Entretien avec Eric Willrich, lieutenant-colonel des Forces armées canadiennes

En tant que membres des Snowbirds, nous ne faisons pas que voler des spectacles aériens; nous visitons des écoles, des clubs de jeunes, des musées et de nombreux autres endroits et lieux, ce qui rend les enfants et les adultes enthousiastes pour l'aviation.

0
98
Eric Willrich, Brésilien, lieutenant-colonel des Forces armées canadiennes (Phto: dossier personnel)

Quand Eric Willrich était jeune, il rêvait de contrôler les avions, et il a décidé de donner des ailes à ses rêves: il a travaillé dur, et avec beaucoup de dévouement, d’efforts et peut-être un peu de chance, il a non seulement réalisé son rêve, mais l’a dépassé. Aujourd’hui, à 45 ans, le Brésilo-canadien vient d’être promu commandant du 437e Escadron de transport dans les Forces armées canadiennes.

Le 437e Escadron de transport est composé de 87 membres des Forces armées canadiennes et de 62 techniciens et gestionnaires de L3Harris (maintenance contractuelle). 2020 a été une année chargée pour le 437e Escadron de transport. L’équipage du CC-150 participe à l’opération LASER, la réponse des Forces armées canadiennes (FAC) à une situation de pandémie mondiale, en assurant le transport du personnel médical à différents endroits pour aider les Canadiens en ces temps difficiles.

Entre les missions, Willrich a parlé à Wave de sa vie, de ses rêves et de sa carrière remarquablement intéressante.

Quand Eric Willrich était jeune, il rêvait de contrôler les avions, et il a décidé de donner des ailes à ses rêves: il a travaillé dur, et avec beaucoup de dévouement, d’efforts et peut-être un peu de chance, il a non seulement réalisé son rêve, mais l’a dépassé. Aujourd’hui, à 45 ans, le Brésilo-canadien vient d’être promu commandant du 437e Escadron de transport dans les Forces armées canadiennes.

Le 437e Escadron de transport est composé de 87 membres des Forces armées canadiennes et de 62 techniciens et gestionnaires de L3Harris (maintenance contractuelle). 2020 a été une année chargée pour le 437e Escadron de transport. L’équipage du CC-150 participe à l’opération LASER, la réponse des Forces armées canadiennes (FAC) à une situation de pandémie mondiale, en assurant le transport du personnel médical à différents endroits pour aider les Canadiens en ces temps difficiles.

Entre les missions, Willrich a parlé à Wave de sa vie, de ses rêves et de sa carrière remarquablement intéressante.

Wave – De quelle ville du Rio Grande do Sul êtes-vous originaire?

Eric – La famille de mon père est entièrement originaire de la région de Novo Hamburgo mais je suis né à Pelotas. Je n’y ai pas vécu longtemps et ai passé la plupart de mes années de formation non loin de là, dans la région de Sant’Ana do Livramento, le long de la frontière avec l’Uruguay, également connue sous le nom de «Fronteira da Paz» (frontière de la paix).

Wave – Comment avez-vous commencé votre carrière de pilote?

Eric – Mon père avait l’habitude de dire que j’ai commencé ma carrière de pilote avec un rêve – un rêve qui a commencé sous un siège dans la zone de visualisation supérieure de l’aéroport international Galeão de Rio. Ma première fois dans un avion, c’était quand j’avais deux ans et que nous allions aux États-Unis rendre visite à mes grands-parents (maternel). On m’a dit que je n’apprécierais peut-être pas l’idée de voler ou d’être dans des avions jusqu’à ce que mon père m’emmène dans la zone d’observation où je me suis caché sous un siège en plastique car tout le bruit des jets m’effrayait apparemment. Papa m’a finalement convaincu de sortir de sous le siège pour regarder les merveilleuses machines qui faisaient tout ce bruit. Il a dit que dès qu’il est venu me chercher et que j’ai vu ce qui se passait là-bas, j’ai été hypnotisé et à partir de ce moment-là, j’ai passé le reste de mon enfance à regarder vers le haut en me demandant d’où venait chaque avion que j’avais vu et d’où il allait et rêvait un jour d’être aux commandes de l’un d’eux.

