E2 Pourquoi Rita a-t-elle choisi de vivre à Sudbury ?

Podcast Ontario Beyond Toronto (English transcript): In this episode, we spoke with Rita who has lived in Canada for more than 26 years, in different cities, including Toronto, Mississauga, Timmins, and Sudbury.

0
511

Audio en portugais. Lisez la transcription de l’entrevue ci-dessous

Sudbury, Ontario

Entretien avec Rita Izumi

(Traduction automatique de l’original en portugais, sans édition)


Christian: Bonjour, je suis Christian Pedersen. Bienvenue dans un nouvel épisode de l’Ontario, ce n’est pas seulement Toronto. Dans cet épisode, nous nous demandons pourquoi Rita est allée vivre à Sudbury. Sudbury ou Grand Sudbury est la ville la plus peuplée du nord de la province de l’Ontario. Par sa superficie, c’est la plus grande ville de l’Ontario et la cinquième du Canada. Sudbury se trouve à environ 387 kilomètres au nord de Toronto et compte une population d’environ 161 000 habitants. La ville était autrefois un grand centre forestier et un leader mondial dans l’exploitation du nickel. Les deux plus grandes sociétés minières qui ont formé l’histoire de Sudbury sont Inco, qui est maintenant Vale, et Falconbridge, qui était Glencore dans le passé. C’est de Sudbury que nous avons parlé avec Rita Izumi. Elle a vécu au Canada pendant plus de 26 ans et est passée par Toronto, Mississauga, Timmins et, à la fin, Sudbury.

L’Ontario, ce n’est pas seulement Toronto, le podcast de Brazilian Wave.

Christian : Bonjour Rita, merci de participer à notre podcast.

Rita : C’est un plaisir de participer.

Christian : Tout d’abord, dites-nous pourquoi Rita est allée vivre au Canada ?

Rita : Pourquoi ? Bonne question ! Je suis venu pour la première fois au Canada en 1990 et j’ai passé un an ici. Après cette expérience, nous l’avons beaucoup appréciée, mon mari et moi, et nous avons décidé de revenir ici plus tard. J’ai aimé, j’ai eu une très bonne impression, j’ai rencontré beaucoup de bonnes personnes. Je suis de Sao Paulo et en comparant Sao Paulo à Toronto, j’ai trouvé Toronto petite et j’ai été enchanté par les parcs, n’est-ce pas ? J’ai beaucoup aimé cet endroit, j’ai eu une bonne impression. Pour ceux qui s’en souviennent, 1990-1991 a également été une période très difficile au Brésil et nous avons donc décidé de faire une pause. Nous sommes venus ici et nous sommes ici depuis 26 ans.

Christian : C’est vrai, un temps impressionnant ! Parce que je suis ici depuis près de 19 ans et que je suis déjà à moitié vieille garde en comparaison, vous l’êtes encore plus. Pionnier!

Rita : Encore plus ! En 1990, on n’entendait presque jamais parler des Brésiliens ici au Canada. En 1994, lorsque j’ai emménagé ici en tant que résident, il n’y avait pratiquement pas de Brésiliens non plus. Mais maintenant…

Christian : Toronto a beaucoup grandi depuis.

Rita : Il a beaucoup grandi. En fait, quand je suis arrivé ici, au Brésil, les gens me demandaient : “Où allez-vous déménager ? J’ai dit “Canada”. “Et où est-ce ?” “Voyez-vous les États-Unis ? Restez au sommet”. Le Canada était très peu connu il y a quelques années. Mais avec toute cette technologie, l’Internet a ouvert les portes. Le Canada a pris de l’avance en ce qui concerne les réfugiés. Il s’est imposé comme un pays ouvert à l’immigration et a attiré l’attention de nombreuses personnes. Le fait que des entreprises brésiliennes fassent des affaires ici au Canada a également renforcé cette promotion, cette propagande du Canada au Brésil.

Christian : Comment était-ce, à l’époque, d’arriver dans un autre pays qui n’avait pratiquement pas de Brésiliens ?

Rita : Quand on passe d’un pays à l’autre, il faut avoir l’esprit ouvert, savoir que l’on va rencontrer des gens d’autres cultures. C’est ce que nous avions à l’époque. C’était intéressant de parler de la TTC, comme ça et de savoir que personne de l’autre côté ne comprenait. Mais maintenant, à Toronto, il faut faire attention à ce que l’on dit, parce que vous êtes sûr d’avoir des Brésiliens autour de vous, qui vous écoutent.

