E5 Pourquoi Roberto a-t-il choisi de vivre à Timmins?

Podcast Ontario Beyond Toronto (English transcript): In this episode, we spoke with a young entrepreneur, author of two books, who has been living in the city of Timmins for over seven years.

0
441

Audio en portugais. Lisez la transcription de l’entrevue ci-dessous

Timmins – Ontario

Entretien avec Roberto de Farias

(Traduction automatique de l’original en portugais, sans édition)

Salut, je suis Christian Pedersen. Bienvenue dans un autre épisode de «L’Ontario, ce n’est pas seulement Toronto». Dans cet épisode, nous parlerons à Roberto de Farias qui vit là-haut dans la ville de Timmins. Timmins est la deuxième plus grande ville du pays, par superficie, et se trouve à environ 684 km au nord de la capitale de l’Ontario, qui est Toronto. Et en parlant de Roberto, c’est un jeune entrepreneur, auteur de deux livres, qui vit dans la ville depuis plus de sept ans, avec son partenaire, qui est canadien. Donc, dans cet épisode, nous voulons savoir: pourquoi Roberto est-il allé vivre à Timmins?

Christian: Salut Roberto, comment vas-tu?

Roberto: Salut, comment vas-tu?

Christian: Tout est super! Merci d’avoir participé à notre podcast.

Roberto: Je vous remercie pour cette opportunité.

Christian: Même pour ceux qui vivent ici à Toronto, Timmins est un endroit curieux que peu de gens connaissent. Roberto, pourquoi avez-vous choisi le Canada?

Roberto: Tout a commencé en 2008, plus ou moins. J’ai travaillé à la Banco do Brasil, à São Paulo, et j’ai décidé de créer un bistrot de cuisine chinoise dans le sud de São Paulo. Mon partenaire et moi avons fini par acquérir cet espace et réalisé notre rêve entrepreneurial au Brésil. En moins d’un an, nous avons été volés trois fois. Puis, à cause des vols (ils étaient très violents!), J’ai fini par devenir très nerveux, développer un problème de peau. J’ai dit: non, ce n’est plus possible! Et j’ai fini par décider de quitter le Brésil. Mon intention n’était pas d’aller au Canada: c’était d’aller n’importe où! Ensuite, cela a fonctionné. Le Canada était plus proche et je parlais déjà anglais. Pour moi, l’intention était d’être le plus proche, le plus accessible possible du Brésil et ensuite je suis venu au Canada. Mon arrivée au Canada s’est faite par le Québec. Je suis arrivé à Montréal (j’ai vécu à Montréal pendant deux ans) et, à partir de là, pendant ces deux années, j’étudiais: qu’est-ce que je vais faire ici au Canada?. Parce que quand nous arrivons ici, nos vies recommencent, non? C’est comme si vous étiez né de nouveau. Et puis je ne savais pas ce que j’allais faire. J’ai eu une formation au Brésil, seulement l’étude en tant qu’esthéticienne en cosmétologie au Senac de São Paulo (qui n’est pas reconnue au Canada). Donc, c’était pour recommencer, littéralement, deux fois: professionnellement aussi. Puis j’ai dit: je ne peux pas retourner à l’école pour recommencer l’esthéticienne. D’autant qu’ici au Canada, une esthéticienne n’a rien à voir avec une esthéticienne au Brésil. Là, on fait un drainage lymphatique, un massage modelant. Pas ici! Voici les ongles et les cheveux. Ce qui n’a rien à voir. Voici un coiffeur, une chose de beauté. J’ai passé ces deux années à étudier les possibilités de développement au Canada.

Christian: La différence est impressionnante. Du restaurant chinois du côté sud de São Paulo et finit par aller au [Québec]….

Roberto: C’est vrai. Descendez du banc, allez au restaurant. Sortez de vos finances, allez au restaurant. Diplômé en esthétique, en cosmétologie, et étudiera la minéralogie dans le nord du Québec.

Christian: Tu parlais déjà français?

Roberto: Je parlais déjà français Parce que lorsque j’ai fait le processus d’immigration au Canada, j’ai reçu une lettre. Je pensais, dans ma tête, qu’au Canada, tout le monde parlait anglais. Donc, pour moi, c’était super! Puis j’ai postulé pour Montréal (parce que Montréal est la plus belle ville du Canada! Alors, je voulais y vivre!). Quand j’ai reçu la lettre d’invitation, la lettre disait que je devais avoir au moins l’intermédiaire français. Alors j’étais désespéré, non? Je suis allé suivre un cours de français!

Christian: Nous pensons que Montréal est un peu radicale. Mais, l’intérieur est encore plus radical avec le français….

Roberto: Ecoute, je serai très honnête avec toi. Quand j’ai reçu la lettre de convocation, comme ça … ça a donné une certaine paix dans mon cœur. Et puis, pour moi, le français n’était pas un problème. Parce que je voulais tellement venir au Canada, que pour moi, c’était ma motivation. J’ai donc embauché un professeur de français (de France) qui enseignait à São Paulo. Nous avons suivi des cours 5 fois par semaine, 3 heures par jour, tous les jours. Depuis ce jour, je n’ai regardé que des films en français, je n’ai écouté que de la musique en français. Alors, j’ai fait une immersion en français, tu sais? Quand je suis arrivé ici, ma seule difficulté a été de m’adapter à l’accent français du Québec. Parce que j’ai appris le français de France. Même aujourd’hui, quand je parle, les gens pensent que je suis français … de France!. Quand quelqu’un m’insulte en me demandant si je suis français, (parce que vous pouvez voir sur leur visage qu’ils insultent, n’est-ce pas?) Je le reçois même comme un compliment. Mais pour moi, je vais être honnête, ce n’était pas si difficile, non. C’était juste difficile au début, pour moi de m’adapter à leur propre accent. Mais, après m’être adapté, c’est tout! Je suis même allé étudier dans le Nord à Rouyn-Noranda (qui est juste au nord du Québec, plus à l’époque de Timmins, mais du côté québécois), où l’accent est bon. Donc, il faut s’y habituer, vous n’avez rien à faire.

