L’immobilier au Canada, acheter ou ne pas acheter. Telle est la question!

0
718
Andreia Brazil

J’ai toujours cru qu’acheter un immeuble est l’un des plus grands investissements que l’on peut faire dans sa vie! Peu importe si l’économie est en crise ou si elle est stable, selon moi, faire l’acquisition d’un immeuble ici ou ailleurs dans le monde est toujours une option favorable.

Pour cette édition, on m’a demandé de vous offrir, chers lecteurs, quelques conseils sur l’acquisition d’un bien immobilier ici au Canada. J’ai donc décidé de vous présenter quelques indications que je suis au pied de la lettre.

Voici donc mes meilleures astuces pour les immigrants qui rêvent d’avoir leur propre maison au Canada mais qui ont peur de ce qui pourrait arriver sur le marché immobilier en 2018.

 Premièrement, les astuces de base:

Astuce #1 – Contractez un courtier hypothécaire (mortgage broker) pour vous aider à trouver un bon financement. C’est très important de comprendre le contrat offert par la banque; il s’agit donc d’une aide précieuse dont vous ne devriez pas vous passer!

Astuce #2 – L’acquisition de connaissances donne du pouvoir. Trouvez les informations nécessaires quant à ce qu’il vous faut pour vous qualifier afin d’obtenir un financement. Un courtier hypothécaire peut le faire pour vous afin de vous assurer d’être éligible pour les meilleurs produits disponibles sur le marché.

Astuce #3 – Si vous pensez acheter un immeuble ici au Canada pour le vendre dans un ou deux ans dans l’intention de faire de l’argent rapidement, gare à vous! Le ‘Successful Flipping’, ça n’arrive qu’à la télévision !

Astuce #4 – Arrêtez de payer un loyer. Si vous payez un loyer et que vous travaillez à temps plein pour gagner un salaire d’environ 50 000 $ par année, vous avez un certain crédit établi et 5% de mise de fonds. Or, vous pouvez acheter un immeuble d’une valeur d’environ 300 000 $. Ce n’est peut-être pas possible à Toronto ou à Vancouver, mais c’est une réalité envisageable dans d’autres zones géographiques. Cet immeuble ne répondra peut-être pas à tous vos besoins mais il sera sans doute une porte d’entrée vers une meilleure situation de logement. Avec le cours du temps, il prendra de la valeur et vous aurez une mise de fonds plus grande pour votre maison idéale. Tout est une question de planification et de priorité.

Pour ceux et celles qui ont lu l’astuce #4 et pensent encore que c’est de la folie, peut-être changerez-vous d’avis en lisant la prochaine astuce.

Astuce #5 – Si vous achetez un immeuble aujourd’hui et que le prix baisse dans les prochains mois, vous pouvez être assuré que le prix augmentera de nouveau. Le marché immobilier en Amérique du Nord présente un phénomène d’inflation considérable des prix à chaque 9 ou 10 ans. Tout le monde prend alors peur, certaines personnes font beaucoup d’argent alors que d’autres perdent l’opportunité d’acheter un immeuble, l’économie devient le centre d’attention dans les médias et l’idée s’installe que le marché immobilier est une bulle de savon et que si elle explose les prix des immeubles baisseront drastiquement. En effet, le Canada a vu ce phénomène se reproduire à quelques reprises et cela continuera dans les prochains 10, 20, 30, 40… ans à venir. En vérité, ce phénomène a lieu dans plusieurs endroits dans le monde. Avec les années, la devise perd de sa valeur et ce qui paraissait ridiculement cher avant devient une bonne affaire plus tard. Tout est une question de perspective.

Astuce #6 – Faites une recherche quant à la valeur de marché des immeubles qui ont été vendus il y a 40, 30, 20, 10 ans. Vous verrez que ceux qui ont acheté un immeuble il y a 30, 20, 10, 2 ans ont fait un investissement lucratif. Selon cette logique, je crois que tous ceux qui ont acheté un bien immobilier aujourd’hui ou qui le feront demain feront sans aucun doute une bonne affaire!

Andreia Brazil est une courtière hypothécaire diplômée et qualifiée pour travailler partout au Canada. https://andreiabrazil.ca – Facebook Andreia Brazil Mortgage Broker




 « Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada ».