E7 Pourquoi Caroline a-t-elle choisi de vivre à London ?

Podcast Ontario Beyond Toronto (English transcript): In this episode, we spoke with Caroline Blumer, a music teacher who decided to start a new life in Canada. She lives in London, Ontario.

0
196

Audio en portugais. Lisez la transcription de l’entrevue ci-dessous

London, Ontario

Entretien avec Caroline Blumer

(Traduction automatique de l’original en portugais, sans édition)

Bonjour, je suis Christian Pedersen et ceci est un autre épisode de la série «L’Ontario, ce n’est pas seulement Toronto» . Dans cet épisode, la question est: pourquoi Caroline a-t-elle déménagé à Londres? Calme! Ce n’est pas Londres, en Angleterre, mais c’est Londres en Ontario. Eh bien, il y a un Londres au Canada, avec un peu plus de 300 000 habitants et situé à environ 200 km au sud-ouest de Toronto. En gros, à mi-chemin entre Toronto et Detroit, aux États-Unis. C’est Caroline Blumer, qui a fini à Londres, qui, il y a un peu plus de deux ans, a quitté Campinas pour la ville canadienne pour faire un doctorat.

Christian: Caroline, comment vas-tu?

Caroline: Salut, d’accord, Christian, et toi?

Christian: Tout est super! Merci d’avoir participé à notre podcast Comment est née votre passion pour la culture populaire et l’éducation musicale pour les personnes handicapées?

Caroline: Je travaille avec la musique et je viens d’une famille de musiciens. Donc, en fait, mon histoire avec la musique a commencé très tôt. Je suis musicien professionnel et professeur de musique. Il y a environ 12 ans, je travaillais dans le domaine du théâtre musical et j’ai été invité à diriger un spectacle inclusif. Je n’avais pas vraiment la moindre idée de ce que c’était, de ce que représentait le spectacle musical inclusif. Je suis allé travailler avec les acteurs et danseurs et j’ai fait la préparation vocale et la direction musicale du spectacle. C’est là que j’ai commencé à m’impliquer auprès des personnes handicapées: faire de l’art, faire de la musique. C’est ainsi que je me suis aussi impliquée dans une partie de l’éducation musicale: développer des stratégies, développer des modes d’interaction, de travailler avec de la musique et des éléments de musique avec des personnes handicapées. Et en fait, s’ouvrir un peu plus à cette question de l’inclusion en général, de la diversité. C’était inhabituel pour moi. Il était tout à fait remarquable et a été un tournant dans ma carrière d’artiste (parce que je suis erformance, aussi) et d’éducateur. Dès lors, j’ai commencé à voir les choses un peu plus largement et à créer…, dans le sens d’avoir plus de flexibilité dans la création artistique.

Christian: Vous avez terminé votre master en 2018 et êtes arrivé ici en 2018. Comment tout s’est-il passé?

Caroline: En fait, comme ça … mon mari est aussi musicien et cela fait un moment que nous voulions vivre une expérience de vie à l’étranger. Nous travaillons tous les deux avec le jazz, avec la musique américaine, avec la production musicale, avec des choses qui impliquent la musique, d’une manière très large. Et nous avons toujours voulu pouvoir vivre à l’étranger, en Europe ou ailleurs. Et nous avons commencé à rechercher les lieux. Et au milieu de ce cours, en allant à la fin du master, il y avait un concours de bourses du CAPES [Coordination pour l’amélioration du personnel de l’enseignement supérieur], et j’ai commencé à faire des recherches, à le prendre plus au sérieux et à y réfléchir. possibilité. Et c’est comme ça que tout a commencé. Nous faisions des recherches sur les universités et nous voyions que ce serait une possibilité d’immigrer réellement au Canada ou, du moins, de rester ici pendant un certain temps, afin que nous puissions comprendre à quoi ressemble cette expérience de vivre à l’étranger. Et nous voici. J’ai terminé ma maîtrise (j’ai défendu le 20 juin 2018) et le 20 août j’arrivais ici au Canada .

Christian: Tout ça, alors, avec la valise prête, pratiquement …

Caroline: J’ai postulé pour la bourse et l’université ici, en janvier 2018. On avait déjà plus ou moins cette envie, et, d’une certaine manière, on faisait déjà des recherches. Mais quand cela s’est produit, nous avons dû nous mobiliser pour tout organiser. Pour diriger notre vie afin que nous puissions venir ici et construire une structure ici, non?

Christian: Votre mari et vous avez obtenu le même type de visa?

Caroline: Mon visa est un visa étudiant Full T im e et c’est un visa de travail.

Christian: Quand tu as postulé, savais-tu déjà ce que serait Londres?

Caroline: Donc, en fait, j’ai fait des recherches dans plusieurs universités pour postuler. Certains d’entre eux avaient déjà dépassé la date limite. J’ai parlé aux gens de l’Université McGill à Montréal . Mais aussi, je ne parlais pas français. Mais à McGill, vous pouvez suivre le cours et parler en anglais. Mais ensuite, j’ai commencé des recherches et j’ai vu que l’Université Western a un cours d’éducation musicale très intéressant. Et puis, j’ai commencé à avoir des contacts avec certaines personnes et elles m’ont ouvert la porte de mon projet, elles se sont intéressées. Et à la fin, j’ai payé CAPES et j’ai été approuvé sur la bourse. Cependant, avec les problèmes politiques de notre pays, cette bourse a fini par ne pas se produire et l’université ici a fini par me donner une bourse de doctorat. C’est une bourse qu’ils donnent à tous les étudiants ici. C’est une bourse de travail.

Christian: Et combien de temps dure ce doctorat?

Caroline: Le doctorat dure 4 ans. Sa bourse couvre les quatre ans. Après cela, je sais que vous devez payer le tuiton (payant). Dans mon cas, je ne paie pas les frais de scolarité d’ un étudiant international. Je paie les frais de scolarité du luno canadien, qui est un peu moins cher, car c’est un cours de doctorat. La bourse CAPES serait intéressante car il s’agit d’une bourse complète. Je n’aurais pas à travailler, je me consacrerais simplement à mes études. Cependant, avec la bourse que j’ai ici, je pense que j’ai fini par en apprendre davantage. Parce que nous finissons par travailler à l’Université avec des étudiants de premier cycle, avec des professeurs. C’est donc une expérience d’apprentissage énorme. Bien plus que simplement faire vos recherches, faire vos cours, n’est-ce pas? Ainsi, vous avez un contact beaucoup plus intense avec la culture, avec toute la structure. Donc, pour moi, c’était mieux.

Christian: Dans ce cas, est-ce que l’université vous a fourni un logement? Comment était cette partie?

Caroline: C’était vraiment fou! Parce que le visa a mis trop de temps à partir. J’ai postulé en mai et nos visas sortaient à la mi-juillet. C’était donc une question très tendue, car nous ne savions pas si le visa allait être prêt à temps. Et je devais être ici en août pour pouvoir m’inscrire (et ne pas rater le cours). Sans visa, nous ne pouvons pas venir. Il a fini par partir, dans un processus très chargé. Alors, j’ai contacté l’université. Ils ont des maisons que vous louez, qui sont des appartements à l’intérieur des ampus . Il y en a pour les familles, d’autres pour les célibataires. Mais nous avons fini par ne pas pouvoir assurer cet appartement, car le visa n’était pas prêt. Nous avons donc choisi de rester sur Airbnb pendant 3 semaines et, pendant cette période, nous avons essayé de louer un appartement ici. Une chose intéressante, qui je pense, est que la communauté brésilienne ici a plusieurs groupes sur Facebook. Et c’est ce groupe de Londres qui nous a aidés. Nous avons fini par révéler que nous recherchions un appartement, puis ils nous ont aidés à trouver un endroit qui, s’il était compatible avec ce que nous pouvions nous permettre.

Christian: Comme vous l’avez dit au début, vous n’aviez aucune expérience internationale et, du coup, vous arrivez au Canada, plus précisément à Londres . Ce que c’était de chercher un endroit où vivre, de faire face aux premiers jours à l’Université, tout dans le nouveau pays, la nouvelle culture. Comment vous sentez-vous?

Caroline: C’est tout nouveau. Et, pour nous, nous n’avions pas de période, par exemple, pour venir plus tôt. Il y a des gens qui ont le privilège de pouvoir sortir, visiter un lieu, visiter avant de venir vivre. Dans notre cas, non. Nous sommes venus avec le visage et le courage. Avec la foi que tout irait bien. Et sachant, d’une manière ou d’une autre, que nous étions garantis par la bourse et l’argent que nous avions. Donc, le sentiment était comme ça … en même temps que nous sommes amoureux de tout (parce que vous voyez le nouveau monde, le Canada est un très beau pays!) Et les gens ici à Londres sont très sympathiques. Donc, au premier moment, vous êtes étonné par tout. Mais en même temps, c’est un sentiment d’insécurité car tout est très nouveau. Nous ne savons pas comment les choses fonctionnent. Et c’est très différent du Brésil (ce que j’ai ressenti). Ici au Canada , même pour vous, la location d’un appartement est très différente de ce à quoi nous sommes habitués au Brésil. Donc, cela finit par être plus difficile, car il faut comprendre une dynamique. C’est beaucoup d’informations en même temps.

Christian: Quel a été le défi le plus compliqué?

Caroline: Je pense que l’une des choses les plus difficiles, quand nous sommes arrivés ici, mon mari est producteur de musique et nous avons décidé d’apporter une partie de son équipement pour qu’il puisse travailler ici. Et nous sommes arrivés par un vol qui passait par les États-Unis, par New York. Notre inquiétude était immense que nous ne soyons pas en mesure de nous en sortir avec l’équipement. Mais à la fin, tout a fonctionné. Une fois arrivés ici, nous avons eu beaucoup de chance. Premièrement, être accueilli par la communauté brésilienne et aussi avoir rencontré des Canadiens qui nous ont aidés. Mais l’un des plus grands défis était cette question culturelle. Je pense que c’est un choc auquel tout le monde est confronté au début: la langue, la culture, comprendre comment les gens se comportent ici et comment ils voient aussi leur culture.

Christian : Encore plus à l’université, qui est déjà dans un autre monde! Non seulement vous déménagez dans un autre pays, mais il y a un monde différent de l’université … 

Caroline: C’était très dur pour moi. La première année, c’était pratiquement 24 heures à l’intérieur de la maison. Mon mari faisait tout à la maison, car je ne pouvais pas me le permettre. Nous sommes un couple très moderne, mais même ainsi, j’étais… c’est beaucoup à vous de traiter: le système éducatif; les disciplines que nous avons; tellement de lecture … parce que la quantité de choses que nous avons à lire est écrasante et vous dites: comment vais-je pouvoir lire tout cela dans une autre langue? Et comprend; pas, simplement, lire. Comprenez-le et discutez-en avec les enseignants. Cela donne une crainte, que vous disiez: mon Dieu, vais-je pouvoir le supporter?

Christian : Vos collègues sont-ils également étrangers ou avez-vous plus de Canadiens?

Caroline: Ecoutez, nous avons ici beaucoup de diversité dans notre programme musical (ce qui est très intéressant!). Il n’y a que 4 élèves dans ma classe: moi, une autre fille d’Angleterre et deux Canadiens. Mais dans l’ensemble du programme, il y a des gens de l’ Azerbaïdjan, des étudiants de Chine, un autre étudiant du Brésil, qui est entré cette année, et des étudiants des États-Unis.

Christian : Comment est ce choc culturel?

Caroline: C’est merveilleux! Je me méfie de parler, car comme je suis musicien et que je suis connecté au domaine de la culture, je suis lié à la partie de la musique populaire brésilienne. Je suis très intéressé par cette question des échanges culturels. Donc, pour moi, je trouve que c’est merveilleux! Après ce choc initial, vous dites: mon Dieu! Comment vais-je gérer tout cela? Après avoir compris cela: OK! Il donnera à emporter! Plusieurs personnes l’ont déjà fait, je ne suis ni le premier ni le dernier. Nous allons donc le faire. Allez! Nous allons dans la foi, avec calme, patience et maturité. Parce que je pense que c’est une expérience qui vous fait mûrir. Il faut affronter les choses avec maturité. Après le premier choc passé, c’était merveilleux d’être avec tout le monde ici, de se faire des amis et de connaître d’autres pays.

Christian: Pensez-vous que venir seul sans mari aurait été plus difficile ou pensez-vous que sa présence a aidé?

Caroline: Je pense que ça a aidé, c’est sûr! Premièrement, parce que vous avez quelqu’un à dire. Donc, vous n’êtes pas seul dans ce bateau, ce qui aide déjà beaucoup. Et dans mon cas, mon mari est aussi un partenaire de travail. Nous travaillons ensemble depuis longtemps. Donc, ce qui était bien pour nous, c’est que nous sommes venus et déjà après six mois que j’étais ici à Londres, nous étions déjà en train de jouer, de jouer, d’interagir avec les artistes de la ville. C’est une autre question intéressante pour ceux qui envisagent de venir, qui est musicien, qui est dans le domaine culturel. Parce que les gens pensent qu’il n’y aura des choses pour eux que dans les grandes villes. Et ce n’est pas tout à fait vrai. Évidemment, à Toronto, à Montréal, parfois à Ottawa, il y a une plus grande communauté d’artistes et plus d’opportunités, bien sûr! Mais il y a aussi beaucoup de concurrence! Quand on vient dans une ville qui n’est pas si grande, c’est aussi possible, car il y a de nombreux espaces culturels. Le Canada est un pays qui favorise la culture, il encourage l’art, il valorise l’art. Après seulement six mois que nous sommes arrivés ici, nous sommes inscrits au London Arts Council en tant qu’artistes locaux! Donc, si vous entrez sur le site, depuis la ville, vous le verrez. Nous étions très heureux pour cela, pour être une communauté qui s’est ouverte. D’une certaine manière, nous sommes les seuls musiciens brésiliens. Il n’y a pas beaucoup de professionnels ici à Londres. Il y a des musiciens amateurs, mais des professionnels qui vivent de la musique, ils ont, je pense, très peu de Brésiliens. Je n’en connais aucun, pour vous dire la vérité.

Christian: Ici en Ontario, on joue quand les gens parlent de London (ou London). Nous demandons: de quoi parlez-vous? En Angleterre ou en Ontario? Comment était-ce de dire aux gens que vous déménagiez à Londres? Pas celle de l’Angleterre, mais celle du Canada?

Caroline: Il y a des gens qui, encore aujourd’hui, pensent que je suis en Angleterre! (Hahaha). Mais tout a été si rapide que c’est arrivé, que je n’ai pas eu le temps de parler aux gens: regardez les gens, je vais vivre … je m’en vais. Comme il a fallu mon visa pour sortir (et il est sorti à la dernière minute), je n’ai pas fait de publicité aux gens, car je ne savais pas si j’allais partir, si cela allait marcher. Nous restons dans cette insécurité… quand il est parti, nous avons tout pris et sommes venus. Alors, aujourd’hui, il faut souvent expliquer: ils sont à London, mais c’est London en Ontario.

Christian: La ville de Londres a-t-elle une scène musicale forte? Est-ce un bon endroit pour développer une carrière musicale?

Caroline: Ecoute, ça dépend de ce que tu fais. Dans mon cas, je suis toujours entre la croix et l’épée, car je travaille dans le milieu universitaire et j’ai l’intention de poursuivre une carrière dans le milieu universitaire. Donc, pour moi, la ville de Londres dans le domaine de la musique serait vraiment cool (parce que l’Université Western est l’une des plus grandes au Canada, c’est la deuxième plus grande université au Canada et le département de musique est très bon). Dans le cas d’un artiste de performance , je pense que Londres est une ville qui offre des opportunités, mais si vous voulez développer une carrière plus large, vous devrez vous connecter avec d’autres régions. L’artiste est comme ça, l’artiste va là où sont les gens, comme on dit. Parce que ce qui est cool, ici au Canada, du moins moins que ce que j’ai vu jusqu’à présent, c’est qu’il y a de nombreux festivals. Vous avez ici le Sun Fest et le Blues Festival, ici à Londres. Je sais que dans d’autres villes à proximité ( Hamilton, Stratford, Kitchener …), ils ont aussi des festivals locaux pendant l’été. Donc, pour les musiciens ici, c’est là qu’ils ont la haute saison. C’est là que les gens qui travaillent, ils s’engagent dans ces performances qui se déroulent ici. Et c’est vraiment cool parce qu’ils se produisent généralement à l’extérieur (pas maintenant, à cause de la pandémie, cet été, cela ne s’est pas produit à l’extérieur). Habituellement, ils se produisent dans les carrés. Il est ouvert au public et les gens vont, vont, prennent leur siège auto, prennent leur bière, leur suquinho. Ils apprécient vraiment la musique qui leur est proposée.

Christian: Pensez-vous que la musique brésilienne est connue des Canadiens? Quel est le look, leur acceptation de la musique brésilienne?

Caroline: Je pense que le Brésilien est le bienvenu. Surtout en matière de musique, de culture, le Brésil a beaucoup à offrir. Il a une énorme diversité musicale et moi, en tant qu’artiste, j’ai été très privilégiée. Parce que j’ai eu dans ma formation, l’opportunité de m’impliquer non seulement avec la musique classique, qui fait partie de la formation de chaque musicien (au moins la plupart des musiciens), mais, je me suis beaucoup impliqué dans la culture populaire du Brésil. Donc , aujourd’hui, je me sens à l’aise de venir ici et de partager cette culture. Ce qui se passe, c’est que, parfois, les gens ne connaissent pas grand chose de la culture brésilienne. Ils en entendent parler. Ainsi, les gens posent des questions sur la fille d’Ipanema, le carnaval, le football, qui sont les thèmes les plus courants. Mais, il est intéressant de noter que lorsque vous approfondissez et échangez davantage sur le sujet, il y a beaucoup d’intérêt. Et quand on présente la musique brésilienne de différentes manières, que ce soit la samba, be baião, be choro, be Bossa Nova elle-même, elle est très bien accueillie. Parce que nous sommes des musiciens dans le domaine du Jazz, nous avons commencé à jouer et les musiciens voulaient venir jouer avec nous. Mais c’était très difficile pour nous de trouver un musicien pour jouer de la musique brésilienne, pour jouer de la samba, par exemple. Le batteur qui joue avec nous, actuellement, vit à Waterloo et est originaire de Macédoine . Il a joué avec le Circ du Solei en Allemagne. Les gens apprennent à connaître Internet et finissent par donner le droit de jouer. Parce que, vraiment, la musique brésilienne est une chanson très différente. Il ne s’agit pas simplement de mettre un score et de sortir jouer. Il n’y a pas une telle chose. C’est une question très précise. Nous avons déjà eu cet échange de jeu avec d’autres musiciens … Cubains, Africains. Mon mari joue avec une chanteuse canadienne qui appelle Lorraine Klaasen. En fait, elle est sud-africaine et vit ici au Canada depuis de nombreuses années. Elle était basée à Montréal… elle y a vécu à Montréal pendant de nombreuses années et maintenant elle vit ici à Londres. Puis, quand nous sommes arrivés ici, un des professeurs de l’université a dit: «Je connais un chanteur qui cherche un pianiste». Et puis, ça a marché. Aussi, parce que la musique africaine et la musique brésilienne ont un lien. Nous sommes des enfants d’Afrique, non? Donc, il a accepté. Mais alors, c’est très difficile. Même si vous avez des musiciens de très haut niveau ici à l’université, il vous est difficile de trouver des personnes capables de s’adapter et de jouer de la musique brésilienne d’une manière qui ressemble à la musique brésilienne.

Christian: Parlez-nous un peu d’ Aiyoyo.

Caroline: Nous avions déjà ce projet et ensuite, nous l’avons repensé. Quand nous sommes arrivés ici au Canada, les gens voulaient voir un site Web , ils voulaient de l’information et nous ne l’avions pas prêt. Donc, Aiyoyo est un projet où nous faisons des réinterprétations de chansons du monde entier. Musique populaire, en particulier Jazz, Multiple Silica Blues brésilien … nous faisons quelques arrangements originaux des chansons. C’est aussi un espace dans lequel, à l’avenir, nous avons l’ intention de publier nos chansons protégées par le droit d’auteur. Et nous proposons nos performances pour des événements culturels, des événements d’entreprise. Donc, nous avons déjà joué à certains événements ici. Parfois aussi, nous jouons lors de mariages ou de fêtes (ce qui fait également partie de). Mais, l’ objectif d’Aiyoyo est pour nous, à l’avenir, de pouvoir mettre notre travail d’auteur et d’être élargi pour jouer davantage lors des fêtes festives ici au Canada. Un pas après l’autre.

Christian : Comment les enfants de Londres se rapportent-ils à la musique et à la musique dans le programme?

Caroline: Ecoutez, j’ai été en contact, parce que moi, comme je fais des recherches ici, j’ai des contacts avec plusieurs écoles locales (à la fois primaire et secondaire ), au Canada en général, mais, il y a une très grande diversité ( comme l’appartenance ethnique) dans la salle de classe. Oui, il y a un incitatif…. La musique fait partie du programme ici et elle est obligatoire, pour autant que je sache, à l’école primaire et, dans ce cas, à l’école élémentaire , nous appelons l’éducation musicale. Donc, ce n’est pas exactement la classe de musique instrumentale. Mais c’est une musicalisation. Ainsi, les enfants auront un contact avec la musique de manière plus ludique, à travers des jeux, à travers la chorale, le chant. Il existe plusieurs stratégies sur lesquelles les enfants travailleront et développeront leur musicalité. Ensuite, cela dépendra de chaque enseignant. Au lycée, il semble que ce soit facultatif. Donc, ils ont plusieurs modèles ici. Cela dépend de l’école. Il y a une école, il y a des groupes (qui ont une plus grande structure), il y en a d’autres qui ont des chœurs. Ce sont des styles plus traditionnels et il y a d’autres écoles où il y a des programmes plus ouverts à la musique et aussi des méthodes plus progressives, que nous appelons l’éducation musicale, n’est-ce pas?… Plus inclusif. En musique, ici, c’est encore la tradition qui domine. Ces traditions du groupe, de l’instrument à vent ou de l’instrument à cordes qui sont un peu différentes de ce que l’on connaît au Brésil. L’éducation musicale au Brésil a aussi une autre histoire. Donc, vous ne pouvez pas comparer. Ce sont des choses très différentes.

Christian: Le Londres du Canada n’a pas de métro comme celui de l’Angleterre. Comment vous déplacez-vous? As-tu une voiture?

Caroline: Nous vivons près de l’université. Vous ne pouvez pas y aller à pied. Mais, en bus, cela prend 15 minutes. Donc , c’est vraiment rapide. Ici à Londres, c’était quelque chose que je ressentais beaucoup. Parce que nous nous rendons compte que presque tout le monde a une voiture ici. Nous ne l’avons pas encore acheté, car nous n’avions pas l’impression d’en avoir tellement besoin. Jusqu’à présent, nous avons pu faire tout ce dont nous avions besoin en bus. De manière pratique, j’habite devant un supermarché et je n’ai pas à sortir. Le seul problème, c’est quand on doit se présenter. Parce qu’alors, il faut louer une voiture ou passer par Uber. Parfois, nous allons avec quelqu’un. Donc, c’est le côté le plus compliqué, pour l’instant. Parce que j’ai vécu à São Paulo (ces dernières années, je vivais à Campinas), et au Brésil, nous avons des bus pour tout ce qui est un coin. Ici à Londres, ce n’est pas comme ça. Il y a des endroits dans la ville qui n’ont tout simplement pas de bus. Il n’y a pas de ligne de bus qui y va! Donc, vous passez par Uber ou il n’y a aucun moyen.

Christian: Qu’est-ce que tu aimes et que tu n’aimes pas à Londres?

Caroline: J’aime beaucoup de choses ici à Londres. C’était vraiment une ville que j’aimais beaucoup. L’une des choses les plus intéressantes, ce sont les espaces dont nous disposons, car il y a de nombreux parcs. Surtout en été, vous avez de nombreuses options pour sortir à proximité. Une des choses que j’aime le plus ici, c’est cette nature. Londres est également connue sous le nom de Forest City et est vraiment une ville pleine de verdure. J’aime. Personnellement, c’est très savoureux! Et ce que je n’aime pas, c’est cette partie du bus, assez curieusement. Parce que j’ai toujours aimé et utilisé toujours beaucoup de bus. Même si j’avais une voiture au Brésil, j’ai beaucoup utilisé le bus, pour des raisons pratiques.

