L’aigle du nord rencontre le condor du sud

LES PARALLÈLES ENTRE LA DÉFORESTATION DE LA FORÊT BORÉALE AU CANADA ET DE LA FORÊT AMAZONIENNE AU BRÉSIL

0
179
«Chaque petite action est un pas dans la bonne direction et crée quelque chose qui vit au-delà de nous. Pour commencer, plantons un arbre qui nous relie aux générations futures. Mon arrière-grand-père aurait marché sous cet arbre en Irlande. Le géant domine encore aujourd’hui. – à Coolattin, Wicklow, Irlande. ” Peter Ormond


Les forêts sont une partie importante de nos vies. Lorsque nous entendons le mot déforestation, la première vision qui nous vient à l’esprit est l’Amazonie brésilienne, appelée «les poumons du monde». Récemment, il a reçu beaucoup d’attention et d’attention de la part des médias. Parce que la déforestation est une crise environnementale mondiale, elle a provoqué de nombreux cris du public, y compris de la part du chef de l’église catholique romaine au Vatican à Rome. Selon l’article du 18 février 2020 d’Eco Watch, le pape François a plaidé pour sauver l’Amazonie. Connu comme un leader mondial de l’environnement, le pape François a publié un document passionné intitulé Dear Amazon (Cher Amazon) dans l’espoir de raviver son influence pour souligner que les peuples autochtones sont les protecteurs les mieux adaptés de l’Amazonie.

L’Amazonie est appelée “les poumons de la planète” car elle couvre 2,1 millions de kilomètres carrés et produit 20% de l’oxygène du monde, grâce à un processus appelé photosynthèse. Ce processus se produit lorsque les plantes et les arbres absorbent du dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène dans l’air.

Nous, le monde devons également porter notre attention sur les poumons de l’hémisphère nord, car il joue également un rôle important sur notre planète. Je veux parler de «l’Amazonie du Nord», la forêt boréale canadienne qui fait partie de l’identité culturelle de notre pays. Comme l’Amazonie brésilienne, la forêt boréale aide à stocker le carbone et à réguler les effets du changement climatique. Le caribou des bois boréal menacé est un lieu de reproduction pour des milliards d’oiseaux chanteurs et d’habitats essentiels en Amérique du Nord. Tout comme les peuples autochtones du Brésil en Amazonie, les déforestations ont un impact significatif sur les moyens de subsistance et la liberté des Premières Nations en mettant en péril leurs droits issus de traités de chasser et de pêcher. L’Amazonie et les forêts boréales sont des territoires traditionnels qui revêtent une importance culturelle pour les peuples autochtones de la terre. Le parallèle entre la déforestation dans les principales forêts de l’hémisphère Nord et Sud est qu’elle sacrifie les avantages à long terme pour des gains à court terme.

Une des principales causes du réchauffement climatique est la libération et le stockage de dioxyde de carbone de la forêt amazonienne. Une citation du New York Times sur l’article du magazine Forbes du 26 août 2019 intitulé «Pourquoi tout ce qu’ils disent sur l’Amazonie, y compris que ce sont les« poumons du monde », est faux» de Michael Shellenberger, démonte l’Amazonie comme étant les poumons du monde, “L’Amazonie produit beaucoup d’oxygène, mais elle utilise la même quantité d’oxygène par la respiration, donc c’est un lavage.”

Malgré les nombreuses tentatives des médias pour contrer cette crise environnementale, il est réconfortant de savoir que le gouvernement canadien démontre son soutien sur cette importante question en surveillant attentivement et en publiant régulièrement des rapports sur la déforestation.

Non seulement la déforestation provoque le réchauffement climatique, mais elle réduit le couvert forestier, ce qui réduit la biodiversité, affecte le sol, affecte l’habitat de la faune et affecte la qualité de l’eau.

Malgré les législations en place, les militants écologistes et les groupes de lobbyistes, les gouvernements brésilien et canadien ont échoué pendant des décennies à protéger leurs forêts contre la destruction.

Le Canada représente la moitié du couvert forestier de l’Amérique du Nord et, bien que 9 pays partagent le bassin de l’Amazone – 58,4% de la forêt tropicale est contenue à l’intérieur des frontières du Brésil.


Trente pour cent des marques américaines de papier hygiénique dépendent de fibres d’arbres originaires de la forêt boréale claire du Canada. Le Natural Resources Defence Council (NRDC) est co-auteur d’un rapport intitulé «The Issue with Tissue (
Le problème avec les tissus )» qui révèle que c’est un problème. En Amazonie brésilienne, les populations autochtones sont expulsées de leurs terres par des incendies provoqués par des bûcherons et des mineurs illégaux. Au Brésil, l’élevage de bovins est l’un des principaux moteurs de la déforestation, ce qui en fait le plus gros exportateur de boeuf du pays. En 2018, 6,7 milliards de dollars de l’économie du pays provenaient de l’élevage de bétail. Pour ce qui est de la propriété des terres forestières, la plupart des terres forestières du Canada, environ 94%, sont détenues et gérées par les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral. Seulement 6% des terres forestières du Canada appartiennent à des intérêts privés.


