E4 Pourquoi Patricia a-t-elle choisi de vivre à Kanada-Ottawa?

Podcast Ontario Beyond Toronto (English transcript): In this episode, we spoke with Patricia Barcellos, a Federal worker who left Toronto, where she lived for 10 years, for a new life in Kanata, in Ottawa.

0
425

Audio en portugais. Lisez la transcription de l’entrevue ci-dessous

Kanata-Ottawa, Ontario

Entretien avec Patricia Barcellos

(Traduction automatique de l’original en portugais, sans édition)

Bonjour bienvenue. Je suis Christian Pedersen et ceci est un autre épisode de «L’Ontario, ce n’est pas seulement Toronto» . Dans cet épisode, nous voulons savoir: pourquoi Patricia est-elle allée vivre à Kanata , une banlieue d’ Ottawa ? Patricia Barcellos, travailleuse de la santé du gouvernement fédéral canadien, a quitté Toronto , où elle a vécu pendant 10 ans, pour une vie à Kanata , une ancienne ville qui a été absorbée par Ottawa et qui est maintenant une grande banlieue. La banlieue de Kanata , compte aujourd’hui environ 117 000 habitants et est, plus ou moins 22 km à l’ ouest du centre – ville d’ Ottawa.

«L’ Ontario n’est pas seulement Toronto» , le balado Brazilian Wave

Christian: Patricia, pourquoi es-tu venue vivre au Canada?

Patricia: J’ai choisi le Canada, parce qu’à un certain moment de ma vie, quand je vivais au Brésil, mon mari a obtenu une bourse de doctorat pour aller aux États-Unis, et nous sommes allés ensemble. Au cours de cette période, ce qui s’est passé, c’est que nous avons visité le Canada. Et quand nous sommes arrivés à Toronto, et c’était l’été, c’était cette explosion de toutes les couleurs, de toutes les tailles, de tous les sons. Vous avez entendu des langues que vous ne pouviez pas … Au moins, je ne pouvais même pas identifier! Et les gens, extrêmement, sympathiques. Dans toute notre expérience, il n’y a pas eu un moment comme: “Wow, comme c’est étrange!”. Donc, c’était quelque chose qui nous a très bien impressionnés. Ensuite, ce qui s’est passé, c’est qu’en réalité, nous [avons pensé]: «Wow, tout à coup, nous pourrions immigrer au Canada!». Et nous avons vérifié la paperasse à Minneápolis [aux États-Unis] . Mais ensuite, avec la bourse, vous avez l’obligation de retourner au Brésil (je pense que vous devez rester, au moins, pendant deux ans). Le consulat du Canada à Minneápolis nous a informés que, alors que nous déménagions dans un autre pays, nous devrons alors entamer le processus dans cet autre pays [le Brésil].

Christian: Avez-vous tout de suite choisi Toronto ou avez-vous d’abord pensé à un autre endroit?

Patricia: Mon idée était Montréal . Parce que j’étais déjà venu au Canada pour le travail et que j’ai rencontré Toronto , j’ai rencontré Vancouver (que j’aimais énormément!). Mais je n’avais pas connu Montréal et j’avais cette idée de Montréal ! Et je suis allé voir comment était la situation à Montréal . Parce que toujours dans ma tête, Montréal était l’endroit.

Christian: Qu’est-ce que tu as aimé à Toronto et qu’est-ce que tu n’as pas aimé à Toronto ?

Patricia: J’aime cette diversité de Toronto . C’est comme ça, quelque chose qui donne une vie en ville et qui, pour mon expérience (peut-être ceux qui vivent à New York ou, peut-être, à Miami, je ne sais pas, ont peut-être une expérience similaire), en la comparant avec mon expérience de vie aux États-Unis et même, par exemple, à Montréal, quand j’y ai passé une semaine… Je pense que Toronto a cette diversité que je trouve formidable! Et cela se reflète dans des millions de choses, pas seulement dans les gens que vous voyez. Mais ça se reflète dans les quartiers, ça se reflète dans les restaurants, dans les marchés.