Christian: Comment est le problème de sécurité? Comment est-ce là, par rapport à ce que vous avez vécu au Brésil?

Caroline: Ecoutez, c’est un changement très radical. Très drastique! J’habitais à Campinas, qui est une ville qui compte pratiquement 2 millions d’habitants et qui est violente. Mais moi, en particulier, je n’ai jamais été agressé, comme ça, de manière violente. Juste quelques choses plus simples, là, plus paisibles. Maintenant, ici, nous nous rendons compte que nous sommes encore plus détendus. Vous vous promenez avec un téléphone portable dans la rue et ne vous inquiétez pas si quelqu’un viendra le voler. Bien sûr, nous devenons intelligents avec les choses mais …, pour moi, un fait s’est produit ici qui, après cela, s’est produit, je me suis dit: les gens, seulement au Canada! Si c’était au Brésil, jamais! Je travaillais en tant que bénévole (je suis bénévole dans plusieurs projets ici pour l’éducation musicale, pour les personnes handicapées). Et un professeur sympathique, ici dans le cours, m’a prêté un sac rempli d’instruments de musique (instrument pour enfants) pour que je travaille sur ce projet volontaire. Parce que je n’ai pas apporté mes instruments du Brésil et qu’ici je n’ai pas beaucoup d’instruments. Et elle a dit: “Carol, tu peux le prendre et l’utiliser parce que je ne l’utilise pas et ainsi de suite”. J’ai pris le bus pour me rendre à l’endroit, qui se trouve de l’autre côté de la ville. Il faut donc prendre 3 bus pour s’y rendre. C’était une journée d’hiver et je portais beaucoup de sacs. Je sais juste que je suis arrivé au centre commercial pour prendre l’autre bus, que je suis descendu du bus où j’étais, que j’ai pris mon sac et… j’ai laissé le sac d’instruments à l’intérieur. Et puis, quand je suis descendu, j’ai réalisé et j’ai essayé de courir après le bus. Cela n’a pas fonctionné, je ne pouvais pas le faire. Et puis, j’étais désespérée et j’ai dit: les gens j’ai perdu les instruments de mon professeur. Comment vais-je le faire maintenant? Ensuite, j’ai appelé la gare routière et j’ai dit à la fille ce qui se passait. Elle a automatiquement contacté le chauffeur du bus et a déclaré: «Vous devrez attendre 40 minutes jusqu’à ce qu’il fasse le cycle. Reste là. Ne pars pas. Quand il revient, vous prenez l’instrument ». J’ai dit: eh bien, maintenant je suis entre les mains de Dieu. Tout ce qui tourne, tourne. Et je suis resté là, à attendre ces 40 minutes là-bas, à prier et à prendre quelque chose pour me calmer. Et il n’y en avait pas d’autre. Le bus est arrivé et le chauffeur m’a déjà vu, m’a reconnu et le sac était exactement au même endroit que je l’avais laissé. Et c’était intact! C’est vraiment une différence.

Christian: Tu n’es pas encore revenu au Brésil, après être arrivé ici?

Caroline: J’y suis allée une fois.

Christian: Et comment a été le choc? Parce qu’il y a l’autre choc à l’inverse. Quand vous y arrivez, vous commencez à comparer en sens inverse, disons comme ça …

Caroline: Je n’aime pas faire des comparaisons, car je pense que c’est très injuste de comparer. Le Brésil est un pays merveilleux et ils ont aussi des choses merveilleuses. Il y a beaucoup de choses que j’aime! Et le Canada aussi. Mais ce sont des histoires différentes, donc je n’aime pas comparer. Il est évident que le Brésil est notre maison, donc son goût est différent. Mais ce que j’ai réalisé, et qu’à ce moment-là, comme ça, m’est venu, c’est que dès que je suis arrivé ici [au Canada], surtout la première année, partout où j’allais, je devais penser: comment vais-je dire cela en anglais? Je suis allé à la boulangerie, je suis allé au marché et toute information que j’allais demander, je devais réfléchir à l’avance. Puis j’étais au Brésil, avec ma mère, et je suis allé dans une pharmacie et, avant d’entrer dans la pharmacie, je faisais ceci: comment vais-je commander ce médicament en anglais? Ensuite, j’ai réalisé: wow, je ne suis pas au Canada, je suis au Brésil, laissez-moi parler portugais! (Hahaha)!. Quand nous sommes ici, nous ne réalisons pas à quel point notre cerveau est… combien c’est fatigant! Il y avait des jours où je rentrais à la maison et j’étais comme ça, juste la poussière de la rabiola, comme on dit. J’étais extrêmement épuisé et je n’avais rien fait de différent de ce que je ferais au Brésil. Mais, parce que je parle dans une langue étrangère et que tout le monde parle en même temps …, c’est très tendu pour le corps des gens. Ce n’est pas seulement une question de choc culturel.

Christian: Après avoir terminé votre doctorat, avez-vous l’ intention de rester au Canada?

