Mes enfants ne parlent plus portugais. Qu’est-ce que je fais maintenant?

Les familles brésiliennes recherchent des initiatives pour valoriser leur langue maternelle afin d'éviter une perte pour les générations futures

Traduit par Rosemary Baptista

Tout commence par un mot anglais dans le vocabulaire de l’enfant. Le père ou la mère brésilien écoute fièrement, après tout, beaucoup d’entre eux ont eu du mal à apprendre la nouvelle langue après avoir déménagé au Canada. Au fil du temps, les phrases se mélangent de plus en plus jusqu’à ce que le portugais quitte la scène et que la langue anglaise domine une fois pour toutes la communication. A ce moment-là, la peur surgit : est-ce un chemin sans retour ?

Imagem ilustrativa | Dreamstime.com

Selon l’étude “Les Résultats de l’enquête sur les Langues du Patrimoine National : implications pour l’enseignement, la conception des programmes et le développement professionnel (Carreira, M & Kagan, O), une fois commencée l’immersion scolaire dans la langue principale du nouveau pays, on observe une tendance à diminuer l’usage de la langue d’héritage héritée.

Francine Martins l’a ressenti de près avec son fils Nicolas, 9 ans, né à Vancouver (BC). Parce que son père et sa mère sont brésiliens, Nicolas parlait portugais quand il était petit. Cependant, aujourd’hui, il n’utilise plus sa langue d’origine. “En 2017, nous avons déménagé à Prince George, en Colombie-Britannique, où je ne connaissais pas d’autres Brésiliens. Depuis, je me suis séparé et aujourd’hui, le père de Nico et moi entretenons des relations avec des Canadiens. Grâce à cela, l’anglais est devenu encore plus important”, dit-elle.

Avant de déménager, le garçon a fréquenté le Curumim Workshop, une organisation à but non lucratif de Vancouver, qui encourage l’utilisation de la langue portugaise et valorise le contact avec la culture brésilienne. “Un ami m’a parlé de ce projet. Le dimanche, Nico participait à des activités impliquant des jeux, des histoires, de la musique, des arts et des jeux avec des éléments des traditions de notre pays. Là-bas, il a également socialisé et gardé le contact avec d’autres enfants d’origine brésilienne”, dit-elle.

Oficina Curumim est issue de parents brésiliens qui cherchaient à valoriser leur culture et leur langue d’origine.

Ce n’est qu’à la fin de 2022 que Francine a pu nouer des liens avec la communauté brésilienne de sa nouvelle ville, Prince George. Pour aider son fils, elle n’a pas hésité à s’adresser à un père lusophone dont l’enfant fréquentait la même école que celle de Nicolas. Au cours de notre conversation, j’ai appris qu’il y avait un nombre croissant de Brésiliens à Prince George et je suis devenu membre de ce groupe, les rencontrant autant que possible. “Je voulais vraiment que Nico ait d’autres enfants à qui parler en portugais, car je sais qu’il essaie de communiquer lorsqu’il est seul avec des lusophones”, explique Francine.

L’histoire de Francine se réplique parmi les Brésiliens vivant dans d’autres pays. L’Atelier Curumim lui-même est né en 2012, lorsque certaines familles se sont réunies avec l’intention de réaliser des activités éducatives en portugais avec leurs enfants. Aujourd’hui, dix ans après sa création, elle accueille plus d’une centaine d’enfants de 6 mois à 12 ans. Les réunions ont lieu une fois par semaine et les groupes sont répartis en trois classes, selon la tranche d’âge. L’équipe pédagogique est composée de sept enseignants et de 11 assistants de classe bénévoles. Les dépenses sont couvertes par les frais mensuels payés par les participants.

