Entrevue avec Rodrigo Massa : Un Brésilien qui brille aux heures de grande écoute au Canada

Por Christian Pedersen et Eric Major
Traduction mécanique par Google Translate (non édité) –


Rodrigo à la conquête du monde – Crédit : Archives personnelles

Je vis au Canada depuis 2002 et, depuis, je n’ai jamais vu un personnage brésilien dans une série télé par ici. Cela a changé récemment lorsque The Spencer Sisters a été diffusé en première sur CTV, le plus grand réseau de télévision privé au Canada, à la fin janvier.

The Spencer Sisters met en vedette Lea Thompson et Stacey Farber dans le rôle de Victoria et Darby Spencer, un duo mère-fille qui enquête sur des crimes dans leur ville natale d’Alder Bluffs (filmé à Winnipeg, au Manitoba, mais prétendant être quelque part près de Toronto).

Au début, je ne pensais pas qu’il y aurait un personnage brésilien, jusqu’à ce que le chef Antônio Pereira dise “brigadeiro” et “ailes de poulet” dans l’une des scènes. Et le personnage n’est pas seulement un personnage brésilien, mais joué par un vrai acteur brésilien (puisque la plupart du temps, ils choisiraient juste un acteur latino pour ça). L’acteur est Rodrigo Massa, 32 ans, né à São Bernardo do Campo, à l’intérieur de São Paulo.

Rodrigo est également chanteur, auteur-compositeur et présentateur de télévision, qui a déménagé à Mexico à la poursuite de ses rêves. Massa a participé à plus de 150 campagnes publicitaires au Mexique, au Salvador, au Honduras, au Guatemala, en Uruguay et aux États-Unis. Il a également animé de nombreuses émissions de télévision, joué dans des films tels que le plus gros succès de tous les temps au Mexique, Instructions non incluses et des telenovelas mexicaines telles que La couleur de la passion et Comme la leyenda. Récemment, Massa peut également être vue dans des émissions comme Resident Alien, The Flash et des téléfilms américains.

Wave a discuté avec Rodrigo de sa carrière, de son personnage Antonio et bien plus encore.

ENTRETIEN AVEC RODRIGO MASSA

WAVE – Qui est venu en premier, l’acteur ou le chanteur ?
RODRIGO – Contrairement à ce que peuvent penser ceux qui connaissent mon parcours, le chanteur est venu en premier. La musique a toujours occupé une place importante dans ma vie. Je me souviens d’avoir acheté des vinyles et des CD et d’avoir pris mon temps pour arracher soigneusement la pochette en plastique, les ouvrir lentement, puis m’enfermer dans ma chambre pour découvrir et savourer chaque nouvelle chanson, chaque surprise cachée dans ce nouveau trésor qui est le mien.

Lorsque j’ai décidé de poursuivre une carrière artistique, la première chose que j’ai faite a été d’aller en studio pour enregistrer certaines des chansons que j’avais écrites au fil des ans. J’ai joué quelques petits concerts, eu quelques rendez-vous avec des maisons de disques, mais rien ne s’est vraiment passé là-bas. Jusqu’au jour où un photographe m’a dit que je devrais envisager de rejoindre une agence de mannequins. J’ai suivi ses conseils, j’ai commencé à auditionner, principalement pour des publicités, j’ai commencé à réserver beaucoup de ces publicités, et c’est là que j’ai fait mes premiers pas en tant qu’acteur.

WAVE – Pourquoi avez-vous décidé de quitter le Brésil pour poursuivre une carrière d’acteur à l’étranger ?
RODRIGO – Je pense que la principale raison était que je voulais être loin de tous ceux que je connaissais et des éventuels commentaires critiques de ma famille et de mes amis, car j’avais décidé de suivre une ligne de travail peu orthodoxe, que beaucoup de gens ne comprennent pas. Je voulais juste un nouveau départ, dans un endroit où je pourrais me réinventer et découvrir qui je voulais être en tant qu’artiste. De plus, je connaissais très bien le show business mexicain. C’est une industrie énorme et très excitante dont je voulais faire partie.

WAVE – Avez-vous déménagé au Mexique à cause de votre carrière ?
RODRIGUE – Exactement. J’ai toujours été en contact avec les productions télé mexicaines, comme tous les Brésiliens de ma génération, qui ont grandi en regardant des programmes comme El Chavo Del 8, Chapolin Colorado, María La Del Barrio, etc. avec la production musicale mexicaine que j’ai décidé que je voulais faire partie de ce monde. Leurs artistes pop étaient très proches du type de musique que j’écrivais à l’époque. En ce sens, le Mexique était plus un match musical pour moi que le Brésil.