Caroli ne: Je veux rester ici. Maintenant, en tant que doctorant, en vertu de la loi ici, j’ai le droit de postuler pour trois ans d’expérience de travail au Canada. Donc, j’ai l’intention de le faire.

Christian: Allez-vous rester à Londres ou voulez-vous quitter Londres?

Caroline: Cela dépendra de ce qui est possible en termes de travail, des opportunités qui se présentent. J’aime beaucoup Londres et mon mari aussi. Mais, je pense que pour lui, qui est dans le domaine de la production musicale, il y a d’autres villes qui offrent plus d’opportunités. Mais on verra. Maintenant, je suis déjà dans une phase où je ne fais plus de discipline, je fais juste mes recherches, je fais le travail à temps partiel. J’ai maintenant plus de flexibilité pour commencer à réfléchir à ce qui va se passer. Mais je veux rester ici. Nous avons l’intention d’immigrer au Canada.

Christian: Et le numéro d’hiver? Comment s’est passé ton premier hiver? Parce que vous êtes récent ici.

aroline: Deux hivers. Maintenant, je passe à mon troisième. Je pense que nous avons eu beaucoup de chance car les deux premiers hivers, que nous avons passés ici, les gens disent que ce n’était pas si compliqué. Je suis né à São Paulo, mais j’ai vécu six ans à Curitiba, dans mon adolescence, qui est une ville très froide du Brésil. Donc, d’une certaine manière, je m’y suis un peu habitué. Mais cela ne me dérange pas l’hiver ici au Canada. Je me suis habitué très vite. Principalement parce que vous n’avez pas froid à l’intérieur de la maison. C’est la meilleure chose. Parce qu’au Brésil, on a froid à la maison. Au début, le plus dur pour nous de nous habituer était la neige! Cela prend du temps. Les Canadiens ont une structure hivernale impressionnante! Ils ont une machine pour tout. Nettoyer les rues, déneiger… on voit qu’il y a une stratégie pour tout. Et une des choses, que j’ai trouvé très cool ici, c’est la question de la sécurité, dans le sens où quand il y a une pluie verglaçante ou quand il y a de très fortes chutes de neige, par exemple, ils arrêtent vraiment tout et disent: «allez à la maison “ou” fermons-le pour que tout le monde soit en sécurité et n’ait aucun accident “. Parce que ça arrive vraiment, non? … un grave accident.

Christian: Les prévisions météorologiques ici sont vraiment importantes. La première ou la deuxième chose que vous faites dans la journée est de regarder le temps qu’il fait à l’extérieur, car votre journée en dépendra.

Caroline: J’apprends ça, tu vois, Chris?

Christian: Avez-vous atteint ce stade où 1 ° C est bon?

Caroline: Ah, maintenant! Mais, c’est incroyable de voir comment notre corps s’adapte! Même un de mes professeurs américains, elle parle; «Écoutez, novembre est le pire mois. Parce que novembre, c’est quand le froid arrive et que ton corps s’adapte ». Ensuite, après cela, il semble que cela se passe automatiquement.

Christian: Mais alors, vous appréciez aussi le climat, n’est-ce pas. Vous savez qu’il faut bien profiter de l’été car alors tout changera …

Caroline: Je pense que c’est très beau. C’est, je pense, l’une des choses que j’ai apprises de la culture canadienne. Le Brésil est un endroit où nous avons tout tout au long de l’année. Nous sommes très privilégiés là-bas, et je pense que nous apprécions très peu cela. Parce que là, tu l’as planté, tu as une année entière, tu sais? Même l’hiver, pratiquement, n’existe pas. Donc, principalement, à certains endroits au Brésil , il n’y a vraiment aucune différence. Et pas ici. Ici, cette question des saisons est très importante, car il y a du temps pour tout. Et si vous ne le faites pas, vous ne l’aurez pas. Si vous ne plantez pas, vous ne récolterez pas. Voilà comment ça marche. Donc, on voit qu’il y a cette dynamique, et c’est une dynamique que je trouve très saine, qui apporte ce truc plus productif. Nous voyons que l’automne et l’hiver sont les saisons que les gens produisent beaucoup, non? Ils travaillent dur! Et en été, vous voyez que les gens profitent de l’été, qu’ils vont à la plage, qu’ils sortent. Pour le Canadien, il n’y a pas de mauvais temps. Ils en profitent tout le temps; Je pense que c’est vraiment cool

Christian: Pratiquez-vous le sport froid là-bas? Avez-vous déjà fait quelque chose l’hiver?

Caroline: Oh non! (Hahaha). Pour deux raisons. Un, parce que nous ne sommes pas familiers (je suis allé voir un match de hockey et autre). Mais, comme nous sommes musicien, nous faisons de l’activité physique, mais nous ne pratiquons pas de sports d’impact, car nous avons peur de se casser une jambe, de se casser un bras et de ne pas pouvoir jouer. Même si c’est pour un moment. Parce que nous utilisons notre corps pour jouer. Nous avons donc un peu de cela.

Christian : Que conseilleriez-vous à quelqu’un qui veut ou envisage de venir à Londres?