Christian : La TTC dont Rita a parlé est la Toronto Transit Commission, dont l’abréviation officielle est TTC, qui est l’organisme public chargé d’administrer le système de transport public de Toronto.

Christian : Et vous êtes à Sudbury depuis combien de temps ?

Rita : J’ai emménagé ici en 2003, ça fait donc un moment. Avant, j’avait vécu à Toronto, Mississauga, Timmins qui est plus au nord, et maintenant à Sudbury.

Christian : Depuis que Rita est partie vivre à Sudbury, comment est-ce que c’est de vivre là-bas ?

Rita : J’aime beaucoup cet endroit. C’est une ville très accueillante. Lorsque j’ai emménagé, ma voisine de l’autre côté a traversé la rue pour se présenter à moi. J’ai été ravi ! C’est une ville où le froid est plus grand. Il neige beaucoup plus ! L’histoire de Sudbury dit que c’est une ville très laide car c’est une ville minière et tous les arbres ici ont été utilisés soit pour l’exploitation minière soit pour reconstruire Chicago quand Chicago a pris feu il y a de nombreuses années. Mais depuis lors, elle a eu un programme en 1970, qui… a fait un très gros effort pour récupérer l’environnement et aujourd’hui c’est un exemple pour le monde que vous pouvez récupérer ce qui a été détruit. Sudbury est une plaque tournante ici, dans le nord. Ils ont des villes plus petites et Sudbury serait la plus grande ville. Il y a une université, des collèges, un bon hôpital… et beaucoup de nature. Pour ceux qui aiment la nature, c’est très bien. Et nous vivons très bien ici depuis environ 18 ans maintenant.

Christian : Quand vous êtes arrivé à Toronto, vous pensiez que la ville était petite par rapport à São Paulo. Comment Sudbury est-elle aujourd’hui comparée à Toronto ?

Rita : Le Canada est un pays beaucoup plus grand que le Brésil, en termes de superficie, mais petit en termes de population. Ainsi, même en sortant de villes relativement petites de l’intérieur du Brésil, vous la trouverez plus petite. Mais, l’infrastructure est très bonne. Et je vous assure qu’il est beaucoup plus facile de s’habituer dans une petite ville que dans une grande. Parfois, il y a des gens qui viennent ici, qui disent : “Oh…ville de campagne ? Quelle horreur !” Mais ils s’y habituent très vite parce que la qualité de vie est vraiment bonne. Je suis à dix minutes de mes devoirs. Je ne suis pas coincé dans les embouteillages. Même ceux de mes amis qui conduisent un peu plus loin parce qu’ils ont décidé de vivre un peu plus loin du centre-ville… la route est vide, rien que pour vous. Il n’y a pas d’embouteillages, rien de tout cela. Quand on veut aller à Toronto, au théâtre, à un spectacle, quelque chose, ce n’est pas comme ça non plus… c’est 4 à 5 heures, on y va, on passe le week-end, on rend visite à des amis, on profite du meilleur de la grande ville et on rentre à la maison. Le froid ici… on s’y habitue. C’est en fait assez chaud. C’est un froid sec, il y a beaucoup de neige. Mais nous l’aimons parce que vous pouvez jouer avec. Toronto est gris, il n’y a pas de neige, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez pas faire grand-chose. Ici, nous pouvons skier tous les jours, patiner tous les jours, profiter de l’hiver. L’été est moins humide, il est donc beaucoup plus agréable. Plus vous sortez et faites du ski, de la raquette, du roller et de la motoneige… il y a des jouets pour tous les jours ! Plus vous le faites, plus vous aimez ça. Et mes enfants, qui ont été élevés ici plus au nord… me demandent : “Quelle saison aimez-vous le plus ?” Ils vous diront que c’est l’hiver.

Christian : Et en parlant d’enfants, vous êtes arrivé alors que votre fille n’avait qu’un an. Comment était-ce d’arriver dans un autre pays avec une petite fille ? Était-ce encore plus difficile ?

Rita : D’abord, que je connaissais déjà, j’avais déjà rencontré le Canada. J’avais déjà passé un an ici. Mais le fait que j’aie amené ma fille ici était encore mieux en fin de compte. Parce que nous devons sortir de notre bulle, n’est-ce pas ? Nous devons découvrir comment le médecin travaille, comment l’école fonctionne, rencontrer d’autres parents. Wow, je pensais que c’était encore mieux ! Et les enfants nous obligent à élargir notre zone de confort, n’est-ce pas ? L’enfant nous oblige à élargir notre zone de confort.