Christian: Comment était-ce de quitter São Paulo et de se retrouver à Montréal? Puis, du coup, il est allé étudier l’exploitation minière dans le nord du Québec, qui, même pour Montréal, est aussi une fin du monde …

Roberto: En fait, quitter São Paulo et arriver à Montréal, pour moi, ce fut un énorme choc de réalité. Parce que j’ai vécu à São Paulo pendant 5 ans. Et, au cours de ces 5 années, j’ai vu beaucoup de choses qui m’ont donné envie de ne plus jamais vouloir rester à São Paulo. Je voulais déménager à l’intérieur des terres. Je voulais déménager ailleurs qu’à São Paulo! Mais je pense que c’est plus à cause d’un traumatisme. Parce que São Paulo est une ville très cool. C’est une ville qui a beaucoup de choses à faire. Mais j’ai fini par être traumatisé, alors je voulais sortir de là! Quand je suis arrivé à Montréal, nous voyons un autre bout de la chose, qui est aussi une ville développée: il y a une vie nocturne, il y a de la vie pendant 24 heures, il a tout à faire toute la semaine et c’est sûr. Donc, vous êtes beaucoup plus à l’aise et, avec le temps, vous ne voulez plus partir. Quand je suis arrivé à Rouyn-Noranda, c’était un autre impact de la réalité! Parce que Rouyn-Noranda est une ville de 40 000 habitants. Ils sont majoritairement quebequois, qui y vivent et n’y ont rien à faire. C’est une communauté très communautaire. Tout le monde connaît tout le monde et chacun est l’ami de tout le monde. Mais pas plus que ça. Pour moi, c’était une autre confrontation avec la réalité. Et, au final, je n’ai pas obtenu de diplôme en minéralogie. J’ai découvert là-bas, la psychologie. Je travaille comme thérapeute depuis quelques années maintenant.

Christian: C’est fou, non? Si vous pensez …

Roberto: Ouais, fou! J’ai fini par étudier un peu de psychologie et de philosophie aujourd’hui, ce qui ajoute plus de valeur à mon travail. Je comprends beaucoup les choses. Donc, je faisais attention à tout. J’ai réalisé, au cours des deux années que j’ai passées à Montréal, que tous ceux qui sont arrivés n’ont pas abandonné Montréal. Ça devait être Montréal, je voulais juste y rester. Je suis arrivé à Montréal en parlant trois langues. Et puis, j’ai réalisé que les gens qui parlaient trois, quatre, cinq, six langues travaillaient et gagnaient un salaire minimum. Et en compétition pour des emplois pour gagner un salaire minimum. Et ces gens avaient le potentiel de travailler dans de bien meilleurs emplois (en termes de salaires et de conditions), tant que ce n’était pas à Montréal. J’ai pensé: tu sais quoi … quand je suivais un cours pré-universitaire au Brésil, j’avais un professeur de géographie, qui disait toujours: «peu importe où tu vas vivre, tant que tu travailles dans vous voulez et gagner de l’argent. L’endroit où vous vivez est ce qui compte le moins: parce que vous prenez l’avion et que vous vous promenez. Parce que vous avez de l’argent pour ce qu’on appelle: la qualité de vie ». Et cela est entré dans mon cœur. Aujourd’hui, je vis, précisément, dans cette philosophie. J’habite à Timmins et Timmins n’a absolument rien à faire! Mais, quand je veux, je prends un avion et je vais à Toronto, je vais à São Paulo, je vais à Florianópolis … je vais où je veux, car aujourd’hui je fais ce que je veux et je vis là où je veux vivre .

Christian: Je pense que ça a beaucoup à faire. Il ne s’agit pas de savoir où vous vivez, mais comment vous vivez….

Roberto: Parce que l’enfer et le paradis nous accompagnent partout où nous allons. Nous devons les résoudre en nous, pour qu’ensuite, ils se reflètent à l’extérieur.

Christian: Avez-vous ressenti des préjugés à Montréal ou à Rouyn-Noranda ?

Roberto: À Montréal, non. Je n’ai jamais ressenti de préjugé. Ni à Rouyn-Noranda . Mais Rouyn-Noranda est un tel endroit … comme tout le monde connaît tout le monde, vous vous sentez analysé tout le temps. En fait, une fois que j’allais à l’université, tôt le matin (il faisait -60 ⁰C), une voiture s’est arrêtée et [une femme] a dit: «Roberto, viens ici! “Je vais t’emmener à l’université.” J’ai regardé et je ne connaissais pas la femme. Et la femme connaissait mon nom! Alors, tu te rends compte que tout le monde sait tout. Elle savait que j’étais brésilienne. Elle savait que je était arrivé de Donc, j’avais même un peu peur, parce que … comment quelqu’un que je ne sais même pas qui il est, je ne connais pas le nom de la femme, et elle savait tout de ma vie? une très petite communauté. La communauté, même l’entreprise, vous savez, mais à Timmins …

Christian: Parce que Timmins, géographiquement, est très similaire, au début [avec Rouyn-Noranda ], la distance et les deux vivent dans l’exploitation minière, en gros, c’est vrai. Mais, au fait, ils sont assez différents.

