L’arrivée de Lake dans la famille Varella

“Avec tous les événements de l'année dernière et l'éloignement de la famille et des amis en raison du verrouillage, je me sentais très dans le besoin. J'ai toujours eu un chien au Brésil et je sais à quel point cet animal fait du bien dans nos vies. C'est à ce moment-là que j'ai décidé que je voulais un animal de compagnie, un animal de compagnie, un chien de compagnie.”(Marina Varella)

0
7
Marina et João Varella avec Lake, de la race Springer Spaniel qui « est arrivé » pour égayer la famille.

Les chiens et les chats apportent un soutien émotionnel important à leurs propriétaires. Tous ceux qui ont un animal de compagnie le savent bien ! Fidèles et généreux, ils partagent votre compagnie et offrent amour et affection aux enfants et aux adultes. Ces expressions d’affection des animaux de compagnie à leurs propriétaires apportent un sentiment de confort émotionnel et de chaleur.

Ainsi, de plus en plus de personnes recherchent la compagnie d’un animal de compagnie pour donner et recevoir de l’affection et de l’attention. Des données récentes montrent qu’ils occupent de plus en plus la vie des Canadiens et des Brésiliens.

Au Canada, 58 % des familles ont au moins un animal de compagnie, que ce soit un chien ou un chat. C’est ce que montre l’Enquête sur la population animale 2020 de l’Institut canadien de la santé animale.

Au Brésil, à leur tour, les animaux de compagnie font également partie de nombreux foyers. Les données de l’Enquête nationale sur la santé menée par l’IBGE en 2019 indiquent que 48 millions de ménages brésiliens (environ 67%) ont au moins un chien ou un chat.

Le couple brésilien Marina et João Varella ont quitté le Brésil pour vivre au Canada il y a trois ans. Bien que motivée et engagée dans le changement, l’expérience du confinement dans la pandémie de COVID-19 a accentué le désir de famille et d’amis restés au Brésil. Le couple a décidé d’adopter un animal de compagnie, le gentil petit chien Lake.

“Avec tous les événements de l’année dernière et l’éloignement de la famille et des amis en raison du verrouillage, je me sentais très dans le besoin. J’ai toujours eu un chien au Brésil et je sais à quel point cet animal fait du bien dans nos vies. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que je voulais un animal de compagnie, un animal de compagnie, un chien de compagnie.”(Marina Varella)

Lake est un chiot très mignon. A quelques mois à peine, ce chiot Springer Spaniel “qui est arrivé .” pour remonter le moral de la famille ! Maintenant, chez Marina et João, il n’y a que le Lake !

Si vous envisagez d’avoir un animal de compagnie, il vaut la peine de lire l’interview suivante. Avec brio et enthousiasme, Marina nous apporte un ensemble de bonnes informations, toujours assaisonnées de bonnes doses d’émotion. Un régal à lire !

Dans une conversation détendue, Marina Varella nous raconte tout le processus d’arrivée de Lake à la maison, dans la ville de St. Catharines, Ontario, Canada. Tout a commencé lorsqu’elle a décidé d’accepter son désir d’avoir un chiot. Aussi, il parle des ajustements qu’ils ont dû faire dans le budget, dans la routine et dans les espaces de la maison afin de recevoir le chiot. Il finit par rayonner d’affection et de reconnaissance pour le chiot qui est maintenant le plus récent membre de la famille Varella.

Ana C. – Pourquoi avoir un animal de compagnie?

Marina Varella – Avec tous les événements de l’année dernière et l’éloignement de la famille et des amis en raison du confinement, je me sentais très dans le besoin. J’ai toujours eu un chien au Brésil et je sais à quel point cet animal fait du bien dans nos vies. C’est alors que j’ai décidé que je voulais un animal de compagnie, un chien de compagnie.

João, mon mari, était résistant au début, car nous étions dans un moment de changement d’appartement. De plus, il terminait ses études collégiales et passait beaucoup d’examens. Je suis quand même allé à la recherche. L’idée initiale était d’adopter un chiot.

COMMENT AVOIR UN ANIMAL DE COMPAGNIE AU CANADA?

Ana C – Vous avez d’abord essayé d’adopter un animal de compagnie. Comment s’est passée votre expérience ?

Marina Varella – J’ai commencé par rechercher des sites où je pourrais postuler pour l’adoption d’un chiot qui avait le profil le plus adapté pour nous : de taille moyenne, calme et qui n’aboyait pas. Après tout, nous vivons dans un appartement.