Christian: Qu’est-ce que vous appréciez à propos de Kanata, que vous n’avez pas trouvé à Toronto ?

Patricia: Le début est toujours beaucoup plus difficile, non? Donc, je pense que cet aspect, de cette lutte des défis d’obtenir et de savoir des choses … donc, pour moi, cette partie a été très difficile, à Toronto . Je pensais que c’était un peu limité. Bien que vous puissiez faire des choses et ainsi de suite, je pense que j’en apprenais encore beaucoup (comme je le suis encore) ce qu’est le Canada et la culture canadienne. Donc, ce début est très difficile. Et puis, peut-être, ce n’est même pas une chose spécifique à Toronto . Parce que, peut-être, si, et, ma première arrivée au Canada, avait été ailleurs, j’aurais vécu la même expérience. Mais je pense que, peut-être parce que Toronto est la plus grande ville, ils ont aussi ces choses, les gens sont plus froids, tout le monde est en fuite. Je me souviens, par exemple, que lorsque j’ai déménagé dans la région de la capitale nationale ( parce que je suis allé vivre au Québec ), je me souviens que j’ai loué mon appartement. Ensuite, en bon brésilien, la première chose à faire, c’est d’aller au supermarché pour acheter des produits de nettoyage, car il faut tout laver! Donc, j’étais au supermarché avec un balai, du savon, tout ce que vous pouvez imaginer! Puis, quand mon tour a fait la queue, le caissier m’a regardé et m’a dit: “Eh bien, soit vous êtes une femme de ménage, soit vous venez d’emménager.” Et la fille, la personne en face de moi, tout le monde a ri! Et j’ai trouvé que c’était génial! À Toronto, vous allez au supermarché, le caissier a ce sourire: « Salut , comment vas-tu ?». [Mais] elle ne vous regarde même pas! Les choses se passent: « Bonjour, passez une bonne journée !». Puis, du coup, ma première expérience du côté québécois, la personne m’a non seulement vu, mais elle a regardé, pensé à quelque chose et fait le commentaire…, et tout le monde a ri! Et j’ai dit: «Les gars, quelle différence!». Une autre chose que j’ai aussi trouvée drôle (ces choses sont idiotes, mais je ne sais pas, elles m’ont impacté parce que peut-être que je n’attendais pas. Toronto a aussi le trafic qui … maintenant, quand je vais à Toronto , je dis : “Oh, wow!”. Mais, je me souviens que la première fois que je suis venu à Ottawa chercher un appartement, avant d’emménager…, je suis arrivé sur le 416, en entrant le 417, les gens m’ont facilité l’accès à Hi ghway . Je n’ai jamais eu cette expérience à Toro nto ! Je suis un peu plus détendu, pour ainsi dire, au Canada, et je comprends un peu plus la culture canadienne. C’est quelque chose qui, quand on rajeunit, je pense que c’est quelque chose de beaucoup plus facile, mais pour moi que je suis déjà arrivé à une personne très adulte, c’est difficile…, c’est difficile! Je pense que c’est un processus d’apprentissage que je mourrai en apprenant.

Christian: Qu’est – ce qui vous a donné envie de déménager dans une autre ville?

Patricia: C’était pour un travail. J’avais une offre d’emploi à Ottawa , ce qui était beaucoup plus intéressant pour moi, d’un point de vue professionnel. Je veux dire, non seulement financier, mais le travail lui-même. Je suis venu travailler dans une agence gouvernementale qui élabore des normes techniques. Une chose sur laquelle j’avais un peu travaillé au Brésil, à l’époque où l’ISO 14000 (qui est l’environnement) a été discutée et j’ai participé au comité brésilien. Donc, c’était quelque chose que j’ai trouvé très intéressant, le développement de normes techniques. J’ai eu cette opportunité, j’ai soumis mon curriculum vitae et j’ai obtenu le poste, puis je suis venu.

