Entretien avec Babu Santana

L'acteur évoque les défis de sa vie, sa carrière réussie et dévoile de nouveaux projets

0
23
Babu Santana, participante do BBB20 e ator em Cidade de Deus e Tim Maia. (Foto: divulgaçãO)

Traduction par Rosemary Baptista, Centaurus Enterprises

Babu Santana. L’acteur évoque les défis de sa vie, sa carrière réussie et dévoile de nouveaux projets

BRAZILIAN WAVE – Vous avez commencé très tôt à travailler dans une cabane de plage, suivi de l’entretien ménager, et travailler comme maçon, etc. Qu’est-ce que toutes ces expériences ont offert à Babu Santana aujourd’hui ?

BABU SANTANA – Le Babu Santana d’aujourd’hui est l’accumulation du Babu d’hier. De la question de l’humilité, le désir de travailler et de grandir. Tous les métiers que j’ai exercés dans ma vie y ont contribué. Je crois aussi qu’un artiste a le bagage d’interprétation non seulement dans sa recherche intellectuelle. Je me souviens qu’il y avait un auteur très célèbre ici au Brésil, Nelson Rodrigues, qui parlait ainsi des jeunes : “Jeunes, grandissez ! En grandissant, vous accumulez un sac de sentiments, de sensations, d’émotions et d’expériences” . Donc, tous ces autres métiers et les archétypes qui ont traversé ma vie ont contribué, en quelque sorte, à ce que je puisse jouer mes personnages. Si vous vous arrêtez pour penser : Qu’est-ce que le maçon a à voir avec l’acteur ? Avec mon archétype, les gens m’appelaient beaucoup pour rendre ces types populaires. Quoi qu’il en soit, le Babu d’aujourd’hui est le reflet du Babu d’hier.

BRAZILIAN WAVE – Le premier film que vous avez sorti était “City of God” . Même si c’était un rôle mineur, comment était-ce de travailler avec Fernando Meirelles et d’être dans le cinéma classique brésilien ?

BABU SANTANA – La “Cité de Dieu” était un phénomène mondial et tout ce qui accompagnait ce phénomène a contribué à ma vie et à ma carrière. Mais l’une des choses fondamentales a été d’avoir travaillé avec Fernando Meirelles, avec Kátia Lund, avec Guti, avec Luciana et avec Fátima Toledo – avec qui je n’ai pas travaillé directement, mais qui a préparé tout le personnel. Ce qui était le plus fondamental pour moi dans « Cité de Dieu », outre l’évidence, était la préparation. J’étais comédien de théâtre quand j’ai réussi l’épreuve de l’atelier du film. Je me souviens que Fernando Meirelles disait qu’il aimait beaucoup ma forme d’interprétation, mais que j’étais très grand dans mes gestes et que ça ne rentrait pas dans le cadre quand il a décidé de le cadrer plus petit. Cela pour un acteur expérimenté semble évident, mais pour un jeune acteur de théâtre, comme je l’étais à l’époque, c’était la lumière dont j’avais besoin pour démarrer ma carrière. Ainsi, le contact avec Fernando et Kátia a été très important car j’ai eu la chance d’être dans un atelier préparatoire pour interpréter. Je crois donc que “City of God” était mon école de théâtre pour la caméra.

BRAZILIAN WAVE – Comment est né le rôle du chanteur Tim Maia ? Comment était le processus pour jouer un personnage qui existait vraiment ?

BABU SANTANA – J’ai travaillé avec Mauro Lima, qui est le réalisateur de « Tim Maia », dans un autre film de lui intitulé “My Name Is Not Johnny”, dans lequel j’ai eu un petit rôle. C’était cool et suffisant pour que je reste dans la tête de Mauro et il m’a demandé d’auditionner pour le film “Tim Maia” . Je l’ai fait et c’était drôle parce que quand il m’a dit qu’il y avait une décision controversée, c’est-à-dire que deux acteurs jouent le même personnage et ont presque le même âge – je crois, je suis un peu plus âgé que Robson. Mais il a fait une division presque par personnalité parce que Robson est un gars plus calme et plus doux et je suis plus explosif. Ainsi, il a réussi à unir ces deux côtés de Tim Maia. (…) Pour moi qui suis fan de Tim Maia, cette expérience restera longtemps marquée. “Tim Maia, merci beaucoup d’exister !”

BRAZILIAN WAVE – En plus d’être acteur, vous avez un groupe et un projet audiovisuel. Comment trouvez-vous le temps pour tout cela ? Pensez-vous que votre participation à Big Brother Brasil (BBB20) a contribué à donner de la visibilité à ces projets ?