Christian : Parliez-vous anglais quand vous êtes arrivé ici ?

Rita : Nous avons parlé. Mais comme tous ceux qui viennent ici, l’anglais que vous apprenez parfois ne suffit pas car si vous aviez un professeur qui parle l’anglais britannique, par exemple. Ou que vous parliez l’anglais des États-Unis, du Texas, donc vous le prononcez parfois… donc : “just a little bit, speak a little slower”… jusqu’à ce qu’on comprenne. Il faut ensuite un peu de temps pour apprendre, pour habituer l’oreille. Comme partout ailleurs, ils utilisent beaucoup d’argot, ils coupent beaucoup les mots, mais ensuite on apprend.

Christian : Mais finalement, comme elle a pratiquement grandi ici. Elle parle donc le portugais ?

Rita : Nous parlons portugais à la maison. Mes enfants parlent le portugais : ils parlent, lisent et écrivent. Et ce n’était pas difficile. En fait, mon fils m’a demandé un jour comment je leur enseignais. Ils parlent aussi le français. J’ai dit : “juste parler !”. Nous n’avons jamais cessé de parler portugais et même parce que, il n’y a pas de raison pour cela. Parce que nous parlons toujours à nos parents et que chaque fois que nous en avons l’occasion, nous allons au Brésil. Et il est important d’aller interagir avec les membres de la famille. Donc, ils s’entendent bien ici, comme ils s’entendent bien là-bas au Brésil. Il n’y a pas de différence. Et j’encourage chacun à parler à ses enfants en portugais. Donnez cette possibilité aux enfants d’apprendre une autre langue. Cela facilite la tâche en français. En fait, elle présente un aspect intéressant. Quand j’étais à Mississauga, dans le parc d’attractions, mes enfants jouaient avec les filles de mon ami brésilien, et avec d’autres Indiens et… Mississauga est aussi très multiculturelle, n’est-ce pas ? Et là, dans le parc, je ne pense pas que je devrais vraiment avoir du “vrai Canadien”. Et ils plaisantaient, ils se sont battus. Et chaque groupe s’est rendu dans un coin du parc pour jouer et a commencé à parler dans sa propre langue, pour empêcher les autres d’entrer, n’est-ce pas ? Et ma fille, avec ses amis qui parlent aussi portugais, a fait la même chose : ils sont allés dans un autre coin et ont commencé à parler portugais. C’était intéressant. Je veux dire qu’ils sont fiers de pouvoir parler d’autres langues.

Christian : C’est très bien. Et quand vous êtes venu vivre, avez-vous choisi Toronto pour une raison précise ou simplement parce que c’était ce que vous saviez ?

Rita : C’est ce que nous savions et c’est ce qui nous a amenés ici pour la première fois : mon travail et mon école et les amis que nous avons rencontrés lors de notre premier voyage. Mais nous nous sommes déjà ouverts à la possibilité de vivre dans d’autres régions, car mon mari est géologue. Et la géologie se trouve généralement ailleurs, n’est-ce pas ? Nous étions donc déjà ouverts à cette possibilité.

Christian : Combien de temps avez-vous véçu à Toronto ?

Rita : Environ cinq ans, plus ou moins.

Christian : Et ensuite vous êtes allé à Mississauga ou c’était juste à temps partiel comme ça ?

Rita : Mississauga, c’était juste parce que nous avons acheté une maison à là-bas. Nous travaillions toujours à Toronto, mais nous vivions à Mississauga.

Christian : De là, vous êtes allé à Timmins ?

Rita : Timmins, oui.

Christian : Et comment s’est déroulée votre expérience là-bas ? Je crois que vous y êtes allé à cause de la géologie, non ?

Rita : C’était à cause de la géologie. A l’époque, je connaissais Timmins que parce que Shania Twain était de là-bas ! Timmins est loin, beaucoup plus loin que Sudbury. Plus froid. C’était très bien professionnellement pour mon mari, pour moi… c’était très bien ! Et le temps que nous avons passé à Timmins a été très bon. Nous avons rencontré beaucoup de gens très intéressants. Mais le fait est que venir au Canada est la chose la plus difficile. Une fois que vous êtes ici, que vous vous déplacez ici, que vous vous déplacez là, cela devrait être plus facile. Mais nous devons suivre les opportunités, n’est-ce pas ? Les possibilités d’emploi.