Christian: Comment s’est déroulé le processus de changement, s’est-il déroulé sans heurts?

Patricia: Moyenne. Parce que nous savons une fille ici à Ottawa, u ma canadienne. Et elle allait quitter le pays (j’ai déménagé en février) et elle a dit: «Ah, Patricia! Pourquoi ne restes-tu pas ici chez moi? ». J’ai trouvé que c’était génial: “Bien sûr!” Parce que je prenais soin de sa maison (elle avait aussi un chat), au lieu d’aller à l’hôtel (et ils me paieraient pour l’hôtel). Eh bien, c’était un désastre! Pourquoi était-ce un de ces hivers où il a neigé jusqu’à ce qu’il disparaisse, vous savez? Et je devais déneiger et je n’avais nulle part ailleurs où mettre la neige. Donc, vous continuez à essayer de mettre … faire une colline de plus en plus haute. C’était l’enfer, c’était horrible! J’ai dit: «Quelle stupide chose!».

Christian: Quels aspects d’ Ottawa aimez-vous et n’aimez-vous pas?

Patricia: C’est la chose drôle! Parce que je me souviens (quand j’étais à Toronto et que j’étais un nouveau venu) que les gens disaient: «Regarde, Toronto , grande ville!». Et je n’arrêtais pas de penser … euh-euh … parce que, comparé à Rio Toronto est une petite ville, non? Et je me suis retrouvé à Ottawa , alors qu’Ottawa n’avait pas un million d’habitants! Quand je suis arrivé, il y en avait environ 800 000, ou peu importe. Mais, j’ai aimé! C’était marrant aussi, qu’ici certaines personnes, quand elles m’ont demandé: «Ah! Où avez-vous vécu avant? “. Et moi: «À Toronto ». Et ils ont dit: «Wow! Mais vous devez détester Ottawa , car Ottawa n’a rien! ». Je veux dire, je pense que c’est peut-être une impression un peu plus des jeunes, parce que Toronto , je pense, a beaucoup plus de vie nocturne. Cela a en effet! Mais, les gens aussi … moi qui parle à Ottawa … il semble qu’Ottawa était bien pire. De nos jours, vous avez cette diversité de restaurants, de quartiers et autres. De toute évidence, vous ne pouvez pas comparer à Toronto . Mais vous en avez et vous en avez assez! Et je pense que, soit à cause de mon âge, soit quoi que ce soit, j’ai fini par profiter de ce rythme un peu plus lent. Tout est proche ici, compris? Vous parlez comme ceci: Traffic Jam. Mais Traffic Jam, parce que vous ne pouvez pas aller à 50 mph! Ça va à 20km / h ou 30km / h, tu sais? Mais c’est un peu différent. Ce que je trouve aussi agréable ici à Ottawa, c’est cette proximité avec la nature: vous avez la ceinture verte à Ottawa , vous avez aussi le parc de la Gatineau . Je veux dire, tout est super proche, bien plus qu’à Toronto ! À Toronto, vous avez le lac et si vous habitez près du lac, c’est parfait! Mais sinon… et à Toronto , ce qui est très bien et très mauvais, c’est-à-dire: «Si vous habitez près du métro, tout va bien. Mais si vous habitez loin du métro, le système de transports en commun est horrible ». C’est un peu mieux ici, à cause du volume, je pense, de fonctionnaires. Au moins le matin et l’après-midi, vous avez une fréquence de bus. Il y a une voie spéciale réservée aux bus dans certaines parties de la ville. C’est intéressant, car (même un directeur général), tout le monde utilise les transports en commun. Et cette chose dont tout est proche, tout est 20 minutes, 30 minutes. Je me suis retrouvé à Kanata parce qu’à un certain moment, j’ai dit: «Wow, je vais penser à acheter une maison!». Je vivais dans un quartier supersympathique à Ottawa , qui s’appelle West Borrough , mais c’était aussi extrêmement cher. Le loyer était assez cher. J’ai dit: “Cela n’a aucun sens pour moi de payer ce loyer”. Mais, aussi, pour pouvoir acheter une maison à Ottawa … , ce n’est pas aussi cher que Toronto , mais c’est un peu plus cher que ce que je pourrais me permettre. J’avais un collègue à l’époque et nous étions très proches. Elle vivait à Kanata . Et elle a dit: «Viens à Kanata !». Bref, elle est canadienne et m’a donné plusieurs conseils et je suis venue voir Kanata . Ce truc vivant en banlieue a toujours été quelque chose auquel je n’avais jamais pensé. Car, selon la voiture pour aller acheter un kilo de farine ou un litre de lait, je trouve que c’est une horreur! Mais j’ai réussi à trouver un endroit où j’ai tout: je peux marcher jusqu’à la bibliothèque, il y a une banque, il y a un café… il y a toutes ces choses qui sont plus importantes… il y a trois types de supermarchés. Ah! Et il est très proche de l’arrêt de bus que j’utilisais à l’époque. Ainsi, vous n’êtes pas totalement dépendant de votre voiture. Donc, pour moi, c’était la chose la plus importante! Eh bien, en février, vous n’avez pas beaucoup d’offres. Mais alors, cet endroit où j’ai trouvé cet endroit à Kanata , qui avait tous ces avantages, y compris un arrêt de bus pour aller en ville, très proche aussi.