Wave – Pourquoi avez-vous choisi le Canada? Êtes-vous venu avec votre famille?

Eric – Ma mère a choisi le Canada pour nous après le décès de mon père. Nous avions des amis de la famille à Regina qui nous ont proposé de nous aider à nous relever après le décès de mon père. Ce réseau de soutien que nous avions à travers l’église où mon père avait été pasteur, associé à ce que ma mère considérait comme un endroit pour donner à nos enfants une meilleure chance de vivre, nous a fait déménager.

Wave – De quoi aviez-vous besoin pour devenir pilote ici?

Eric – Pour être pilote au Canada, vous avez besoin de deux choses:

1. Beaucoup d’argentpour payer votre propre licence;

2. Une bourse d’études par l’armée où non seulement vous n’avez pas à payer pour apprendre à voler si vous continuez à passer, ils vous font payer . Les secrets pour obtenir ce type de bourse étaient la réussite des examens d’entrée, des bonnes notes (en particulier dans les sciences), le travail bénévole / communautaire, l’implication dans le sport, etc. Ces bourses existent encore aujourd’hui.

Wave – Le processus est-il similaire ou différent au Brésil?

1. L’option d’avoir l’argent pour payer votre formation est une possibilité, mais encore une fois, la formation en vol coûtant ce qu’elle fait, pour la plupart des êtres humains normaux, elle est d’un coût prohibitif.

2. Rejoindre l’armée au Brésil est également extrêmement compétitif avec de nombreux candidats pour très peu de créneaux. Cela dit, avec beaucoup de travail acharné et de dévouement, l’opportunité existe également.

Wave – Y a-t-il d’autres Brésiliens dans la Force aérienne canadienne?

Eric – Je n’en connais pas beaucoup mais il y a une famille avec trois frères et sœurs, originaires d’Esteio (également en RS), dont deux sont dans l’armée de l’air en tant qu’ingénieurs et le plus jeune frère est dans l’armée.

Wave – Le fait que vous veniez d’un autre pays, était-ce un défi ou une entrave?

Eric – Au départ, c’était un obstacle car j’avais besoin d’un numéro d’assurance sociale et d’un tas d’autres documents, y compris la citoyenneté canadienne, afin de demander à être officier dans la Force aérienne. Il m’a fallu beaucoup de temps pour régler tout cela et même une fois que je l’ai fait, il y avait une longue attente jusqu’à ce que le processus de recrutement me parvienne.

Wave – Y a-t-il une différence entre travailler pour une compagnie aérienne et travailler pour l’armée de l’air?

Eric – Certainement. D’après ce que j’ai entendu, la vie des compagnies aériennes est particulièrement bonne lorsque l’économie se porte bien. Vous parcourez le monde tout en amenant les gens à leur destination. Mais une fois les moteurs des avions éteints, leur travail est généralement terminé jusqu’à la prochaine fois qu’ils volent.

Dans l’armée de l’air, nous sommes les officiers d’abord. Nous formons des officiers et apprenons à diriger les gens, à accomplir des tâches complexes et à sortir des sentiers battus avant même de toucher un avion. Ensuite, même une fois que nous avons terminé la formation au pilotage, nous n’arrêtons jamais d’apprendre et d’évoluer en tant qu’aviateurs et officiers professionnels. Ainsi, vous n’êtes pas seulement responsable de l’avion que vous pilotez comme dans une compagnie aérienne, vous êtes également responsable de la direction et du mentorat des camarades d’escadron, des troupes, des mécaniciens, des pilotes subalternes pour vous, et également de votre rôle pour s’assurer que votre escadron fonctionne comme votre commandant et l’armée de l’air le souhaitent.

Wave – Quelle a été votre expérience avec les Snowbirds? Comment est-ce arrivé?