L’Amazonie brésilienne a perdu plus de 18% de sa forêt tropicale à cause de l’exploitation forestière illégale, des plantations de soja et de l’élevage de bétail.

La forêt amazonienne peut-elle repousser? Les chercheurs ont découvert au cours des dernières décennies que les forêts tropicales sont remarquablement résistantes. Les forêts tropicales peuvent repousser à une vitesse étonnante, si certains restes sont laissés lorsque la forêt est défrichée pour fournir des graines et des refuges aux disperseurs de graines. Il existe plusieurs projets mondiaux axés sur la régénération des zones de forêt tropicale. Cependant, la forêt «secondaire» replantée a tendance à avoir des taux de biodiversité plus faibles (en particulier moins de gros animaux) que la forêt vierge, après plusieurs décennies.

Il existe de nombreux projets de reboisement en place. Le coût par arbre varie considérablement entre les différents projets de reboisement. Cela peut aller de 10 cents par arbre à plus de 20 $ par arbre. En d’autres termes, avec 20 $, vous pourriez planter 200 arbres, ou vous pourriez planter 1 arbre, selon le projet.


Un projet de reboisement qui a attiré l’attention des médias pendant de nombreuses décennies est un projet créé par l’expert canadien en contenu climatique et candidat du Parti vert, Peter Ormond. Peter est ingénieur en environnement, journaliste et vidéaste enregistré auprès de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui a assisté à la COP15 à Copenhague en 2009. Il est également écrivain, dramaturge et producteur de films. Il a participé à des événements précédents de la COP en tant que conférencier à Montréal (COP11) pour présenter son “Green Cottage” (Chalet Vert), et à Poznan (COP14) pour présenter son court-métrage “The Natural Wisdom” (La Sagesse Naturelle) au festival international du film. Son projet de reboisement est unique des autres, en raison de l’aspect généreux qui lui est associé. Alors que d’autres projets peuvent dépendre de dons, Peter a investi son propre argent personnel et a perdu ses vacances pour soutenir cette cause. Il a fait don de son argent personnel pour acheter de l’épinette blanche, des fraisiers, des poiriers et a distribué une variété de kits aux écoles pour que les enseignants enseignent aux enfants. En tant qu’enseignant et professeur, Peter a estimé qu’il serait bénéfique pour notre système scolaire de mettre en œuvre cette forme d’éducation à ces premiers stades pour que le mouvement soit efficace à l’échelle mondiale. Grâce à cette généreuse contribution, des milliers d’arbres ont été planté. Les centaines de poiriers et d’arbres fruitiers ont construit la canopée urbaine. Le pape François serait heureux de savoir que l’église Saint-François de Xavier à Stoney Creek plantera les paquets de graines de tournesol que Peter a donnés au dîner / danse de la fête de la Saint-Michel l’année dernière pour embellir le jardin de l’église.

Le célèbre discours de Martin Luther King, “Je rêve que mes quatre petits enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau mais par le contenu de leur caractère. Aujourd’hui, j’ai un rêve.” a été prononcé le 28 août 1963. Le 26 octobre 2019, le pape François a dit qu’il rêve d’une région amazonienne où les droits des pauvres et des indigènes sont respectés, les cultures locales sont préservées, la nature est protégée, et l’Église catholique est présente et avec “caractéristiques amazoniennes”. Je partage également leurs rêves, avec la prophétie indigène de l’aigle du nord et du condor du sud. “Quand l’aigle du nord rencontrera le condor du sud, il y aura la paix entre les tribus de la terre … “Ancien proverbe.

Il n’y a aucune raison pour que deux pays puissants comme le Brésil et le Canada, qui sont riches en ressources naturelles, ne puissent pas réaliser cette prophétie, qui appelle à l’établissement d’une nouvelle société pour unir leurs forces à travers l’éducation, la responsabilité, la responsabilité, le respect, l’intendance, l’intégration sociale des projets et des partenariats sains qui profiteront à la planète Terre, à l’humanité et aux peuples autochtones. Plus d’éducation est nécessaire à tous les niveaux pour parvenir à une gestion durable des forêts et à la conservation de la biodiversité. Nous devons être solidaires pour arrêter la destruction massive des arbres et la déforestation pour ralentir le rythme du changement climatique et préserver notre faune.