Christian Est-ce que le tramway arrive aussi à Kanata ou n’est-ce pas encore?

Patricia: Pas encore. Vous avez un plan pour arriver.

Christian Mais quand vous avez déménagé d’ Ottawa à Gatineau, comment s’est passée cette transition? Parce que, comme le Québec est à la frontière, beaucoup de gens vivent à Gatineau et travaillent à Ottawa . Ou beaucoup de gens vont aussi à Gatineau pour acheter de l’alcool – j’ai entendu parler de cette histoire, qui est moins chère … les gens sortent le soir à Gatineau pour acheter de l’alcool et retourner en Ontario … comment cela s’est-il passé? Parce qu’il y a beaucoup, pas seulement beaucoup d’incitatifs, mais il y a aussi le problème de la langue, qui est toujours un problème.

Patricia: C’est un problème. Ce qui s’est passé, c’est qu’au début de février, lorsque je suis venu chercher un logement, le seul endroit que j’ai trouvé, qui était assez proche de mon travail et que je pouvais marcher, si besoin était, était du côté de Gatineau . . Alors, lorsque j’ai déménagé de Toronto à la région de la capitale nationale , je suis allé directement à Gatineau . En fait, je voulais vraiment, j’étais intéressé à apprendre le français. Mais, malheureusement, le travail, même du côté de Gatineau ( où je travaillais) tout le monde ne parlait que l’anglais. A l’ exception d’une personne (qui a eu toute la patience) et je lui ai dit: «Monique, je veux pratiquer mon français». Elle était bilingue et c’était génial car elle ne me parlait qu’en français. Et cela m’a aidé à répondre quand je ne savais pas. Mais j’ai aussi appris. Je ne savais pas, mais j’ai entendu parler de ces choses. Beaucoup de gens qui vivent à Ottawa vont au Québec , non seulement pour acheter des boissons (qui, en général, sont moins chères), mais les bars ont aussi tendance à rester ouverts plus tard.

Christian Kanata a une part technologique, avec les industries. La ville attire-t-elle les gens, également pour cette raison, ou la ville est-elle plutôt un dortoir?