Eric – C’était incroyable – certaines des années les plus mémorables de ma carrière. J’étais pilote instructeur au Centre de formation en vol de l’OTAN, qui se trouve à la même base que les Snowbirds depuis qu’ils ont commencé à voler au début des années 70. Une ouverture est devenue disponible car l’un des gars est parti et un de mes amis qui avait récemment rejoint l’équipe m’a demandé si je serais intéressé à essayer. Tout s’est passé rapidement. J’ai eu une entrevue avec le commandant, une visite de l’escadron et rencontré certains des autres gars. Je n’ai reçu d’appel officiel «vous êtes prêt à partir» que quelques jours plus tard. Une fois que c’était officiel, c’était encore plus rapide. Comme j’avais déjà piloté le jet Tutor auparavant, j’ai pu terminer mon entraînement assez rapidement et prendre la route. Avoir la chance de représenter mon pays d’adoption, celui qui m’a embrassé à mon arrivée et m’a donné l’opportunité de réaliser mes rêves, a été fantastique. En tant que membre des Snowbirds, nous n’avons pas seulement volé à des spectacles aériens; nous avons visité des écoles, des clubs de jeunes, des musées et de nombreux autres lieux, suscitant l’enthousiasme des enfants et des adultes pour l’aviation. Mon objectif était simplement de faire sourire les gens et de se rendre compte que nous n’étions que des gars normaux avec un travail cool tout en accomplissant le but officiel de l’escadron qui est de démontrer les compétences, le professionnalisme et le travail d’équipe de tous les membres des Forces armées canadiennes, lors d’événements partout en Amérique du Nord.

Wave – Vous avez piloté des hélicoptères dans des missions spéciales. Comment était-ce? Y a-t-il eu une situation qui vous a le plus marqué?

Eric – C’était ma première mission après avoir obtenu mon diplôme de pilote. En tant que membre du 430e Escadron à Valcartier, au Québec, j’ai pu faire des missions de réapprovisionnement dans l’Extrême-Arctique, le maintien de la paix dans les Balkans, le transport VIP pour les sommets tenus à travers le Canada ainsi que d’innombrables exercices et missions partout en Amérique du Nord, mais celui qui m’a le plus marqué a été de faire partie de la mission des Nations Unies en Haïti au début des années 2000. Le vol était incroyable car le terrain et le pays sont magnifiques, mais le rôle que nous avons joué pour aider les gens qui avaient vraiment besoin de notre aide était ce qui m’a le plus touché. Nous devons apporter de la nourriture et des fournitures aux endroits qui avaient perdu l’accès routier à cause des inondations et garder cette bouée de sauvetage ouverte. Nous avons procédé à des évacuations médicales de personnes malades et blessées et les avons amenées à des soins d’urgence sans lesquelles, elles n’auraient probablement pas fait cela et d’autres missions similaires, six jours par semaine. Ce que j’attendais le plus avec impatience, ce sont nos jours de congé le dimanche, lorsque beaucoup d’entre nous se sont liés avec les gens de la CIMIC (coopération civile et militaire). Nous recevions des envois de fournitures scolaires, de vêtements, de jouets, etc. du Canada et le dimanche, nous devions les apporter aux écoles, aux orphelinats et aux centres communautaires pour les donner aux personnes dans le besoin. Pouvoir apporter un peu de bonheur, un peu d’espoir, un changement dans la vie quotidienne des enfants que le destin a mis dans des endroits comme Cité Soleil est quelque chose que je n’oublierai jamais.

Wave – Parlez-nous de votre nouveau poste. Que signifie pour vous le transport des membres du gouvernement?

Eric – L’escadron que j’ai eu l’honneur de diriger depuis quelques années est le seul fournisseur de ravitaillement air-air stratégique, de troupes à grande échelle et de transport VIP de notre Force aérienne. Tout le monde que nous transportons est un VIP pour nous – du jeune soldat qui part en mission à l’étranger au premier ministre qui se rend à un sommet du G20 à l’autre bout du monde. Notre travail et notre responsabilité sont de faire en sorte que les personnes confiées à nos soins arrivent en toute sécurité à l’autre bout. Transporter les élus et les dirigeants du gouvernement de notre pays est cool quand on y pense, mais encore une fois, nous faisons tout simplement de notre mieux pour faire le travail de la manière la plus efficace et la plus sûre possible.

Wave – Y a-t-il un protocole différent pour le premier ministre, le gouverneur général et un autre palier de gouvernement?

Eric – Il y en a définitivement. Nos équipages apprennent à connaître les besoins des gens que nous transportons. La reine aime les fleurs dans les toilettes et la gouverneure générale apprécie le bon café fort, par exemple. Nous aimons nous assurer que les personnes que nous transportons vivent une expérience aussi positive que possible et nous faisons toujours de notre mieux pour nous assurer qu’elles arrivent bien nourries, bien reposées et prêtes à se mettre à terre en courant à l’autre bout.

Wave – Avez-vous des histoires sur le travail avec un PM ou un fonctionnaire gouvernemental bien connu?

Eric – J’avais rencontré l’actuelle gouverneure générale Julie Payette lors d’un spectacle aérien il y a plus de dix ans alors qu’elle travaillait pour l’Agence spatiale canadienne. Il y a quelques années, j’ai pu l’emmener faire quelques voyages dans ses nouvelles fonctions. Amoureuse de l’aviation, elle aime passer du temps sur le pont d’envol avec les pilotes. J’ai vraiment aimé discuter avec elle, de ses expériences «de l’époque» lorsqu’elle travaillait comme astronaute. Nous revenions d’une visite qu’elle a faite aux troupes en Lettonie il y a quelques années et quelques CF18 ont effectué une interception d’entraînement sur nous au-dessus du nord du Québec. Un de mes copains était dans l’un des chasseurs et je lui ai dit à la radio que nous avions le gouverneur général et le chef d’état-major de la Défense dans le cockpit. Il pensait que c’était cool, mais je ne pensais pas qu’il me croyait. Alors, j’ai regardé en arrière et leur ai demandé si cela ne les dérangerait pas d’aller à la radio et de dire bonjour à mon copain Simon, et sans hésitation, ils l’ont fait tous les deux. C’était bien et je suis sûr que Simon apporte encore ce jour-là de temps en temps avec ses copains de chasse.

Wave – Y a-t-il des conseils pour quiconque souhaite devenir pilote et même faire partie de l’armée de l’air?

Eric – On dit que si vous n’aimez pas ce que vous faites,et vous ne travaillez jamais un seul jour de votre vie – cela ne pourrait pas se réaliser. Quand j’étais enfant, j’avais un professeur de français qui se fâchait contre moi quand elle me surprenait à rêver par la fenêtre de sa classe. Un jour, alors que je regardais par cette fenêtre en regardant les avions haut dans le ciel et en me demandant ce que ça ferait d’être là-haut en train de voler, elle m’a grondé en disant que je devais faire attention car je ne trouverais jamais un travail où je serais payé. s’asseoir et regarder par la fenêtre. Il y a quelques années, j’étais à peu près à la moitié d’un vol de 10 heures au-dessus du Pacifique. J’ai pris une photo de moi là-haut, à environ 12 km au-dessus de la mer, regardant par la fenêtre la magnifique île de Wake. J’ai envoyé la photo à un ami là où j’ai grandi et je lui ai demandé de la transmettre à Mme Costa. Apparemment, elle s’est souvenue de moi et a eu un bon rire à la carte que je lui ai écrite qui disait «Je suppose que tu avais tort après tout, merci pour la motivation» avec un visage souriant après .

Tout cela pour dire, suivez vos rêves. Je crois sincèrement qu’il n’y a rien qu’un travail acharné, du dévouement, des efforts et peut-être un peu de chance vous apporteront.