Christian : A-t-il été facile de trouver un emploi ici à Toronto ? Comment était-ce à Timmins et ensuite à Sudbury ?

Rita : Ecoutez, je n’ai eu aucun problème pour venir au Canada et je n’ai eu aucun problème pour trouver un emploi. Au Brésil, j’ai travaillé dans une banque et ici au Canada, je me suis lancé dans la finance. Et Dieu merci, nous avons toujours eu du travail. Mon mari l’a fait… il a travaillé à Toronto, mais ensuite, il était bien mieux pour lui de travailler dans les mines, de changer de ville. S’il restait à Toronto, il n’aurait pas de travail, il serait frustré à cause du travail. Nous devons donc suivre où l’œuvre se présente. Mon domaine, comme c’est la finance… la finance est beaucoup plus facile : partout où il y a un besoin. J’ai donc décidé de le suivre et c’était une bonne chose. Et j’ai des amis qui sont venus directement du Brésil à Sudbury et les emplois les ont obligés à aller dans le sud de l’Ontario. J’ai des amis qui vivent à Niagara Falls, Burlington, à cause du travail. Mais leurs domaines étaient la pétrochimie, la chimie. À mon époque, le plus difficile était de savoir comment les choses fonctionnaient. Parce qu’à mon époque, vous n’aviez pas accès aux informations que vous avez aujourd’hui et avec un petit enfant que vous avez eu, alors c’était comme ça : soit vous restez à la maison, soit vous sortez pour chercher des choses. À cet égard, nous avons eu un peu plus de difficultés. Aujourd’hui, vous êtes à la maison pour vous occuper de votre enfant, mais vous cherchez un emploi sur internet, à la recherche d’informations. Vous pouvez faire les deux en même temps. Mais pas à l’époque ! Pour vous rendre à l’assurance chômage, vous devez vous y rendre en personne. Vraiment, en frappant de porte en porte. Mais pas aujourd’hui, tout est sur Internet et il y a beaucoup de gens qui sont prêts à aider, à donner des informations. Il faut donc savoir où se trouve votre région et regarder au Canada, où se trouvent les industries de la région où vous travaillez. Et partez ! Cette nouvelle génération de Brésiliens, ceux qui viennent, les nôtres ils donnent un spectacle de bal ici ! Parce qu’ils arrivent avec tout en main, tout planifié, tout déclenché. Pas à mon époque. Nous avons vraiment… jusqu’à ce que nous améliorions notre anglais et comprenions comment les choses fonctionnent… beaucoup de mes amis ont dû travailler à Burger King, au McDonald’s. Mais pas maintenant. Les gens arrivent déjà avec des postes, avec du travail et c’est très bien !

Christian : Quelles sont pour vous les différences entre Timmins et Sudbury ?

Rita : Ce qui va vraiment déterminer votre opportunité d’emploi, n’est-ce pas ? Si vous avez un emploi à Timmins, prenez le poste, allez là-bas ! Vous n’avez pas à y rester toute votre vie ! Mais c’est une ville du nord, Timmins, est plus petit que Sudbury, plus au nord, plus froid, plus difficile d’aller à Toronto, parce que c’est un peu plus loin. Je pars de Sudbury à Toronto en quatre heures. Timmins, vous devez déjà prévoir huit heures, n’est-ce pas ? Mais ce sont aussi de bonnes villes, et vous avez accès à tout. L’infrastructure au Canada est très bonne. Si vous êtes à Timmins, il y a un hôpital, il y a des écoles. Si vous avez besoin d’un traitement plus important, il y a l’hélicoptère qui vous emmène là où vous en avez besoin. L’avantage de la campagne, c’est qu’il y a un grand besoin de main-d’œuvre, donc vous êtes très bien accueillis. Pendant les années où je suis ici à Sudbury, j’ai vu une augmentation du nombre d’immigrants, Indiens. Et Sudbury s’est rendue en Inde pour promouvoir la ville. Donc, je veux dire, vous êtes bien reçu. Ici où je travaille… J’ai été le seul étranger pendant de nombreuses années. Vous avez maintenant un garçon de Colombie, quelques Indiens, une personne du Népal et ils ne sont même pas encore tous des migrants, Ce sont des étudiants, ils travaillent… travaillent dur, ils sont heureux.

Christian : Et quel est le coût de la vie à Sudbury ? Ou même, comparé à Timmins et Toronto, est-il beaucoup moins cher ? A quoi ça ressemble ?