Simone Quessada de Faria Santos est la coordinatrice pédagogique de l’initiative depuis le début, lorsqu’elle est arrivée au Canada avec sa famille. Pédagogue et psychopédagogue avec une formation en langue portugaise du patrimoine et en bilinguisme, elle dit que l’Atelier fait découvrir aux enfants “notre culture, nos racines et notre ascendance”. “L’importance accordée à ceux qui nous sollicitent est de préserver leur langue maternelle et leurs origines et d’être fiers de leur brésilianité, en plus d’apporter un sentiment de communauté en cultivant des liens avec d’autres Brésiliens”, dit-il.

Il est possible d’identifier des propositions similaires à l’atelier Curumin dans différentes provinces du Canada, comme Português Lúdico, à Toronto (ON), et Projeto Lápis de Cor, à Edmonton (AL). Il y a aussi des professeurs qui travaillent avec des cours privés en présentiel et virtuels, comme c’est le cas de la pédagogue et psychologue pédagogique Marina Tiso, qui vit à Vancouver.

Marina dit que la participation de la famille est essentielle au maintien de la langue

Marina dá aulas de português como língua materna ou de herança para crianças de diversos países

La professeure Marina a déménagé avec sa famille au Canada en 2018 et a actuellement des étudiants dans plusieurs pays. En plus d’offrir des cours particuliers, elle a développé des projets pour les connecter grâce au langage. “Une initiative que je propose est le Club de lecture, dans lequel nous, nous réunissons virtuellement une fois par semaine pour lire ensemble et faire des activités liées à cette lecture. Je choisis des copies d’auteurs et d’illustrateurs brésiliens, pour que les éléments culturels soient présents.”

Parmi les familles qui cherchent Marina, il y a un peu de tout : depuis les enfants qui parlent portugais, mais pensent qu’ils ne savent pas lire, jusqu’à ceux qui ne communiquent plus dans la langue d’origine. Le pédagogue affirme que l’alphabétisation est un processus unique, donc quiconque sait lire et écrire en anglais pourra faire de même en portugais, en adaptant simplement les problèmes grammaticaux. Pour cela, elle souligne cependant qu’il est important de disposer d’un vocabulaire et d’un répertoire dans la langue. “Une élève a dit le premier jour qu’elle ne savait pas lire en portugais et en cinquième classe, elle a dit qu’elle préférait lire des livres brésiliens”, illustre-t-elle.

Les cours de Marina sont adaptés aux exigences de chaque enfant, qu’elles soient liées à l’expression orale, écrite ou lecture. Mais avec toutes les familles, elle souligne l’importance de continuer à travailler à la maison. “Je dis que je ne fais que donner l’impulsion, mais la famille doit être déterminée à faire sa part de manière systématique. Il ne suffit pas de parler portugais avec les enfants.”

Pour Silvia, le portugais est la langue à travers laquelle elle exprime ses émotions

Les raisons pour lesquelles beaucoup cherchent des moyens d’encourager la préservation du portugais avec leurs enfants incluent le maintien des liens avec les membres de la famille au Brésil, la valorisation du bilinguisme comme un différentiel pour le développement de l’enfant et pour de futures opportunités professionnelles, et l’importance accordée à la culture brésilienne.

Silvia Macedo a fait partie du conseil d’administration d’Oficina Curumim entre 2015 et 2017 et c’est elle qui lui a présenté Francine. Avec deux fils, Liam et Klaus, âgés respectivement de 13 et 10 ans, elle ajoute un aspect important à cette liste : “Le portugais est ma langue émotionnelle. Je ne pourrais pas exprimer mes émotions avec mes enfants en anglais comme je les exprime en portugais, et je ne voudrais pas le faire. Je veux qu’ils connaissent suffisamment ma langue pour comprendre ces nuances, qui sont les émotions véhiculées par les mots.”

Marina partage les réflexions de Silvia sur le caractère émotionnel de ce processus d’apprentissage. “Ce n’est pas seulement une question de traduction. Il s’agit de comprendre sa propre hérédité. Un jour, un groupe d’étudiants a défini le portugais comme la langue “gênante”. En fait, ce devrait être le langage de l’affection, qui exprime notre culture, nos particularités et nos émotions. Il est donc important de l’inclure dans la routine quotidienne et dans les activités qui l’évoquent, comme raconter des histoires d’enfance, dans un moment de lecture affectueuse, etc.”, explique l’enseignant.