Roberto: La philosophie de Timmins et de Rouyn-Noranda est la même: l’exploitation minière et l’agro-industrie. C’est ce qui fonctionne ici. La différence, c’est que quand on dit que le Québec est pratiquement un autre pays, croyez-moi! C’est pratiquement un autre pays: en plus de ressembler beaucoup plus à l’Europe, le comportement des gens est beaucoup plus humanisé, pour ainsi dire. Parce que les quebequois ont cette envie de faire en sorte que les gens se sentent les bienvenus. Même s’ils n’aiment pas votre parti politique, même s’ils n’aiment pas … parce qu’il a ce truc géographique. Il y a une culture géographique ici en C (dont on sait qu’elle existe) entre les Québécois et le reste du Canada. Cependant, ici, lorsque nous déménageons en Ontario (il y a cette chose que nous connaissons au Brésil comme la culture nord-américaine de l’individualisme), ce n’est pas qu’ils soient individualistes (au point qu’ils ne se soucient pas de votre vie et que vous Bienvenue). N’est-ce pas. C’est juste qu’ils sont si individualistes dans leur vie. Cela nous donne l’impression qu’ils ne veulent pas de vous dans leur vie, mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Cependant, nous ne parlons pas de l’Ontario. On parle d’une ville située en Ontario, qui est Timmins. Et ici, dans la ville de Timmins, il y a un énorme préjugé contre quiconque n’est pas né ici. Il existe également d’autres préjugés liés à cela. Donc, si vous êtes canadien et que vous n’êtes pas né ici, vous subirez également des préjugés. Cependant, si vous êtes un immigrant, les préjugés sont beaucoup plus grands et flagrants. Ils n’ont pas honte de parler. Alors, parfois, vous souffrez de préjugés au milieu de la rue à Timmins.

Christian: As-tu vécu ça?

Roberto: Nous traversons parfois des situations. Vous connaissez cette agression qui n’est pas verbale, mais y en a-t-il? Cela existe et ici c’est très courant. Aujourd’hui, j’y suis habitué. Mais juste pour vous donner une idée, il y a deux ans, j’ai invité ma mère à venir me rendre visite, à passer deux mois avec moi. Elle ne parle pas un mot en anglais et nous sommes allés au centre commercial. Elle s’est rendu compte que les gens parlaient d’elle et j’ai dit: non, maman, imagine. Ce n’est pas!. Je savais que c’était, mais … (Maman, pardonne-moi, mais c’était pour ton bien! Lol). Il y a des préjugés, oui. Cependant, nous ne pouvons pas simplement lapider la ville. Parce que si c’était juste mauvais, je ne serais pas là, non? La ville est très belle! En termes d’accès à la nature, c’est un endroit incroyable. Nous avons les aurores boréales ici, plusieurs fois par an. C’est un endroit sympa pour voir les aurores boréales. Et ce n’est pas si loin au nord! C’est au nord, mais ce n’est pas si loin au nord, donc c’est acceptable! C’est donc un très bon endroit pour flâner, faire du tourisme et gagner de l’argent. En fait, il y a beaucoup d’immigrants qui viennent ici, simplement à cause du travail. Si vous voulez faire votre pécule au Canada, venez ici. Vous serez certainement bien accueilli. Parce que les gens manquent ici. Et cela vous aidera à gagner de l’argent. Parce que nous le voyons ici. Même dans les pharmacies, il y a un très grand roulement de pharmaciens. Parce qu’ils ne l’ont pas ici en ville et que ça doit venir de l’extérieur. Et les gens qui viennent de l’étranger, viennent de Toronto! Justement, parce que c’est payant de venir ici. Ne pas déménager ici: ils vivent toujours à Toronto et vont et viennent tout le temps (tant est grande la possibilité, ici, de profiter du travail). Les mines sont en pleine expansion. Deux autres mines viennent d’être ouvertes. Ils ont officiellement ouvert, ils commenceront donc à embaucher dans les mois à venir. Le travail est quelque chose qui ne s’arrête jamais. Alors pour ceux qui veulent venir faire un nid, ils sont les bienvenus. Mais venez avec la certitude qu’il a son côté positif et son côté négatif. Nous savons que nous serons confrontés à des problèmes avant d’y arriver.

Christian: Vous avez un facteur de plus dans cette histoire. Parce que, comme moi, tu es aussi gay. Alors, c’est une autre histoire, non? Alors c’est comment? Il est brésilien, il est gay, c’est tout. Comment allez-vous?