Patricia: Je pense que Kanata a commencé comme une ville-dortoir. Parce que c’est exactement comme ça: en marge de la ceinture verte. Donc, il n’a pas cette partie … comme, quand vous allez dans des villes plus petites, généralement en Amérique du Nord, vous avez ce petit centre, qui est parfois agréable et tel. Kanata ne l’a pas. Donc, je pense que le début de Kanata était d’une ville-dortoir. Parce que tout a commencé la partie informatique pour obtenir la partie qu’ils appellent anata North. Et vous avez le parc industriel de cette très grande zone de technologie de l’information à Kanata . Ainsi, les gens ont commencé à vivre même à Kanata , ce qui est bien évidemment une bonne chose, car les gens vivent et les choses commencent aussi à se produire.

Christian Cela valait-il la peine de passer à Kanata ?

Patricia: Merci pour moi! Merci parce que je pense que je n’aurais pas l’opportunité de devenir propriétaire de la maison que j’ai à Toronto. A moins que j’aie vécu … peut-être … je ne sais même pas où, tu sais? Et devoir affronter [l’autoroute] 41 tous les jours, en bus ou en voiture, et perdre … Je ne sais pas, combien d’heures les gens perdent dans la circulation! Je conduis en allant à mon travail, une demi-heure en voiture. En hiver, revenant parfois avec plus de trafic, cela me prend 40 minutes. Ce que je n’aurais jamais à Toronto. Les difficultés d’Ottawa: l’hiver. L’hiver est plus long, plus froid, plus de neige. J’ai essayé d’obtenir le plus possible, de m’impliquer dans les activités hivernales.

Christian Recommanderiez-vous Kanata à un Brésilien?

Patricia: Je pense que cela dépendra du profil. Si vous êtes un super jeune, qui adore faire la fête, peut-être que même le côté québécois serait plus intéressant. Si vous êtes une personne qui aime vraiment cette partie des sports d’hiver, le vélo, la randonnée, je pense qu’Ottawa en général et Kanata aussi (parce que tout est si proche), l’offrent. Et je pense que c’est aussi [bon] pour ceux qui ont une famille. Et il y en a beaucoup … il semble qu’il y ait beaucoup de brésiliens ici. Les personnes qui travaillent dans ce domaine vivent à Kanata . Tout comme il y a des gens à Ottawa qui ont décidé de déménager à Gatineau , simplement pour avoir accès à une meilleure maison et à un coût de la vie moins cher (ce qu’ils font à Gatineau ), c’est la même chose que je dirais tout à coup vous envisagez d’aller à Toronto , mais selon votre situation, à Ottawa et à anata , en particulier, je pense que ce serait une bonne option. Plus que la partie Est, car là-bas, Orléans semble avoir toujours un problème de circulation pour venir en bus d’Orléans vers le centre-ville.

Christian Il y a donc beaucoup de Brésiliens à Kanata ?

Patricia : Oui. Il y a beaucoup de Brésiliens.

Christian: Y a-t-il des produits et services brésiliens ou est-ce simplement plus à Ottawa ?

Patricia: Pas que je sache. Malheureusement, nous avions un groupe ici, et le groupe s’est en quelque sorte terminé … malheureusement. Donc, je ne suis pas très conscient.

Christian: Et quelles recommandations donneriez-vous à un Brésilien? Qui arriverait ici et voudrait aller à Ottawa ou à Kanata ?

Patricia: En réalité, je pense que cette chose fluctue un peu. Mais je pense qu’aujourd’hui, par exemple, Kanata propose également un soutien aux immigrés. Quand je suis arrivé à Toronto , par exemple, je n’en avais pas. J’ai fini par découvrir cette organisation [pour les migrants] dont je sais qu’elle est l’une des… parce qu’ils m’ont invité à être ce qu’ils appellent un « mentor » pour les immigrants. J’ai trouvé l’idée géniale! Et il y a plusieurs autres organisations et je ne pense pas que pour Ottawa . Pour les gens qui envisagent de venir au Canada, je pense que, de nos jours, ils ont accès via Internet et il est même beaucoup plus facile, même, d’obtenir des informations par Internet. Si vous connaissez quelqu’un ou via Wave, par exemple, établissez des contacts. Parce que je pense que la seule chose qui me préoccupe un peu et que j’avertirais, c’est ce numéro d’hiver. Parce que je pense que c’est une chose difficile, non? Parce que certaines personnes ne s’adaptent pas.