L’adoption de chiots de compagnie ici au Canada est très intéressante. Ici, il n’y a pas de chiens errants, comme au Brésil. Par conséquent, beaucoup sont amenés de pays comme le Mexique et les Bahamas. Les chiens abandonnés là-bas sont sauvés et amenés au Canada pour adoption. Ainsi, dans le processus d’adoption, l’animal est temporairement dans une famille, pour analyse comportementale et soins vétérinaires. Après, même si on adopte, il y a des frais qu’on doit payer pour aider les bénévoles à travailler, qui est d’environ 500 $ CAN.

Nous avons fait plusieurs demandes à deux associations ici à St. Catharines et c’est là que j’ai réalisé que l’adoption est très difficile. Je connais un bénévole d’une association et il m’a dit qu’ils recevaient plus de 100 candidatures par chien. Ainsi, celui qui correspond le mieux au profil est convoqué pour un entretien. Habituellement, la préférence va à ceux qui ont des enfants, ont déjà des animaux et vivent à la maison, ce qui n’était pas notre cas.

ACHETER UN PET DOGGIE ÉTAIT UNE OPTION

Ana C – L’achat d’un animal de compagnie était-il une option ?

Marina Varella – Oui, voyant que l’adoption n’allait pas se faire, j’ai décidé de me lancer dans des recherches sur les sites de vente. J’avoue que j’ai eu peur des prix ! Je n’ai jamais pensé à choisir un animal pour le prix. Malheureusement, certaines races que j’aimais étaient hors de question. Après tout, comment paierions-nous 7 000 $ pour un animal de compagnie ? C’était hors de notre budget.

Ana C – Mais quand l’univers conspire en sa faveur, les choses arrivent ! Comment le chiot Lake vous est-il arrivé?

Marina Varella – Toujours motivée pour adopter un chiot, j’ai vu un jour une publication proposant un Springer Spaniel. Je ne connaissais pas cette race, mais je l’ai associée au Cocker. Le chiot ne venait pas d’un chenil, non. Elle provenait d’un couple de personnes âgées qui vendaient leurs chiots à Belleville. Et quand nous sommes allés chercher notre animal de compagnie, c’était vraiment cool de voir à quel point les premiers propriétaires l’aimaient. Nous l’avons nommé Lake.

Puis, alors que nous étions déjà à la maison, nous avons découvert que l’English Springer Spaniel n’était pas le Cocker Spaniel. En fait, Cocker vient de lui. L’English Springer Spaniel est plus gros et a beaucoup d’énergie. Tout le contraire de ce que João et moi recherchions, qui était un animal calme (rires).

Ana C – Avoir un chiot dans la famille est très agréable, mais cela demande aussi des efforts, de la patience et des coûts. Comment se passe cette adaptation de vie pour vous ?

Marina Varella – Lake est arrivé pour secouer nos vies. Il est issu d’une race de chasse, donc l’énergie ne manque pas ! Agité, a besoin d’attention et beaucoup de marche! Nous avons même dû acheter une clôture ici pour l’appartement. C’est pour qu’il puisse avoir un bel espace et, quand il est seul, ne pas détruire le reste de la maison.

Il est très nécessiteux, il aime donc être toujours près de nous, avec un contact physique. De notre côté, comme il est si petit, nous voulons toujours être avec lui sur nos genoux. Il aboie un peu aussi, mais c’est plus accrocheur. Pour cette raison, nous avons embauché un entraîneur, qui nous a donné de nombreux conseils. Lake est donc de plus en plus détendu.

Mais moi, qui suis la “mère”, je suis la plus mince, car il me mord encore beaucoup à cause des poussées dentaires. Même s’il a plusieurs jouets, même si je lui donne de la glace, il préfère souvent ma main. Et ça fait très mal !

Après son arrivée, nous en avons rencontré 4 autres comme lui dans le quartier. Et tous les propriétaires disent que nous avons fait le meilleur choix, car la race est des animaux très fidèles et affectueux ! Alors… on apprend la patience, mais on est sûr que ça devait être lui ! Cela a rendu nos vies plus légères et plus amusantes.

Ana C – Alors maintenant, il n’y a que le Lake, n’est-ce pas ?

Marina Varella – Lake est un chiot passionné ! Tous ceux qui le connaissent sont enchantés ! Lake adore manger des carottes et aime nager et jouer avec les enfants et les autres chiens. Il adore même aller dans un parc pour chiens ici à St. Catharines pour se faire de nouveaux amis.

Nous en avons même fait un Instagram pour le partager avec nos familles au Brésil. Et nous avons découvert qu’il existe également une grande communauté canine. C’est vraiment cool de voir les chiens Springer Spaniel adultes et d’imaginer à quoi ressemblera Lake dans un moment. Ses couleurs sont le foie et le blanc bronzé, mais ses pattes ressemblent plus à de la crème glacée aux pépites de chocolat !

__________________

Plus de Lake: Instagram @lakethedog