Roberto: La seule partie que je ne suis pas, c’est le noir, non? Ici, à Timmins, cela se passe comme suit: si vous êtes noir, vous êtes mal vu; si vous êtes indigène, vous êtes mal vu; si vous êtes un immigrant, vous êtes mal vu; si vous parlez avec un accent, vous êtes mal vu. Donc, il y a beaucoup de problèmes ici. Quiconque vient ici pour gagner de l’argent gagne de l’argent. Mais, vous devez savoir que vous serez confronté à ces problèmes. Pour moi, en particulier, c’est un peu pire, à cause de ce facteur, qui est l’homosexualité. J’ai mon partenaire. Donc, pour moi, cela n’a pas fait beaucoup de différence, car je n’ai pas besoin de me lancer dans une vie sociale au sein de la scène gay. Mais si j’en avais besoin, j’en souffrirais, c’est sûr. Parce qu’ici, on se rend compte que les gens sont traditionnels. Les valeurs ici sont différentes, disons: vous ne pouvez pas vous habiller un peu mieux, car les gens vous regarderont; si vous parlez différemment, ils auront l’air; si vous avez des cheveux différents, ils auront l’air (ce qui est mon cas, j’ai les cheveux longs). Le personnel a l’air beaucoup … ce n’est pas si simple. Mais, il n’est pas impossible de survivre. En plus de la culture nationale, il y a la culture locale. Je connais d’autres villes de l’Ontario et je sais qu’elles ne sont pas toutes comme ça. Nous ne pouvons donc pas localiser le problème comme s’il s’agissait d’un problème provincial. Parce que ce n’est pas. Ici, dans la ville, il y a 44 000 habitants et plus de 50% sont des Premières Nations….

Christian: Juste pour expliquer, les Premières Nations (ou Premières Nations) sont un terme utilisé en Amérique du Nord, principalement ici au Canada, pour désigner l’ethnicité des peuples autochtones situés sur le territoire actuel du pays, ainsi que leurs descendants.

Roberto: L’autre moitié de la population est ici, c’est uniquement pour le travail. Parce qu’il a de nombreuses mines. Je n’ai pas de vie sociale ici. Alors, qu’est-ce que j’ai fait? Je suis allé au travail. J’ai développé mon entreprise et j’ai fini par sombrer dans le travail. Je travaille tout le temps, donc ça ne m’a pas beaucoup affecté.

Christian: Comment aurais-tu l’air si tu n’étais pas ton partenaire? Serait-ce beaucoup plus difficile, ou n’y seriez-vous même pas là maintenant, sans cela?

Roberto: Je ne serais pas là. Quand je suis arrivé ici [Timmins], j’étais presque diplômé d’un cours de minéralogie. Il voulait que je vienne ici, alors je lui ai dit: je n’irai que si j’ai un emploi, dans ma région. Et puis il a trouvé un emploi, avant même que j’aie obtenu mon diplôme. Alors, c’est pourquoi j’ai déménagé ici. Et c’était un très bon travail, car ici, dans cette ville, vous gagnez beaucoup d’argent. Donc, si vous voulez gagner de l’argent, comme je l’ai dit, venez ici. Alors, je suis venu courir pour l’argent. Mais j’ai fini par ne pas apprécier le travail. Car pour ceux qui travaillent dans le domaine de la minéralogie, les gens le savent, ce n’est pas un travail très lourd pour ceux qui étudient. Mais c’est très dangereux pour la santé. Parce que vous êtes en contact, tout le temps, avec des produits chimiques et que je suis une personne en très bonne santé. Alors, quand j’ai commencé à travailler, j’ai vu que ce n’était pas tout à fait ce que j’imaginais. Aucun argent au monde ne me ferait rester là-bas et j’ai fini par abandonner. Et c’est l’abandon du travail qui m’a fait retourner à ma propre entreprise. Cependant, sans mon partenaire, je ne serais certainement plus là. Parce que la ville elle-même, comme je n’ai pas de vie sociale (c’est très important pour moi et je l’avais à Montréal et je l’avais à Rouyn-Noranda ), je retournerais certainement au Québec.

Christian: Est-ce que Rouyn-Noranda a une vie sociale? Même une petite ville?

Roberto: Ah oui! À Rouyn-Noranda , je suis arrivé et en 15 jours j’étais déjà invité à prendre un café chez le personnel. Ils sont très amicaux!

Christian: Alors tu as dû recycler … encore!

Roberto: Quand je suis arrivé (que j’ai abandonné ce travail), j’ai commencé à repenser les possibilités. Parce que je voulais faire fonctionner ma relation, mais je ne voulais pas être au chômage. Alors, j’ai commencé à aller dans tout ce qui était un département gouvernemental ici, pour voir des cours, des emplois…. et dès la première semaine, j’ai reçu un e-mail disant: il y aura un cours de développement organisationnel et commercial ici. Si vous souhaitez participer pour ouvrir une entreprise, des bourses vous seront offertes et vous pourrez vous qualifier. J’y suis allé et j’ai aimé. Je ne me suis pas qualifié car tout ce qu’ils voulaient offrir était axé sur la minéralogie, l’agro-industrie et des choses qui ne m’intéressaient pas. Mais, ils m’ont aidé à développer l’idée de mon entreprise, ce que je fais aujourd’hui. Et puis j’ai dit: tu sais quoi? Je vais essayer!. J’ai essayé et, Dieu merci, cela a fonctionné!

Christian: Commencer sa vie dans un autre pays est compliqué. Encore plus, côté travail….