WAVE – Parce que vous êtes Latino, vous considérez-vous stéréotypé ?
A: Cela ne s’est pas produit jusqu’à présent. J’ai joué de nombreux personnages latinos, mais je pense que mon apparence est un peu ambiguë, j’ai donc de nombreuses occasions de jouer des personnages d’horizons complètement différents. Et cela rend les choses intéressantes. Je me sens tellement bénie de pouvoir passer de l’Américain qui visite le Mexique pour la première fois sur Lifetime’s Merry Textmas à Antonio (The Spencer Sisters), un personnage qui est beaucoup plus proche de ma culture et de ma zone de confort. Et puis je suis revenu pour incarner un personnage non latin dans mon prochain long métrage, Cheat. J’aime aussi le fait qu’il y ait beaucoup de variété dans les projets auxquels j’ai participé. Drame, comédie, suspense, horreur. Et j’aime ne pas savoir ce qui va suivre.

WAVE – Comment est né votre rôle dans The Spencer Sisters ? Le personnage d’Antônio était-il à l’origine brésilien ou l’ont-ils adapté pour vous ?
RODRIGO – Ils cherchaient un Latino pour jouer Christian (le nom d’origine d’Antonio). J’ai auditionné et j’ai obtenu le rôle tout de suite, ce qui était inhabituel car les grands spectacles comme celui-ci ont presque toujours un ou deux rappels.

Au début, le personnage n’était pas brésilien. L’espagnol était sa langue maternelle, mais la nationalité n’était pas bien définie. Quand j’ai été confirmé pour la série, les scénaristes et les producteurs ont décidé qu’il serait logique qu’il soit brésilien. J’ai même reçu un appel demandant des suggestions de noms. Je leur en ai donné plusieurs, dont Antonio, qui a fini par être le choix final.

WAVE – Qu’est-ce que cela signifie pour vous de jouer un personnage qui est un chef à succès, gay, marié à un policier noir, élevant une fille dans une émission aux heures de grande écoute ?
RODRIGO – Une fille asiatique, devrais-je ajouter. Ma famille à l’écran est axée sur la diversité et l’inclusion, et j’adore ça ! Je pense que cela rend nos personnages et la série encore plus mémorables. Venant d’Amérique latine, où ces personnages ne sont pas aussi courants qu’aux États-Unis et au Canada, j’étais tellement reconnaissant d’avoir cette opportunité de jouer un rôle qui ne ressemble en rien à tout ce que j’ai joué à la télévision mexicaine.

WAVE – Comment ça marche avec Lea Thompson et Stacey Farber ?
RODRIGO – Stacey (Degrassi : The Next Generation, 18 to Life, Saving Hope, Virgin River, Superman & Lois) est une chérie. Elle est facile à vivre, a une énergie très cool, terre à terre et prête à relever tous les défis.

Je m’attendais à être très intimidé par Lea, compte tenu de sa carrière extraordinaire (films de la trilogie Retour vers le futur, Howard the Duck, Dennis the Menace, séries TV Caroline in the City, Switched at Birth, The Goldbergs). Mais elle m’a fait me sentir vraiment à l’aise sur le plateau dès le premier jour. J’adore le fait qu’elle soit aussi réalisatrice, elle me donne des trucs et astuces de temps en temps.

Rodrigo Massa – Crédito: Arquivo pessoal

Ensemble, ils sont le feu. Leur timing comique est fou. Et ils adorent improviser, ce qui rend toujours les choses intéressantes.

WAVE – Dans l’épisode 4, votre personnage était proéminent. Qu’est-ce qui vous a fait vous sentir au centre de l’attention ?
RODRIGO – J’ai adoré chaque seconde de cet épisode. Après des années à la télévision mexicaine, je suis venu au Canada en 2019 en rêvant grand. Mais j’ai dû recommencer et jouer des petits rôles comme tout le monde. Être au centre d’une intrigue avec tant de rebondissements m’a fait réaliser que ces rêves que j’avais il y a trois ans se réalisent enfin.