Graziela a insisté pour garantir une place à sa fille dans une garderie gérée par un autre Brésilien

Adelaine (direita) administra um daycare bilíngue em que atende Alice e sua própria filha Rivkah (Foto: arquivo pessoal)

Avec deux filles – Luiza, 11 ans, et Alice, 2 ans – Graziela et son mari Thiago ont déménagé à Prince George en 2022. Elle dit qu’avant de partir, elle a consulté de nombreux blogs, sites Web et profils de réseaux sociaux d’autres Brésiliens. au Canada. “Lors de ces recherches, j’ai trouvé Adelaine, une Brésilienne qui s’apprêtait à ouvrir une garderie. Je pensais que c’était parfait pour nous, parce que je voulais qu’Alice se sente comprise et que l’adaptation, avec l’immersion dans la nouvelle langue, ne soit pas traumatisante”, dit-elle. Dans sa garderie, Adelaine Gazzano s’occupe d’Alice et d’un enfant canadien, ainsi que de sa propre fille, Rivkah, 2 ans. “Lorsque nous avons parlé sur les réseaux sociaux, j’ai donné à Graziela la possibilité de mélanger l’anglais et le portugais dans sa routine. Par exemple, lorsque nous travaillons les couleurs avec les enfants, nous faisons des activités impliquant les deux langues. J’ai aussi des livres disponibles dans les deux langues pour lire avec eux”, explique-t-elle.

Luiza, la fille aînée de Graziela, fréquente l’école publique et est en sixième année. “Quand nous sommes arrivés, elle parlait très peu anglais et était également mortifiée. Donc, à la maison, nous essayons de préserver le portugais, pour que les deux se sentent toujours à l’aise pour s’exprimer avec nous”, dit-elle.

Parmi les familles et les spécialistes impliqués dans le développement et le maintien du portugais comme langue maternelle et patrimoniale, tous soulignent que l’apprentissage va au-delà de la langue, avec la construction de l’identité comme élément central. “Nous travaillons pour que cet apprentissage se déroule de manière à fournir une mémoire affective et positive par rapport au portugais, en plus d’apporter la notion d’appartenance aux origins”, explique Simone. “Je veux que mes filles connaissent notre histoire, notre peuple, notre culture et nos racines. Après tout, cela fait partie de ce qu’ils sont en tant que Brésiliens”, conclut Graziela.

Conseils pour aider les enfants à développer le portugais à la maison

• Soyez engagé dans la tâche. La famille doit prendre la décision d’agir activement pour pratiquer la langue, avec des routines établies et des activités intentionnelles;

• Lire des livres en portugais avec les enfants. Avoir de préférence une collection à la maison;

• Avoir combiné des routines pour l’inclusion du portugais, telles que : faire des activités d’écriture en portugais – par exemple, écrire des lettres à envoyer aux membres de la famille au Brésil –, toujours lire un livre ou une bande dessinée brésilienne avant de s’endormir, etc.;

• En cas de parents brésiliens, parlez toujours portugais à la maison;

• Faire passer la langue à travers un univers affectif. Cela inclut la sauvegarde des histoires de l’enfance au Brésil, des éléments particuliers de notre culture – comme le folklore –, l’enseignement de jeux brésiliens et la traduction de chansons dans la langue et le chant en accompagnement;

• Démontrez de l’affection et de la fierté dans votre langue maternelle. Cela éveille chez l’enfant le désir de développer le portugais;

• Apprenez à connaître le matériel préparé avec le soutien du Consulat Général du Brésil à Miami, qui traite de la manière de maintenir et de développer le portugais en tant que langue patrimoniale. Il propose également une liste de mythes liés au bilinguisme et des suggestions pour ceux qui vivent en dehors du Brésil.

Advertisement