Roberto: Quand je suis arrivé, j’étais à Montréal pendant 2 ans et je n’avais pas de travail. Rien. Donc, si je devais choisir un travail, je serais certainement sans emploi tout le temps. Alors, qu’est-ce que j’ai fait? La seule chose que je savais faire était un massage. Et les Brésiliens ne manquent pas à Montréal! Alors, j’ai commencé à faire de la publicité: une esthéticienne brésilienne arrivant à Montréal travaille à domicile. J’ai acheté une civière, j’ai acheté beaucoup de produits. Quand je suis arrivé ici à Timmins, le travail était bon, le salaire était bon. Je gagnais, à l’époque, il y a 7 ans, dans mon premier emploi, 35 $ CAN de l’heure. C’était un excellent travail! Et après 8 heures de travail, le montant a doublé, car le travail était à l’intérieur de la mine. Donc, les valeurs ici sont vraiment très bonnes. Wow, j’adorais faire des heures supplémentaires (lol), mais ce n’était pas ce que je voulais. J’arrêtais ma santé. Et c’est là que j’ai commencé à tout repenser: il y a quelque chose en nous, en tant qu’êtres humains, qui s’appelle «la nécessité est la mère de toutes choses». J’avais le besoin d’élever «un fils», à ce moment-là, ce qui allait me nourrir. Je suis le type de personne, que je dois travailler dans ce qui m’apporte satisfaction et plaisir. Sinon, je ne peux pas travailler. A tel point que j’ai abandonné ce travail (merveilleux à cause du salaire), parce que je n’y étais pas satisfait. Ensuite, un processus de reconnaissance entre: il faut se reconnaître, se connaître en tant que personne, faire une analyse de soi pour comprendre ce que l’on veut faire, ce que l’on aime, jusqu’à y arriver. Mais je garantis à quiconque arrive ici, à tout immigrant qui arrive, que nous n’arriverons pas en gagnant une mine d’or. Qui n’existe pas! Il faut comprendre une chose: quand on arrive au Canada, c’est comme s’il fallait faire 10 pas en arrière et ensuite faire 15 pas en avant. Vous ne pouvez pas y arriver en faisant des pas en avant. J’ai un ami (de Montréal), qui est un grand directeur d’une grande entreprise, au Brésil. Et elle a laissé ça pour venir à C. Quand elle est arrivée ici, elle n’a pas (évidemment) pu se remettre sur le marché (au Brésil elle avait une excellente position). Elle est allée travailler comme préposée au supermarché, à la caisse du supermarché. Il est resté trois mois, a demandé les factures et est retourné au Brésil. Aujourd’hui, elle est redevenue directrice dans une autre grande entreprise au Brésil. Mais pourquoi est-ce que je vous dis ça? Pour que les gens comprennent qu’il existe une possibilité de croissance. Cependant, nous ne pouvons pas être piégés dans ce que nous sommes. Nous devons être déconstruits pour nous reconstruire, tout le temps! Si nous ne pouvons pas faire cela, nous ne le pourrons jamais. Aujourd’hui, il y a deux ans et cinq mois, j’ai officiellement ouvert les portes de mon entreprise. Et nous avons réussi (avec tous ces efforts que je parle de déconstruire et de reconstruire) pour atteindre des clients du monde entier. Nous sommes dans 24 pays, y compris des célébrités du Brésil. Quelque chose que je n’avais jamais imaginé faire de ma vie! Donc, aujourd’hui, je le vois comme ça: chaque effort en vaut la peine. Mais nous devons comprendre que l’effort est là et que nous devons le traverser. En tant qu’immigrants, nous devons comprendre cela, sinon nous ne pourrons jamais avancer!

Christian: Quelle est l’importance de l’anglais, en particulier dans la région? Pensez-vous y arriver sans parler anglais, ça marche?

Roberto: Non, ça ne marche pas! L’anglais, là où je vis, est extrêmement important! Juste pour vous donner une idée, quand, en tant qu’immigrants, nous arrivons au Canada … nous savons que le Canada a une structure pour offrir des cours d’anglais aux immigrants, partout où il veut s’établir au Canada, n’est-ce pas? Ici, à Timmins, il n’y a rien de tel. Je suis ici depuis 7 ans et depuis mon arrivée, j’attendais d’être invité à participer à un cours. Parce que je ne veux pas perdre ce que je sais. À la maison, je parle plus français, car mon partenaire est bilingue. Mais, nous nous sommes rencontrés en français et avons fini par être simplement français. Maintenant, il y a deux semaines, j’ai reçu la première invitation. Ils vont démarrer un projet (ce n’est même pas encore le cours!) Pour voir si cela fonctionnera. Parce qu’il n’y a pas assez de monde pour commencer à parler anglais. Donc, ils essaient, veulent mettre en œuvre ici. Les gens qui arrivent ici parlent généralement déjà anglais. Donc, si vous venez ici sans l’anglais, vous en souffrirez. Vous ne pouvez rien faire sans l’anglais ici! Surtout parce que, si vous ne parlez pas anglais, ils ne vous embaucheront pas à cause de préjugés. Parce que le préjugé ici, malheureusement … ici dans la ville où je vis, on gagne beaucoup d’argent, mais le préjugé est très structuré. Ils ne le remarquent même pas! Je dis même cela de temps en temps à mon partenaire, parce qu’il ne se rendait pas compte qu’il avait aussi [des préjugés]. Il l’a réalisé à cause de moi. Parce qu’il vit maintenant avec un immigrant qui essaie de se mettre sur le marché du travail. Ainsi, nous nous rendons compte que nous, en tant qu’immigrants, avons une force. Nous ne savons même pas où se trouve cette force, mais nous l’avons! Je le sais parce que je devais la faire sortir de quelque part. Alors, on se rend compte. Ils ne pensent même pas avoir des préjugés. Mais les préjugés existent. Donc, sans l’anglais, vous n’aurez même pas de travail pour le nettoyage, c’est sûr!

Christian: Apparemment, il n’y a pas de Brésilien là-bas. Juste toi?