Caroline: Ah! Je pense que l’important est que vous fassiez des recherches. Vous établissez beaucoup de contacts (j’ai beaucoup fait ça!) Avant de venir. J’ai rejoint les communautés Facebook . Il existe également de nombreuses chaînes sur YouTube, où les gens parlent de la ville. Je pense donc que les gens doivent d’abord faire des recherches et se préparer. Parce que vous ne pouvez pas le voir comme une aventure. Vous devez penser que vous allez être dans un pays étranger, alors nous allons avoir des difficultés. Mais, en même temps (et c’est une des choses dont je parle pour moi), je connais beaucoup de Brésiliens ici et chacun a une expérience différente. Ainsi, les gens ne peuvent pas se mesurer par l’expérience des autres. Vous devez vous frayer un chemin et réfléchir à votre objectif. Ce que tu veux. Si Londres va vous offrir ce que vous voulez, sinon, quelle ville va-t-elle. Il y a tellement de villes! Recherchez en fonction de votre objectif, recherchez et découvrez. À partir de là, passez à l’action, même, et réalisez-la! Une des choses que je pense importantes est que les gens sont ouverts aux expériences de vie. Parce que si vous avez une idée très fixe dans votre tête, ce sera un peu compliqué, non? Parce que vous êtes dans un pays différent, qui a des règles différentes. Vous avez une culture différente et rien ne vous empêche de la maintenir, car (et c’est légal au Canada!) Ils permettent et même chérissent les gens de maintenir leurs cultures, leurs traditions et leurs pays. Ils respectent cela, mais en même temps, vous aussi, vous êtes sur un territoire différent. Donc plus tôt vous acceptez cela, mieux c’est !

Christian: Et quel était ton niveau d’anglais quand tu es arrivé à l’université? Avez-vous pu communiquer?

Caroline: Oui, j’ai pu communiquer. Surtout parce que nous avons un score minimum … vous devez faire Toefl, vous devez avoir un minimum d’anglais pour pouvoir faire un doctorat ou une maîtrise, vd à l’étranger. Mais même ainsi, c’est une chose pour vous de communiquer et une autre pour vous de vous exprimer pleinement. Je n’avais pas un niveau (et je n’ai toujours pas) une parfaite maîtrise de l’anglais. Je ne le considère pas encore. Je communique bien et j’enseigne même quelques cours en anglais, j’ai même travaillé avec des enfants. Mais tout ce que je fais demande beaucoup de préparation pour cela. Je me prépare à donner un cours, je me prépare à en parler, je me prépare à des situations. Car ce n’est pas comme ça en automatique, pourtant, que j’arrive et mec! Je lutte toujours et j’étudie dur pour que cela devienne de plus en plus naturel, non? Pour ne pas avoir à réfléchir: aïe! Comment vais-je dire cela, comment vais-je dire cela? Certaines choses vont déjà bien, mais d’autres ont encore du chemin à parcourir.

Christian: Que dirait Caroline, aujourd’hui, à cette Caroline de juillet 2018, qui était presque là? Quel conseil lui donneriez-vous?

Caroline: Je lui dirais de continuer. Ne pas abandonner, car cela fonctionnera. Ce que j’ai appris, avec tout ce processus, c’est que si nous avons un rêve, si nous avons un objectif, il ne tombera pas du ciel. Ce ne sera pas facile et chacun a sa propre histoire. Mais, tout le monde a un point de défi, car vous quittez la zone de confort. Alors, je me disais: continuez! Va!. Parce que je n’ai pas regretté d’avoir fait ça. Au contraire, ce fut une expérience fantastique, une grande expérience d’apprentissage. Ce sont des opportunités non seulement dans le domaine du travail, mais principalement dans la vie.

Christian: Au nom de l’équipe Wave, je tiens à remercier Caroline Blumer pour l’interview et aussi pour nous avoir permis de jouer un extrait d’une chanson d’Aiyoyo pendant l’interview. Et il convient de préciser que les opinions et les expériences rapportées par nos clients ne signifient pas que ce sera la même chose pour quelqu’un d’autre. L’important à propos de ces épisodes est que les gens apprennent un peu ce que c’est que de vivre et de vivre dans ces endroits. Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre audience et jusqu’au prochain épisode.

Google Translate

Original text

Olá, eu sou Christian Pedersen e este é mais um episódio da série “Ontário não é só Toronto” .Contribute a better translation


Podcast: L’Ontario n’est pas seulement Toronto


  • Réalisation et entretiens : Christian Pedersen
  • Production : Christian Pedersen et Ana Carolina Botelho
  • Vignettes : Robson DJ Estudio – Participations de Robson DJ et Eric Major
  • Coordination: Teresa Botelho
  • Site Web et marketing : Équipe créative Canada
  • Gestion de projet : Teresa Botelho et Regina Filippov

Une réalisation de BRZ Group Inc., Canada

_______________

Wave Podcast Series: L’Ontario nést pas seulement Toronto
Possible grâce au soutien d’Ontario Creates

The views expressed in this podcast are the views of the interviewee and do not necessarily reflect those of the Province.