spectacle vraiment cool et énergique, ce que je fais quand je tourne en Amérique du Nord. Donc l’accueil a été très bon comme toujours.

WAVE – Quelles sont vos impressions sur le Canada ? Était-ce votre première fois dans le pays ?
IVAN LINS – La première fois que je suis venu au Canada, c’était sur la côte ouest du pays, à Vancouver et à Vitória. J’y ai joué trois concerts il y a une dizaine d’années. Le Canada est enchanteur et étonnant, et cette partie du pays est magnifique ! Cependant, je ne suis jamais allé à Montréal.

WAVE – Vous avez fait beaucoup de spectacles depuis l’année dernière, certains même à l’international comme au Canada, au Portugal et en Belgique. Comment se passe cette reprise après une longue période de pandémie ?
IVAN LINS – La reprise est lente, cette année sera compliquée à cause de la guerre en Ukraine. Cela a donc causé un déséquilibre financier très important en Europe, qui se répercute aussi en Amérique du Nord. J’attends la fin de cette guerre pour que le marché fonctionne à nouveau correctement.

WAVE – Comment voyez-vous la musique brésilienne aujourd’hui, en termes de qualité, de rythmes en évidence et de marché de consommation ? Selon vous, qu’est-ce qui a changé depuis 40 ans ?
IVAN LINS – La musique a changé, et le marché a beaucoup changé, car il est régi par la réalité que nous vivons dans le pays et dans le monde. L’une des choses qui interfère profondément sur le marché est l’avancement de la technologie, car la façon de composer a changé, la façon d’enregistrer et de créer a changé.

Les nouvelles générations sont beaucoup plus interconnectées dans cette technologie, évidemment, cela interfère avec leur créativité. Donc, nous avons une section musicale plus jeune qui est très connectée à la technologie et à Internet, c’est-à-dire un outil que les gens utilisent pour se mettre à jour, mais qui, d’une certaine manière, a annulé le raisonnement et la réflexion. Les gens pensent moins, raisonnent moins et cela interfère avec leur créativité, qui utilise ces mêmes véhicules pour composer, faire de la musique et faire de l’art. Par conséquent, la qualité de la musique a profondément chuté, du point de vue de ma génération, qui est celle des années 60, 70, 80 et 90, qui faisait encore de la musique pour la musique elle-même, pour l’histoire de l’art, pour l’histoire de la musique, pour l’harmonie, pour tous ces outils que l’art et l’esprit humain nous fournissent, mais sans l’ingérence lourde et forte de la technologie.

Ainsi, la musique brésilienne était très partagée entre les nouvelles générations et ceux qui font encore une musique plus acoustique, plus harmonieuse, plus mélodique et avec une littérature un peu plus sophistiquée et riche dans les paroles. Cela est pris en compte dans le marché, car aujourd’hui il n’y a plus d’investissements à long terme ou à moyen terme, car tout est à court terme. Par conséquent, les chansons qui ont vraiment du succès sont aussi très jetables et ne dureront pas éternellement, elles ne resteront pas.

WAVE – Votre musique impeccable attire un public de tous âges. Quel est le secret pour rester à jour et intéressant pour les nouvelles générations également ?
IVAN LINS – Leur essence reste la même que toujours, une bonne mélodie, de bonnes paroles, une bonne harmonie et un arrangement compatible avec le message qui est transmis aux gens.