Roberto: Il n’y a que moi en tant que Brésilien. Il y a un Portugais et moi un Brésilien. Les immigrés qui viennent rester et vivre sont peu nombreux. La plupart viennent pour étudier, pour faire ces études COOP: ils étudient et travaillent. Mais ensuite ils partent, ils ne restent pas ici. Donc, il y a peu d’immigrants. Les immigrants qui sont ici aujourd’hui (qui sont les blancs qui vivent ici) sont les immigrants arrivés il y a de nombreuses années (grands-parents), où les enfants sont restés, les petits-enfants sont restés et ont fini par former la ville. Ils ne se considèrent même plus comme des immigrants. Ils pensent qu’ils sont canadiens.

Christian: Et le coût de la vie? Vous avez dit que vous pouvez bien gagner là-bas. Mais comment est-ce? Les appartements, les maisons, le loyer sont-ils chers?

Roberto: Pour vous immigrant qui cherchez à déménager à Timmins, le coût de la vie ici est cher aussi. Donc, vous gagnez très bien mais vous dépensez beaucoup aussi! La location d’une maison simple, parmi celles qui sont très simples, est d’au moins 1 000,00 $ CAN. Vous ne paierez pas moins que cela. Donc, si vous souhaitez partager (avec l’électricité, l’eau et Internet), vous paierez entre 1 300 $ CAN et 1 400 $ CAN par mois. Donc, quand les gens viennent ici (la plupart des gens qui viennent ici pour étudier et travailler), ils louent avec d’autres personnes, ce qui facilite un peu les choses. Le coût du supermarché est un peu plus cher que là-bas dans le sud. Alors, je me rends compte que quand je vais à Montréal ou à Toronto, je me sens encore riche! Parce que, Notre-Dame, le prix change! Y compris l’essence. Parce que, parfois, l’essence est là à 0,90 $ CAN et ici elle est à 1,30 $ ou 1,40 $ CAN. Donc, c’est beaucoup plus cher! Mais, à la fin de la journée, quand on met tout sur papier, à la pointe du crayon, on gagne beaucoup en vivant ici pendant un certain temps: pour faire son pécule. Rouyn-Noranda , entre déjà dans le prix ordinaire des choses. Le salaire est bas, le loyer est également moins cher, le coût de la vie y est moins cher. Mais aussi, il n’a pas la même quantité de mines qu’ici. Il y a une ville minière à étudier. Ici où je vis, c’est étudier et travailler! Il y a beaucoup de mines ici et il n’y en a pas.

Christian: Et le transport là-bas, comment ça se passe?

Roberto: Environ 90% de la population a une voiture ici en ville. Mais, il y a des bus. J’ai même des bus devant ma maison. Cela fonctionne bien, mais la ville n’est pas si grande non plus. Ainsi, 44 mille habitants, c’est peu. Cela ressemble à beaucoup, mais ce n’est pas le cas. Et la ville, en termes géographiques, est très grande car il y a une partie où personne ne vit, qui est la partie verte, qui est très, très grande. Même si je ne me trompe pas, c’est la plus grande ville géographique du Canada. Nous payons les impôts les plus élevés au Canada, ici à Timmins. Mais la ville elle-même, le centre de la ville où les choses se passent, est très petite et il ne se passe pas grand-chose, non. Donc, la vie nocturne n’existe pas. La vie sociale n’existe pas. Les bars et les cafés n’existent pas. Bref, il n’y a rien à faire à Timmins, en termes de vie sociale. Si vous êtes une personne comme moi, qui aime la vie nocturne … si vous avez l’intention de vivre ici pour avoir une vie nocturne, ça ne vaut pas la peine, ne venez pas! Mais, rappelez-vous que j’ai dit que nous avons un préjugé structuré ici? Rappelez-vous que j’ai dit que sur 44 000 habitants, plus de la moitié de la population est autochtone, autochtone? En raison des préjugés structurés contre les peuples autochtones, un autre problème social a été créé concernant les drogues et les boissons. Donc, Timmins est une ville pour ceux qui veulent gagner de l’argent. Faites un pécule et partez. Ce n’est pas un endroit où vous pouvez venir élever une famille, avoir des enfants. Je n’aurais pas d’enfants ici, par exemple. Certainement pas. Parce que le problème de la drogue est très important. Justement parce que vous gagnez beaucoup d’argent et que vous n’avez rien à faire en ville. Donc, la seule chose qu’ils doivent faire est de boire et de consommer de la drogue. Il y a des bars de nuit qui, pour eux …, ils considèrent comme des boîtes de nuit. Mais, en fait, c’est un endroit que si vous voulez aller vous amuser, vous ne pouvez même pas. Vous arrivez, restez 5 minutes et partez. Parce que vous vous rendez compte que c’est un endroit où les gens vont, justement, pour boire et se droguer. Les problèmes sociaux de la ville, ainsi que la croissance économique, sont donc proportionnels.

Christian: Puisque nous parlons de structures et d’aspects sociaux, comment est la sécurité là-bas, pour vous que vous avez subi trois vols à São Paulo? Comment voyez-vous la sécurité à Timmins?