Rita : Toronto est fou, n’est-ce pas ? C’est dingue ! Le logement et même, la dernière fois que je suis allée à Toronto pour y prendre un sandwich au petit déjeuner, j’ai trouvé le prix qu’ils demandaient, alors j’ai dit : “Wow ! Un peu trop cher pour ce que je voulais”. Mais, en réalité, Toronto est devenue un peu trop chère et c’est trop cher là-bas. Donc, si vous voulez vivre avec une qualité de vie, quel que soit votre logement ou votre éducation… à l’intérieur, vous avez la chance d’avoir une bien meilleure qualité de vie.

Christian : Et toujours en parlant de qualité de vie, comment est votre vie sociale ? Vous avez beaucoup de choses à faire ?

Rita : Il y a des choses à faire ! Il y a le théâtre, il y a le cinéma, les gens aiment les parcs, les activités de nature… beaucoup plus qu’à Toronto. Vous avez des plages et dans ma ville, il y a des lacs partout. Vous pouvez même avoir une maison au bord du lac et avoir une partie privée du lac pour vous ! Il y a des lacs, les eaux sont propres, l’accès au camping, la pêche, la chasse, la moto, le VTT. Pour un enfant, pour un jeune, grandir ici, c’est très bien ! Et même mes enfants et mes amis qui allaient à l’université en dehors de la ville en été voulaient revenir en courant. Parce qu’ici, vous avez beaucoup plus de choses à faire. Et vous avez des amis ici qui : “Oh, je vivais à Kingston, Burlington et maintenant je suis à Sudbury…” Ils le disent une ou deux fois et la fois suivante, “Oh, j’adore cet endroit !”. Après être restés, ils disent : “Oh, je dois aller à Toronto, quelle horreur !”.

Christian : Alors, aujourd’hui, Toronto est devenu trop grand pour vous ?

Rita : Oh, restez maintenant. Il est très facile de s’habituer à ce qui est bon, c’est très facile !

Christian : Y a-t-il quelque chose que vous n’aimez pas à Sudbury ?

Rita : Je n’aime pas qu’il n’y ait pas de cuisse de poulet ! Au fait, le week-end prochain, nous aurons… la première fois qu’un camion viendra ici depuis un magasin de Toronto, apportant tout ce que nous aimons. Je n’ai pas à me plaindre, non !

Christian : A-t-il été facile de trouver un endroit où vivre ?

Rita : J’ai entendu à la radio aujourd’hui que si nous voulons attirer plus d’immigrants ici, nous devons améliorer les logements. Investir, parce qu’en réalité, les gens viennent ici et… le logement… où vivront-ils, n’est-ce pas ? Oh, mais ils sont toujours en train de construire. Il y a beaucoup de terrains à bâtir.

Christian : A cause de la Vale do Rio Doce, qui est aussi là et parce qu’il y a beaucoup de mines, il y a beaucoup de Brésiliens là-bas ?

Rita : Il a beaucoup augmenté à cause de Vale. Nombreux sont ceux qui viennent juste pour passer un an ou deux et s’en vont. La plupart d’entre eux veulent rester. Le fait que Vale soit venu ici, dans la ville, a vraiment attiré beaucoup de Brésiliens.

Christian : Quelles sont vos recommandations pour ceux qui veulent vivre ou essaient de vivre à Sudbury ?

Rita : Pas grand-chose à recommander. C’est la même chose pour tout immigrant : gardez l’esprit ouvert, le cœur ouvert et regardez vraiment, sur Internet, où se trouve l’industrie avec laquelle vous pouvez collaborer. C’est le travail que vous allez définir. Si vous avez un travail qui vous plaît, votre mari l’aime aussi, le reste vient. Un jour est toujours meilleur que le suivant. Mais il reste ouvert, car le Canada n’est pas seulement l’Ontario. J’ai eu l’expérience, ici, à mon travail, d’entreprises en Alberta qui ont volé mes employés ici. Je veux dire, ça reste ouvert, ça va vraiment ailleurs. Parfois, c’est une question de quelques années, puis ça change. Mais chaque fois que cela change, c’est un changement pour le mieux, c’est un changement positif. C’est une bonne chose, mais parfois c’est aussi une mauvaise chose : j’ai rencontré des Brésiliens qui sont ici, mais ils n’ont pas quitté le Brésil, parce qu’ils continuent à regarder le Jornal Nacional, ils continuent à regarder les feuilletons, ils continuent… vous savez ? Ils suivent le football au Brésil, ils suivent la politique au Brésil et il n’y a plus de temps pour voir ce qui se passe ici au Canada. C’est donc un danger que l’on court aussi. Parce qu’il faut vraiment prendre le temps d’apprendre des choses ici.