Christian: Quand beaucoup de gens disent: j’aime le froid, je m’adapterai bien. Le froid que nous avons au Brésil est totalement différent du froid auquel vous faites face ici. Autant que vous l’aimez, ce n’est pas comme ça …

Patricia: Ce truc à propos du froid … c’est quelque chose dont les gens doivent être très conscients, parce que c’est quelque chose qui exigera. Même s’ils sont plus intéressés par les sports d’hiver et autres … les gens peuvent voir ces images de ski dans les Alpes … mais la situation est assez différente. Parce que la température ici est beaucoup plus basse et que l’hiver est beaucoup plus long. Parfois, cela commence en octobre. Je me souviens, il y en a derrière nous, la première neige était à Halloween , le 31 octobre, et je pense que c’était jusqu’à la mi-avril. Tout était blanc, vous n’avez rien vu. C’était de la neige directe, directe! Et vous devez être préparé. Il a toute la partie psychologique de ce que vous trouverez. Lassitude de la botte à la botte, manteau de botte, gant de botte, botte de botte … Enlevez votre veste, enlevez votre casquette, enlevez votre gant, enlevez votre botte … et les choses sont lourdes. Je veux dire, une fois que ça va, mais six mois, c’est fatiguant.

Christian: Quelle est vraiment l’importance de l’anglais pour pouvoir se développer ici?

Patricia: Vous devez avoir l’anglais. Si vous ne l’avez pas fait, comme moi quand je suis arrivé aux États-Unis … Je ne l’ai pas fait, mais j’ai fait un effort monumental. J’ai eu quelques cours, mais tout est très cher et nous vivions avec un budget étudiant et je suis allé à la bibliothèque universitaire toute la journée pour étudier. J’ai fait Toefl et j’ai fini par y faire un master. Et voici la même chose. Si vous ne l’avez pas fait, vous devez être prêt à apprendre. Si vous avez de l’argent pour payer un cours d’anglais, tant mieux, sinon, vous serez très limité: travailler dans la construction, travailler dans le nettoyage … le coût de la vie ici à Ottawa est aussi beaucoup moins cher qu’à Toronto . C’est une autre chose que je trouve positive.

Christian: Le coût de la vie à anata est le même qu’à Ottawa ou, étant une banlieue, c’est moins cher?

Patricia: Je pense que Kanata est un peu moins cher. Quand je vois, par exemple, l’essence, ces choses, à Kanata, en général, c’est moins cher. Mais pour le reste, je pense que c’est plus ou moins la même chose. Évidemment, si vous voulez acheter une propriété dans la ville d’ Ottawa, ce sera un peu plus cher qu’en banlieue. Supermarché et tout ça, c’est plus ou moins pareil, car ce sont toutes des chaînes.

Christian: Ayant vécu dans des endroits différents, si vous deviez tout recommencer, choisiriez-vous d’ abord Ottawa ou ailleurs?

Patricia: J’aime Ottawa! Je pense que je resterais à Ottawa . Et comme ça ici, dans cet endroit, ici même à anata . Il y a un autre endroit ici, une autre banlieue, qui est très proche (vous ne vous rendez pratiquement pas compte que vous êtes dans une autre banlieue) et qui est plus sympathique que Kanata . Il s’appelle Stittsville et il y a cette partie de la ville, donc vous avez un petit centre de Stittsville.

Christian : En ce qui concerne la sécurité, comme c’est le cas pour une femme vivant seule au anata ou au Canada en général?