Roberto: Écoutez, je pensais que nous n’allions pas parler de ce point, mais … Timmins ne peut pas être considéré comme une référence dans la province de l’Ontario. Parce que c’est la ville la plus dangereuse de l’Ontario. Si je ne me trompe pas, c’est le troisième plus dangereux au Canada et c’est le plus dangereux en Ontario. Donc, quand vous venez ici, en tant qu’immigrant, vous devez garder à l’esprit que vous ne venez pas ici pour avoir une vie sociale. Vous venez ici pour gagner de l’argent, pour faire votre pécule. Seulement ça. Parce que, comme je l’ai dit, nous avons un préjugé structuré et ce préjugé structuré a créé des problèmes sociaux dans la ville. Et la ville n’a pas de structure administrative qui travaillera pour résoudre les problèmes. Ils essaient de le résoudre, par exemple, comme ceci: les autochtones qui vivent dans la rue, ils y vont et aident à trouver un abri (un abri). Mais ils ne font pas plus que ça. Il n’y a pas de travail social pour aider ces personnes à réintégrer le marché du travail. Même à cause des préjugés structurés, ils sont incapables de trouver un emploi. Puis c’est devenu un cercle vicieux, qui maintient la ville telle qu’elle est. Il existe de nombreux problèmes de sécurité. Malheureusement, quiconque habite ici doit avoir une voiture, juste pour ne pas avoir ce problème. Juste pour vous donner une idée, il y a trois semaines, une dame de 80 ans a été volée à la porte du supermarché et la personne qui l’a volée l’a battue (80 ans, pensez-y!) Pour prendre le sac à main. Ce n’est donc absolument sans danger pour personne! Pas pour un 80 ans, qui n’a souvent même pas d’argent dans son portefeuille. Elle a été battue, s’est blessée (la pauvre, j’avais pitié!) À cause de ce préjugé structuré. Donc, ce n’est pas qu’il y a un problème, il y a un problème. Prendre conscience de? C’est un problème très répandu. La sécurité ici est quelque chose qui m’inquiète.

Christian: Avez-vous le même sentiment d’insécurité qu’au Brésil?

Roberto: Non … il n’y a pas de comparaison! Bien que nous vivions dans la ville la plus dangereuse de l’Ontario, nous savons que n’importe quel problème, vous appelez la police et ils viendront tout de suite. Il y a toute une patrouille … le travail est fait! C’est que cela se fait dans les limites du possible. Il n’y a pas de comparaison, bien sûr! Par exemple, cette dame à qui je viens de parler, qui a été agressée, la personne qui l’a frappée était ivre. C’est aussi une femme qui l’a battue pour la voler, parce qu’elle pensait qu’elle avait de l’argent. Mais, ici au Canada et ici dans la ville de Timmins (je vais parler ici dans la ville), ils réfléchiront trois à quatre fois avant de vous frapper, avant de vous faire quoi que ce soit, car ils savent que la chaîne existe et que se produira, c’est qu’ils vont en prison. Différent de São Paulo, où j’ai été volé: ils volent, ils battent et si vous appelez la police, ils reviennent et vous battent à nouveau. L’une des choses qui m’a marqué dans le vol commis là-bas [à São Paulo] est que le voleur m’a dit: «Si vous appelez la police, je serai arrêté, quand je sortirai, je reviendrai et je sais qui vous êtes» . Cela m’a beaucoup marqué parce que c’était la première fois que j’entendais ça. Je recommande aux gens de venir ici pour se rencontrer, se promener, étudier. Il y a une bonne école ici pour ceux qui veulent étudier l’agro ou la minéralogie. Y compris les soins infirmiers aussi. Les écoles sont bonnes. Les emplois sont bons, les salaires sont bons. Mais, ne venez pas avec l’intention de vouloir fonder une famille ici, de vivre ici, en pensant que ce sera un endroit sûr. Parce que quand on pense au Canada, on pense à l’un des endroits les plus sûrs au monde. Mais Timmins n’est pas une référence en matière de sécurité. C’est une référence pour faire un pécule, gagner votre argent. En tant qu’immigrants, nous sommes venus au Canada pour rechercher une qualité de vie. Alors, restons concentrés. Alors, maintenant, comme la chaussette, ne soyez pas avide, ne voulez pas être le roi Midas. Prenez vos chaussettes et rendez-vous dans une ville plus calme et plus calme, où vous pourrez avoir la qualité de vie que vous recherchez. N’oubliez pas que c’est le but ultime, sinon vous mourrez en cherchant.

Christian: Il y a un autre sujet important à aborder, qui est l’hiver. Comment c’est? Trop lourd dans l’ensemble?

Roberto: Timmins est considérée comme la ville la plus froide du monde. Parce qu’il y a une ville en Russie qui fait froid plus longtemps. Mais c’est là qu’il atteint les températures les plus basses. Il fait – 65 ⁰C entre janvier et février (c’est à ce moment-là que je voyage au Brésil).

Christian: Ici à Toronto, quand vous parlez – 20 ° C, cela fait déjà peur à la moitié des gens. La température de -60 ° C, pour nous, ici, fait peur.

Roberto: L’année dernière, j’ai décidé de revenir du Brésil, à l’avance (généralement, je reste jusqu’en février, mars). J’ai décidé de revenir au mois de janvier. J’ai dit: oh, le pire est passé!. Puis je suis venu. Je suis arrivé le jour où je faisais -67 ° C! Je n’avais jamais ressenti un mal de tête comme je l’ai fait ce jour-là! Parce que je suis descendu de l’avion et (tout de suite!) C’était comme si je me figeais. C’était la première fois de ma vie que je ressentais ça! Puis j’ai dit: les gars, est-ce vraiment si froid ?! Puis, quand j’ai regardé, j’ai vu qu’il faisait -67 ° C. J’ai eu peur, parce que je n’ai jamais eu cette température. Mais, c’est normal ici, pour un jour ou deux seulement. Mais c’est le cas! Battre le record.