Christian : Y a-t-il une profession plus spécifique que le Brésilien finit par exercer ou est-elle générale, n’a-t-elle pas quelque chose de spécifique ?

Rita : Ecoutez, les Brésiliens que j’ai rencontrés me rendent très fiers, parce qu’ils sont tous très travailleurs. Ils ont une très bonne éthique. On se fait prendre à fond, même au travail ! Pas de problème. Mais ici, c’est une région plus… comme une région minière… ingénieur civil, ingénieur des mines, géologues, géophysiciens… cette région minière demande beaucoup. La ville intérieure a ce problème, qui n’a parfois pas beaucoup d’opportunités. Ensuite, ils doivent regarder dehors. Puis, quand une opportunité se présente, il n’y a personne en ville et ils vont regarder dehors.

Christian : Et il y a eu un appel pour les immigrés ? Vous avez fait un commentaire sur l’Inde. Est-ce qu’ils font de la publicité ailleurs sur Sudbury, en essayant d’attirer d’autres immigrants ?

Rita : C’est vrai. Par exemple, ici en ville, il y a un très bon hôpital, il y a un hôpital pour le traitement du cancer. Et vous y trouverez beaucoup de médecins étrangers. Parce que quand ils ont fait l’hôpital, ils ont dit : “Je ne vais pas voler là-bas à Toronto parce que ça ne marche pas. Ils ont donc loué. Il y a donc beaucoup de médecins indiens, il y a des médecins brésiliens, il y a de tout. Le collège ici a également recruté à l’étranger, pour attirer des étudiants ayant l’intention de rester ici dans la ville.

Christian : Comment se présente pour vous l’aspect violence ?

Rita : Timmins était très calme et je pensais que Toronto, comparé à Sao Paulo, était calme. Timmis était très calme et ici aussi, c’est très calme. La violence qui sévit et s’accroît depuis que je suis arrivé au Canada. Quand je suis arrivé au Canada il y a des années, nous ne voyions personne dans la rue et aujourd’hui, c’est plein. Mais c’est un problème mondial qui est celui de la drogue, n’est-ce pas ? Beaucoup de drogues, malheureusement c’est dans chaque ville.

Christian : Que dirait Rita aujourd’hui comme conseil pour Rita de 1994, qui venait au Canada ?

Rita : Mettez votre visage en évidence… maintenant vous n’avez même plus besoin de la rue ! Mettez votre nez dans l’ordinateur, sur Internet, cherchez des opportunités, car il y en a beaucoup ! Vous cherchez des opportunités, vous ne restez pas coincé à tel ou tel endroit, non. Vous l’êtes vraiment. Rien n’est permanent… rien n’est permanent ! Un conseil : ne rien attendre du jour au lendemain. Le déshonneur vient du jour au lendemain, hein ? Mais une bonne chose est qu’il y aura un peu de changement. Mon expérience a donc toujours été la suivante : “Un jour est toujours meilleur que le suivant”. Ce que j’ai reçu n’est pas arrivé soudainement, du jour au lendemain, mais toujours un jour après l’autre.

Christian : Nous remercions Rita et maintenant nous savons pourquoi elle est allée vivre à Sudbury. Et il convient de préciser que ce sont des opinions, des expériences rapportées par nos invités. Cela ne veut pas dire qu’il en sera de même pour quelqu’un d’autre. Ce qui est important dans ces épisodes, c’est que les gens savent un peu ce que c’est que de vivre dans ces endroits. Pour vous qui êtes venus jusqu’ici, je remercie le public et même un prochain épisode.

Podcast: L’Ontario n’est pas seulement Toronto


  • Réalisation et entretiens : Christian Pedersen
  • Production : Christian Pedersen et Ana Carolina Botelho
  • Vignettes : Robson DJ Estudio – Participations de Robson DJ et Eric Major
  • Coordination: Teresa Botelho
  • Site Web et marketing : Équipe créative Canada
  • Gestion de projet : Teresa Botelho et Regina Filippov

Une réalisation de BRZ Group Inc., Canada

_______________

Wave Podcast Series: L’Ontario nést pas seulement Toronto
Possible grâce au soutien d’Ontario Creates

The views expressed in this podcast are the views of the interviewee and do not necessarily reflect those of the Province.