WAVE – Des histoires amusantes dans les coulisses de la série ?
RODRIGO – Je me souviens de l’épisode 4 (La ruine du restaurant), où Victoria (Lea Thompson) et Darby (Stacey Farber) continuent de mentir à Zane (Thomas Antony Olajide) parce que je le leur ai demandé. La plupart de ces mensonges ont été improvisés. C’est là que j’ai réalisé pour la première fois à quel point leur alchimie était parfaite. Ils étaient tellement synchronisés. Thomas et moi avions du mal à être avec eux et à ne pas rire.

WAVE – Combien de temps faut-il généralement pour qu’un épisode soit filmé ? Nous avons vu qu’il est tourné à Winnipeg. Y allez-vous plusieurs semaines ou mois pour tourner les épisodes ?
RODRIGO – On enregistrait un épisode tous les dix jours environ. Nous avons passé environ trois mois à vivre à Winnipeg ou à faire des allers-retours selon la fréquence à laquelle nous étions sur le plateau.

WAVE – Pourquoi Antonio porte-t-il habituellement cette écharpe autour du cou ?
RODRIGO – La costumière m’a dit qu’elle s’était beaucoup amusée à acheter des vêtements pour Antônio. Les producteurs voulaient beaucoup de couleurs, des imprimés saisissants, pour représenter la joie des Brésiliens. Ils n’ont pas demandé l’écharpe mais elle a décidé de l’ajouter à la dernière minute. Elle m’a dit qu’elle voulait qu’ils l’acceptent, car elle voulait vraiment qu’Antônio ait une tenue très caractéristique, quelque chose qui lui soit propre. Et au final ils ont adoré ça !

WAVE – S’ils te laissaient dans la cuisine du restaurant d’Antonio, saurais-tu cuisiner ?
RODRIGO – Je pense que je ferais bien. Je n’ai jamais été du genre à cuisiner, mais il y a trois ans, je suis devenu végétalien et j’ai dû beaucoup apprendre. Parce que si je n’apprenais pas à préparer des plats plus élaborés, je me lasserais vite du tofu et des légumes tous les jours. Je partage tout le temps des vidéos sur Instagram, montrant certaines de mes créations dans la cuisine. Quand je cuisine pour des invités ici à la maison, les gens aiment beaucoup ma quiche, mon aubergine parmigiana, mon pakora et mon gâteau à la banane.

WAVE – A propos de votre carrière musicale, des projets pour un prochain album ? Est-ce que vous écrivez vos chansons ?
RODRIGO – Oui, j’écris toutes mes chansons. Et oui, il y a un album à venir cette année. Jusqu’à présent, nous avons 20 titres, en espagnol, portugais, anglais et polonais. Et ce sera très éclectique avec de nombreuses influences différentes : pop, sertanejo, électronique, reggaeton, bachata… Il y aura aussi un album de remix, que nous préparons avec des DJ incroyables du monde entier.

WAVE – Des projets futurs ? Lesquels sont-ils ?
RODRIGO – En ce moment, je suis au milieu de ma première tournée. Je visiterai le Mexique, le Brésil, l’Équateur, la Bolivie, puis je terminerai avec deux spectacles au Winnipeg Jazz Fest en juin. Je présenterai également cette année mon nouveau long métrage Cheat, produit par Matchbox Pictures et réalisé par Greg A. Sager.

WAVE – Quels conseils donneriez-vous à un nouvel acteur voulant faire carrière en Amérique du Nord ?
RODRIGO – Je dirais de sortir des sentiers battus. En ce qui concerne non seulement l’aspect administratif de sa carrière, mais aussi son approche des auditions et du développement du personnage. Pour ma carrière, j’ai pris des décisions très inhabituelles qui ont fini par changer ma vie (quitter le Brésil pour poursuivre une carrière au Mexique, quitter le Mexique pour repartir au Canada alors que ma carrière était florissante, etc.). Et pour les auditions, vous devriez toujours penser à au moins quelques choix intéressants que personne d’autre n’apportera à la table.

WAVE – Y a-t-il quelque chose que vous voudriez ajouter ?
RODRIGO – Je vous invite tous à consulter mes vidéos musicales, mes vlogs de voyage et les scènes de certains de mes films et émissions de télévision sur ma chaîne YouTube @rodrigomassaoficial.

Aussi, laissez un commentaire sur mon dernier post Instagram (@soyrodrigomassa) disant que vous avez lu mon interview Wave (jusqu’à la fin, merci !) et je répondrai même avec un message vocal !

Advertisement