Christian: Et y a-t-il beaucoup de neige là-bas, en général?

Roberto: Beaucoup de neige. Il neige depuis trois semaines et généralement la neige se termine ici en juin.

Christian: C’est beau d’une part, mais d’une certaine manière c’est déprimant…. trois mois, quatre mois plus tard…. peut-être qu’à la fin du mois d’avril, il sera impossible de porter des shorts dans la rue ou un t-shirt. Ce sera un manteau d’ici là! Ceci, ici [à Toronto]. Alors, imaginez-le [à Timmins]!

Roberto: Je trouve que c’est beau et je l’aime aussi! Par exemple, maintenant il fait -13⁰C et, pour moi, c’est délicieux. Mais, il a commencé à faire – 15⁰C, – 18⁰C, – 20⁰C…. Je commence déjà à avoir un peu peur (c’est à ce moment-là que je commence à faire mes valises pour aller au Brésil).

Christian: Vous avez dit que vous pourriez éventuellement déménager à Montréal. Et en Ontario, iriez-vous dans n’importe quelle ville? Ce qui serait?

Roberto: En fait, nous envisageons Toronto et Montréal. Je vais vous dire pourquoi nous avons opté pour Montréal, jusqu’à maintenant: parce que Montréal a une culture du «pas occupé». Les gens là-bas (au Québec en général) ne sont pas coincés sur leur cellulaire, sur leur ordinateur. Ils parlent dans la rue, prennent un vin, invitent les gens à parler, à aller chez eux. Quelque chose dans la province de l’Ontario, qui n’existe pas beaucoup. Donc, même quand je suis à Ottawa [qui est dans la province de l’Ontario] et que je vais à Gatineau (qui est sur le côté! J’ai traversé le pont là-bas, à 100 m et vous êtes déjà dans la province de Québec) , vous voyez la différence culturelle. Alors, parce que je recherche une qualité de vie associée à la vie sociale (recevoir des amis et aller chez des amis), le Québec, pour moi, serait mieux. En raison de cette option. Toronto est l’endroit où je voulais aller pour être proche de la connexion mondiale: vous pouvez aller n’importe où dans le monde. Si tu veux partir demain en France, à Paris, tu peux y aller. Les vols sont plus abordables et plus rapides pour vous permettre d’atteindre votre destination finale. Mais, je préfère Montréal pour la culture plus brésilienne, tu sais? C’est plus européen, ce à quoi nous sommes plus habitués au Brésil.

Christian: Si Roberto 2010, qui arrive à Montréal, vous demandait «quel conseil me donneriez-vous?», Que diriez-vous à ce Roberto là-bas?

Roberto: Je dirais à Roberto la même chose que je dirais à n’importe quel immigrant: ne vous attachez pas à un lieu géographique. Cette leçon que mon professeur de géographie m’a donnée (et je ne l’oublierai jamais) m’a servi comme ça d’une telle manière … elle m’a ouvert tellement de portes dans ma vie qu’aujourd’hui, ce conseil que je donne à tout le monde: ne restez pas coincé à un lieu géographique. Trouvez en vous ce qui vous rend heureux, ce que vous aimez et ce qui fait battre votre cœur. Travaillez dessus, avec beaucoup d’amour, parce que vos clients, votre patron, qui que ce soit avec qui vous allez fournir un service ou travailler, les gens remarqueront l’amour là-bas. Et ils apprécieront ce que vous faites. Cela deviendra une référence et vous finirez par trouver des résultats dans ce que vous ne pensiez pas trouver. Cela se produit lorsque nous cessons de plaire aux autres, lorsque nous cessons de vouloir plaire à notre propre ego. Parce que, bien des fois, on reste coincé «dans ce que je veux, ce que je veux, c’est ce que je vais faire». Et puis vous ne voyez pas les autres options, parce que votre ego ne vous permet pas de voir. Ainsi, lorsque vous vous abaissez dans votre ego et que vous grandissez pour être, pour voir toutes les options que le Canada a à offrir, vous vous rendez compte qu’être à Montréal ou être à Toronto ou être ailleurs est une question de choix qui vous fait voir. votre potentiel, en vous. Parce qu’à partir du moment où vous le voyez, le reste n’est que le reste!

Christian: Nous savons maintenant pourquoi Roberto est allé vivre à Timmins et au nom de l’équipe Wave, je remercie Roberto pour l’interview. Il convient de préciser qu’il s’agit d’opinions et d’expériences rapportées par nos clients. Cela ne veut pas dire que ce sera la même chose pour quelqu’un d’autre. La chose importante à propos de ces épisodes est que les gens savent un peu ce que c’est que de vivre et de vivre dans ces endroits. Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour le public et jusqu’au prochain épisode.

Podcast: L’Ontario n’est pas seulement Toronto


  • Réalisation et entretiens : Christian Pedersen
  • Production : Christian Pedersen et Ana Carolina Botelho
  • Vignettes : Robson DJ Estudio – Participations de Robson DJ et Eric Major
  • Coordination: Teresa Botelho
  • Site Web et marketing : Équipe créative Canada
  • Gestion de projet : Teresa Botelho et Regina Filippov

Une réalisation de BRZ Group Inc., Canada

_______________

Wave Podcast Series: L’Ontario nést pas seulement Toronto
Possible grâce au soutien d’Ontario Creates

The views expressed in this podcast are the views of the interviewee and do not necessarily reflect those of the Province.