BABU SANTANA – Oui, oui, oui… J’ai 20 ans d’expérience professionnelle avant le BBB et à laquelle peu de gens avaient accès. Je ne blâme pas les gens, mais le système de notre pays qui ne privilégie ni le cinéma ni le théâtre, ni la culture en général. Pour vous donner une idée, puisque vous êtes dans un autre pays, je ne sais pas maintenant, mais avant cela, 0,4% du budget du gouvernement était mis à disposition pour postuler à la culture – et ce n’est même pas 1% ! Ainsi, les politiques publiques ont toujours été déficientes dans notre pays. Mon travail se limitait donc à ceux qui consommaient le théâtre et le cinéma. BBB est l’émission de téléréalité la plus populaire ici dans le pays et, bien sûr, cela m’a aidé à faire découvrir mon travail à plus de gens. Aujourd’hui, le défi est de chercher un travail qui ne brise pas notre identité ou tout le chemin parcouru jusqu’à présent. Bien sûr, BBB a beaucoup contribué pour que les gens aient accès à tout ce bagage que j’ai construit tout au long de ma carrière. Mais j’avais très peur que les gens oublient tout mon travail qui a été fait avant, car je suis arrivée dans le programme en statut VIP. Ce phénomène “Big Brother” a été une grande projection pour moi ici au Brésil. Et l’une des choses les plus impressionnantes que j’ai trouvées était l’accès que j’avais aux enfants et c’était cool. Donc, en plus de la surprise actuelle qu’est devenue Babu Santana, il y a encore plus de surprises, car j’ai captivé un public d’enfants qui deviendra dans dix ans un public de consommateurs. J’espère pouvoir dépasser les attentes et que ces enfants continuent de m’accompagner. « Un bisou pour les petits amis qui ont applaudi Babu ! Merci !

BRAZILIAN WAVE – Vous avez dit tout à l’heure avoir subi des préjugés dès votre plus jeune âge. Ces expériences négatives ont-elles été importantes pour vous renforcer et vous apprendre à vous positionner actuellement ?

BABU SANTANA – Absolument ! Et pas seulement moi, mais chaque homme et chaque femme, surtout la femme noire, chaque homme noir, le citoyen du ghetto et de la périphérie doit utiliser tous ces maux comme tremplin. Mon objectif a toujours été de prouver que les gens avaient tort ; cela devait toujours faire partie d’une statistique positive. Ainsi, toutes ces épreuves m’ont aidé à me fortifier, alors qu’elles m’ont également gêné pour que je puisse grandir davantage. Il m’a fallu un phénomène publicitaire à la télévision pour pouvoir réaliser certaines choses dont j’ai toujours rêvé. Mais c’est aussi cet homme forgé dans le ghetto qui a impressionné tout un pays. Ainsi, toutes les difficultés ont forgé Babu Santana, Alexandre da Silva Santana. Par conséquent, ils étaient fondamentaux pour que je devienne qui je suis. Je pense que, tout à coup, les défis ont fait de moi une personne plus forte pour que je puisse arriver au même endroit que quelqu’un d’autre, mais de manière plus difficile. Ainsi, lorsque vous allez boire le vin de la victoire, il semble qu’il soit plus doux.

BRAZILIAN WAVE – Cela valait-il la peine de participer à Big Brother Brasil 20 ? Si oui, dans quels aspects : financiers ou pour les nouvelles opportunités d’emploi qui ont émergé après le match ?

BABU SANTANA – Regardez, c’était à 100 % ! Et si Boninho veut m’appeler au BBB 22, je suis là. Je suis un gars qui a un goût populaire, j’étais déjà dans “Big Brother” et en faire partie était une très grande vague personnelle – se baigner dans cette piscine, y rester 90 jours avec une casquette, se battre pour un million et à moitié réel… Financièrement, c’était très important et pour ma projection encore plus, puisque nous sommes dans un monde où l’engagement et Internet sont très importants. Pendant la pandémie, tous les divertissements ont migré vers Internet. Celui qui est là dans les clubs en train de profiter de quelque chose, est fou, est hors de ce monde (rires) ! Donc, faire BBB m’a donné un élan artistique, non pas dans le résultat de l’art, mais dans la diffusion. Aussi, parce que plus de gens savaient qui est Babu Santana. J’ai fait “Big Brother” et s’ils me redemandent, je le ferai. “Nous y sommes, Boninho ! Allez, mon partenaire!”

BRAZILIAN WAVE – Votre personnage Nanico, dans le feuilleton “Salve-se Quem Puder (sauve toi qui peut)”, avait un air de coup de cœur et fut l’un des premiers personnages séduisants que vous ayez créés. Était-ce important pour votre estime de soi? Qu’est-ce que ce rôle vous apportera ?

BABU SANTANA – Je pense que ce n’est pas le premier personnage séduisant que je joue, mais bien sûr à l’échelle nationale. Du coup, ça marquera le plus car je suis devenu une personne plus connue. Et, plus que cela, plus qu’un séducteur, car être séducteur, c’est de l’humour. C’est le triangle amoureux le plus improbable et le plus drôle. L’importance d’avoir participé à ce feuilleton était que, pour la première fois, j’ai vu un auteur de feuilleton s’enraciner pour moi. (rires) Un bisou Dani ! Et, par conséquent, il était très important d’être présent dans le travail de ce type à cet égard. Ensuite, être avec ces deux merveilleuses actrices que j’ai toujours admirées, travailler avec ce merveilleux casting et avoir ce contact populaire, mettre le corps noir ailleurs, c’est révolutionnaire et très important.

BRAZILIAN WAVE – Si le Babu Santana d’aujourd’hui rencontrait Babu Santana qui entrait au théâtre “Nós do Morro (nous de la colline)” en 1997, que dirait l’un à l’autre ?

BABU SANTANA – “Hé mon pote, va en profondeur!”