WAVE – Vous êtes l’un des grands chanteurs intemporels de la musique populaire brésilienne. Croyez-vous que les versions actuelles sont éphémères, c’est-à-dire qu’elles ont la bonne durée pour durer ? Quel est ton opinion?
IVAN LINS – Eh bien, je viens d’une génération qui montre et prouve que la musique intemporelle est celle qui a des qualités mélodiques, harmoniques, rythmiques et littéraires. Et il est prouvé que ce sont ceux qui durent le plus longtemps. Si les nouvelles générations veulent atteindre cette pérennité, elles devront s’informer et puiser auprès de nos générations, il n’y a pas d’autre solution. Et ils devront le mélanger avec les informations modernes qu’ils reçoivent. C’est à ça que sert la créativité, savoir bien mélanger ce que la technologie d’aujourd’hui vous offre avec la solidité de l’histoire culturelle, de ce qui a déjà fait ses preuves. Ainsi, les gens qui ont cette intention dans leur tête, dans leur esprit et dans leurs sentiments, de faire de belles choses, produiront beaucoup mieux et avec beaucoup plus de durabilité, quelle que soit la technologie qu’ils utilisent.

WAVE – Parmi les talents musicaux actuels, lesquels suivez-vous et admirez-vous ?
IVAN LINS – Il y a une génération nombreuse qui arrive, avec de nouvelles informations, différentes de ce que j’avais à mon époque, avec d’autres influences diversifiées, plus modernes. Or, c’est la sensibilité qui prime dans l’art. Je crois en la musique, l’art avec amour et une façon d’exprimer la beauté humaine et de ravir les gens. C’est pourquoi je pense que la musique guérit, sauve et fait des choses dont même Dieu doute. Il y a un compositeur américain à São Paulo qui s’appelle Gustavo Spínola. S’il était apparu à mon époque, il aurait été Chico Buarque, car c’est un grand compositeur et artiste, il chante bien, joue bien, écrit très bien, a beaucoup de goût et a une certaine modernité dans son travail. Ainsi, il est déjà accompagné d’une donnée supplémentaire, qui a été intégrée au contact des nouvelles technologies.

WAVE – Le spectacle « A Gente Derece Ser Feliz » a marqué votre parcours artistique pendant plus de 50 ans. Parlez-nous un peu de ce spectacle. Qu’apporte-t-il de nouveau ?
IVAN LINS – L’émission “A Gente Merece Ser Feliz” a une vision philosophique plus détendue, plus calme, avec des messages beaucoup plus optimistes, dont le titre dit “comment nous méritons d’être heureux”, pour ces temps nouveaux qui arrivent. , qui a renouvelé notre espoir que le Brésil puisse devenir le pays dont nous avons toujours rêvé, car il est très spécial et très différent de tous les autres. Dans l’émission, je continue à montrer mes tubes, qui correspondent à 60% de la présentation, car ils sont la marque de fabrique de mes émissions, puis quelques nouvelles chansons et d’autres moins connues. Il y a même des chansons d’autres compositeurs comme Tom Jobim, Carlos Lira, Caetano, Gil, Chico Buarque, João Bosco, Djavan et ainsi de suite… Ce qui est le plus important dans ce nouveau spectacle, c’est le fait que l’attitude sur scène est déjà une autre, que c’est, c’est un spectacle beaucoup plus ouvert, plus vigoureux et beaucoup plus lumineux.

WAVE – Quels sont vos prochains projets ?
IVAN LINS – Un de mes prochains projets se fait aux États-Unis, en Californie, préparé par un producteur là-bas avec l’Orchestre symphonique de Tbilissi, de Géorgie, en Europe de l’Est. Il y a trois chansons instrumentales, d’autres chantent, il y en a deux inédites, d’autres moins connues. Le disque est très intéressant, très différent des disques que j’ai fait, et sa sortie est prévue à la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. Je commence aussi la pré-production d’un album avec de nouvelles chansons, c’est-à-dire un travail que je n’ai pas fait depuis sept ans, et qui n’a toujours pas de date de sortie. Nous allons continuer avec ce spectacle « A Gente Derece Ser Feliz » au Brésil et nous irons en Europe en juillet, août et peut-être septembre. Le marché y a beaucoup baissé à cause de la guerre, donc cette année a été atypique. Cependant, nous espérons qu’en 2024 les choses s’amélioreront et que cette guerre se terminera afin que nous puissions emmener la merveilleuse musique brésilienne à l’étranger.

Advertisement