Entretien avec Christiano Cochrane. L’hospitalité canadienne

0
428
Christiano Cochrane avec sa mère, la journaliste Marília Gabriela.

Si l’acteur Christiano Cochrane devait choisir une qualité canadienne, il mettrait certainement en valeur l’hospitalité des gens, extrêmement sympathique et toujours prêt à aider. Lui et sa mère, la journaliste Marília Gabriela, étaient ravis de l’éducation et de la gentillesse des gens, lors d’un voyage qu’ils ont fait ensemble dans le pays.

Christiano souligne que les Canadiens sont vraiment à la hauteur du terme «Canadiens amicaux» – Canadiens amicaux. «Ils sont extrêmement accueillants, patients et intéressés par ce que nous avons à dire» – souligne l’acteur, qui est également journaliste et présentateur de télévision.

Marília Gabriela rappelle le style moderne et simple des Canadiens. “Je me souviens avoir été surprise par la gentillesse des gens, avec leur style de vie et leur être modernes, sans avoir besoin de faire sensation” – dit-elle.

Christiano a voyagé deux fois dans le pays, une fois pour le ski et la plus récente avec Marília. Lorsqu’il a voyagé avec sa mère en voiture, les voyages ont commencé à New York et se sont terminés à Montréal et au Québec, les deux se relayant au volant.

Christiano et Marília affirment avoir vécu des moments incroyables dans le pays. «Je me souviens avoir été très heureux de courir avec mon fils au bord de l’eau dans le parc Monte Royal. J’ai aussi apprécié la soirée avec des Canadiens très excités, où nous avons beaucoup dansés. De plus, j’ai adoré visiter Québec, ce charmant site du patrimoine mondial! » – dit le journaliste. Elle dit également qu’elle a l’intention de retourner au pays et qu’elle comprend parfaitement pourquoi le Canada est un objectif important pour les immigrants qui cherchent à obtenir une qualité de vie.

Concernant la vie à la campagne, Christiano Cochrane dit qu’il le verrait pendant les mois les plus doux de l’année, peut-être à Montréal, parce qu’il a aimé la ville.

Suivez l’interview de l’acteur pour le magazine brésilien Wave.

Wave: Quelles villes avez-vous visitées et quelles sont vos impressions à leur sujet?

Christiano Cochrane – J’ai d’abord visité Vancouver et Whistler lors d’un voyage de ski. J’ai ensuite fait un autre voyage avec ma mère à Montréal et au Québec. J’ai tout aimé , mais j’étais moins content de Québec, car je trouvais la ville très calme. Peut-être parce que je suis allé en plein hiver. Whistler est une ville très charmante pour le ski, avec cette face montagneuse, de la bonne neige et une excellente station. Cependant, le froid devient intense quand il y a du vent, et c’est ma seule mise en garde. Vancouver et Montréal sont très cool, avec cette ambiance de grande ville, et aussiles Canadiens qui sont sympathiques.

Wave – Quelle ville avez-vous le plus appréciée?

Christiano Cochrane – Je pense que ma préférée était Montréal. C’est une immense ville, avec une vie culturelle et gastronomique incroyable, avec un look très new-yorkais, mais avec une atmosphère européenne. Les gens s’embrassent sur la joue, dînent plus tard, etc. J’avais l’habitude de courir beaucoup à ce moment-là et d’en profiter, même s’il faisait froid. Se réveiller tôt et courir au bord de la rivière était magnifique.

Wave – À propos de la culture et de la cuisine canadiennes, qu’est-ce qui a le plus retenu votre attention?

Christiano Cochrane – Je me souviens d’une belle église, la basilique Notre-Dame de Montréal, quelque chose d’extraordinaire! Quant à la gastronomie, ils ont une multitude de choses avec le sirop d’érable, que j’adore, mais ce qui m’a impressionné, c’est la qualité des sushis à Vancouver. Je suis allé dans deux restaurants japonais, tous deux relativement simples, et le poisson était incroyable! Des années plus tard, j’ai parlé à d’autres personnes qui sont allées à Vancouver, à beaucoup de gens du divertissement qui passent des mois à y enregistrer, et ils m’ont dit la même chose: «Le sushi est incroyable»! Donc, ce n’était pas seulement mon impression.

Wave – Au Québec, avez-vous remarqué les différences entre les côtés français et anglais?

Christiano Cochrane – Oui, je l’ai réalisé. En réalité, au Québec, je n’ai vu que des gens parler français et sans grand désir ni plaisir de parler anglais avec moi. Je pensais que j’allais voir plus de gens parler français à Montréal, mais je ne voyais presque personne. Comprenez, la plupart parlent anglais et français, mais la langue préférée par la majorité est l’anglais.

Wave – Avec qui avez-vous voyagé? Que pensaient les gens du pays?

Christiano Cochrane – Le premier voyage, Vancouver et Whistler, je l’ai fait avec des amis qui skiaient beaucoup et savaient déjà, donc ce n’était pas nouveau pour eux. Ils m’ont invitées parce qu’ils aiment skier et continuer presque chaque année, juste pour ça. L’autre, pour Montréal et Québec, je l’ai fait avec ma mère. Nous étions dans son appartement à New York et elle a proposé une aventure différente. J’ai loué une voiture et nous sommes allés, juste nous deux, en voiture. Nous avons rencontré des amis à Montréal, nous avons visité des musées, c’était vraiment cool.

Wave – Y a-t-il une particularité que vous avez remarquée et qui vous a rappelé le Brésil?

Christiano Cochrane – Comme je l’ai dit, à Montréal, je me sentais plus à l’aise avec notre façon de parler, plus proche (leur «bulle» est beaucoup plus petite que celle des Américains, par exemple) et ils s’embrassent même sur la joue.

Wave – Voudriez-vous vivre au Canada?

Christiano Cochrane – Je vivrais pendant les mois les plus doux, peut-être à Montréal, parce-que j’ai trouvé tellement cool. Mais en plus d’être habituée au délicieux climat californien, ma femme ne supporte pas les endroits froids et je n’irai nulle part sans elle.

Wave – Que recommandez-vous dans le pays?

Christiano Cochrane – Pour les skieurs, je recommande Whistler, car il y a des pistes pour tous les niveaux et de belles personnes dans les bars et restaurants. Avant ou après avoir escaladé la montagne, arrêtez-vous à Vancouver et mangez de bons sushis dans l’un des nombreux restaurants japonais de la ville.