Préparation pour les années d’or.

0
149

Vieillir chez soi est un choix de style de vie qui permet à une personne de rester chez elle pendant les dernières années de sa vie. Cela leur permet de vivre dans leur propre maison ou communauté en toute sécurité, indépendamment et confortablement, indépendamment de l’âge, du revenu ou du niveau de capacité. Lorsque les gens déménagent dans une petite maison, une vie assistée ou une communauté de retraite n’est pas ce que les gens désirent, leurs souhaits doivent être respectés.

Dans certaines parties du monde, la longévité et une vie plus saine sont inévitables. Bien qu’il y ait eu des défis, il y a aussi eu des réalisations couronnantes. La longévité doit être planifiée. La croissance économique est affectée par notre société vieillissante. Les relations internationales jouent un grand rôle. Pour 2030, on prévoit une augmentation d’environ 1 milliard, soit 1 habitant sur 8 de la planète. La projection est que cela passera à 140% d’ici 2030. Nous vieillissons en tant que monde.

Bien que nous soyons tous confrontés à une multitude de défis dans notre processus de vieillissement, tels que la détérioration de la santé, les revenus fixes, la solitude, l’isolement et la négligence, le plus important, est notre logement. La plus grande crainte des aînés est d’être placés en institution contre leur gré dans une maison de soins infirmiers ou un établissement de soins de longue durée. C’est raison que nous devons planifier notre avenir et celui de nos parents âgés pour éviter d’être institutionnalisés contre notre gré.

Dans la Harvard Medical Practice Study (Étude sur la Pratique Médicale à Harvard), les erreurs de diagnostic représentaient 17% des erreurs évitables chez les patients hospitalisés, et une revue systématique des études d’autopsie couvrant quatre décennies a révélé qu’environ 9% des patients avaient subi une erreur de diagnostic majeure qui n’a pas été détectée pendant que le patient était en vie. Il est primordial de veiller à ce que l’évaluation des capacités d’une personne soit exacte, car si l’institutionnalisation d’un individu dépend des résultats de son évaluation des capacités et qu’il y a une erreur, l’individu sera alors institutionnalisé contre son gré. Ce n’est pas différent d’une personne innocente condamnée pour un crime qu’elle n’a jamais commis et placée en isolement cellulaire pour une peine à perpétuité sans libération conditionnelle. Assurez-vous que l’évaluateur de capacités est spécialisé dans le domaine qu’il évalue.

Venant d’un milieu médical, je partage une forte conviction qu’une évaluation psychiatrique ne doit être effectuée que par un psychiatre lui-même et qu’elle ne doit pas se faire sous forme de test écrit avec l’aide d’une infirmière. Étant donné que les patients sont autorisés à recevoir des services dans la langue de leur choix, en tant qu’interprète et professionnel de la santé, je suis fermement convaincu que les soins aux patients seront plus efficaces si les services sont dispensés dans la langue de leur choix par le médecin plutôt que par le biais de l’aide d’un interprète. Cela permet également au patient de nouer une relation avec le médecin.

Selon Statistique Canada, 16,9% des Canadiens étaient âgés de 65 ans ou plus, en 2016 et 2,2% étaient âgés de 85 ans ou plus, ce qui représente une augmentation de 20,0% dans ces groupes d’âge depuis 2011. La proportion de la population canadienne âgée de 65 ans et plus les personnes âgées devraient passer à 20,0% d’ici 2024. Ces changements démographiques suscitent des inquiétudes quant aux besoins futurs de soins en maison de soins infirmiers. Selon le recensement de 2016, 6,8% des Canadiens âgés de 65 ans et plus vivaient dans une personnes âgées: cette proportion grimpe à 30,0% chez les Canadiens de 85 ans et plus Selon Emploi et Développement social Canada (EDSC) du gouvernement fédéral du Canada, vivre de façon autonome peut devenir de plus en plus difficile. Les limitations physiques, les problèmes de santé et les problèmes de mémoire sont quelques-uns des problèmes qui affectent notre capacité à effectuer les activités quotidiennes de la cuisine et du nettoyage aux soins personnels et à la prise de médicaments. Un diagnostic de démence présente des défis supplémentaires qui ont un impact significatif sur la capacité d’une personne âgée à vivre en toute sécurité dans sa propre maison. En vieillissant, vivre de façon autonome peut devenir de plus en plus difficile, comme les limitations physiques, les problèmes de santé et la mémoire sont quelques-uns des problèmes. Rester à la maison aussi longtemps que possible est une priorité pour la plupart des aînés et leurs familles. Un sondage réalisé par RBC en 2013 a révélé que 83% des baby-boomers canadiens à la retraite souhaitaient rester à la maison et payer les soins à domicile au besoin.

Un diagnostic de démence ne signifie pas nécessairement qu’une personne ne peut plus vivre seule. Certaines personnes peuvent vivre seules pendant un certain temps après avoir été diagnostiquées. Les services de soutien à domicile peuvent rendre la vie autonome possible pour de nombreuses personnes âgées. Selon un rapport de 2017 de l’Institut canadien d’information sur la santé, 22% – soit environ un sur cinq – des aînés canadiens admis en soins résidentiels auraient pu rester à la maison avec des soutiens appropriés. Il y a beaucoup de choses à considérer lors du choix entre les services de soins à domicile et les soins en établissement. Par-dessus tout, la situation de chaque personne doit être évaluée et soigneusement surveillée, surtout si elle souffre d’une maladie évolutive comme la démence. Pour nous aider à vivre la vie que nous voulons demain, nous devons planifier aujourd’hui. Vieillir sur place signifie avoir les soutiens et les services de santé et sociaux dont vous avez besoin pour vivre en toute sécurité et de façon autonome dans votre maison ou votre communauté aussi longtemps que vous le souhaitez et en êtes capable.

Lors de la planification du vieillissement en place, les éléments suivants doivent être pris en compte: Renseignez-vous sur les programmes et services pour soutenir le vieillissement en place offerts par votre gouvernement local, provincial ou territorial.

Les centres locaux pour personnes âgées ou les bibliothèques publiques peuvent également vous aider à découvrir les services disponibles dans votre communauté.

Pour en savoir plus sur les aînés, visitez Canada.ca/Aînés ou votre bureau local de Service Canada ou: https://www.canada.ca/en/employment-social-development/corporate/seniors/forum/aging.html

Nous pourrons contrôler notre indépendance, notre qualité de vie et notre dignité en faisant des choix maintenant!

Este artigo foi desenvolvido com o apoio do National Ethnic Press and Media Council of Canada, no âmbito do programa Local Journalism Initiative (LJI), fortalecendo a voz de pequenas comunidades de língua portuguesa em áreas remotas do Canadá. Atribuição Creative Common: CC by BrazilianWave.org 

_____________________

Os artigos assinados são de responsabilidade exclusiva dos autores e não refletem, necessariamente, a opinião da Brazilian Wave Magazine e de seus editores.