Patricia: L’élément critique qui m’a fait venir au Canada a été la violence. Parce que, quand nous sommes revenus des États-Unis , il y a eu une série d’événements dans les deux ans qui ont suivi notre arrivée. Et quand il fait froid en hiver, je me souviens: «Non, mais… j’ai une liberté ici, que je n’aurais jamais au Brésil!». Je me souviens que la première fois que je suis rentré de mon travail à Toronto , à pied, chez moi, il était neuf heures du soir en hiver et puis, il n’y avait personne dans la rue! Et mon cœur: boum, boum, boum, boum. Mais j’ai ressenti un plaisir, qui ne peut être décrit! Une autre chose, aussi drôle, c’est que (cette violence reste longtemps avec toi)… je me souviens que je voulais acheter une maison, parce que je voulais un lopin de terre pour pouvoir planter un jardin, mais j’étais terrifié. J’ai dit: «Je vais devoir acheter dans une copropriété» (parce que je me sens plus protégée). Et je me souviens que mon patron, à l’époque, me parlait, il a dit: «Non, Patricia, pas de problème. J’habite! Dans ma rue, par exemple, il y a cette dame qui a, je ne sais pas quel âge et tout le monde sait qu’elle vit seule et qu’elle n’a pas le moindre problème! ». J’ai choisi de vivre dans une copropriété. Les gens se connaissent plus ou moins, donc si quelque chose de différent se produit, c’est beaucoup plus remarquable. Je pense que cela devient plus difficile pour … Je pense qu’il n’y a pas tant de violence gratuite ici, qu’il y en a à Rio, vous savez. Je ne pense pas que je pourrais jamais faire ça. Ouais, c’est quelque chose qui n’a pas de prix pour moi!

Christian: Si Patricia d’aujourd’hui rencontrait Patricia qui arrivait au Canada, quels conseils lui donneriez-vous?

Patricia: J’aurais dû aller participer ou rejoindre une église, par exemple. Une grande partie du social se passe dans les églises. C’est un moyen pour vous de vous développer. Parce que si vous venez ici, par exemple, avec un petit enfant, vous aurez une autre opportunité, vous rencontrerez d’autres parents. Les parents ici participent beaucoup à la vie des écoles. Alors, ils se rencontrent, régulièrement. Je connais aussi un certain nombre de Canadiens qui se sont fait de très bons amis et qui se sont rencontrés en allant chercher des enfants. Ou aller aux réunions que les parents font pour assister aux événements scolaires. Alors, c’est comme ça que les relations se passent ici, non? Bénévole! Vous ferez du bénévolat pour quelque chose que vous aimez. Vous rencontrerez beaucoup de monde et vous avez déjà un point commun, ce qui facilite les choses. Parce que développer des relations après avoir été adulte est un peu plus compliqué, surtout dans une culture différente.

Christian: Au nom de l’équipe Wave, je remercie Patricia Barcelos d’avoir participé à notre podcast. Et il vaut la peine de préciser qu’il s’agit d’opinions, d’expériences rapportées par nos clients, ce qui ne veut pas dire que ce sera la même chose pour quelqu’un d’autre. La chose importante à propos de ces épisodes est que les gens savent un peu ce que c’est que de vivre et de vivre dans ces endroits. Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour le public et à prochain épisode.

Podcast: L’Ontario n’est pas seulement Toronto


  • Réalisation et entretiens : Christian Pedersen
  • Production : Christian Pedersen et Ana Carolina Botelho
  • Vignettes : Robson DJ Estudio – Participations de Robson DJ et Eric Major
  • Coordination: Teresa Botelho
  • Site Web et marketing : Équipe créative Canada
  • Gestion de projet : Teresa Botelho et Regina Filippov

Une réalisation de BRZ Group Inc., Canada

_______________

Wave Podcast Series: L’Ontario nést pas seulement Toronto
Possible grâce au soutien d’Ontario Creates

The views expressed in this podcast are the views of the interviewee and do not necessarily reflect those of the Province.