E9 Pourquoi Armando a-t-il choisi de vivre à Cambridge?

Podcast Ontario Beyond Toronto (English transcript): In this episode, we spoke with Armando. For the past 20 years, he and his wife have lived in the suburb of Etobicoke, which is located in Toronto. Then they moved to Mississauga, then Cambridge, and now they plan to move to Milton, Ontario.

0
421

Audio en portugais. Lisez la transcription de l’entrevue ci-dessous

Cambridge

Entretien avec Armando Padovan

(Traduction automatique de l’original en portugais, sans édition)

Christian : Bonjour ! Bienvenue en Ontario n’est pas seulement Toronto, le podcast de Brazilian Wave, Canada. Je suis Christian Pedersen, éditeur de Wave, et voici notre premier épisode. Statistiquement parlant, l’Ontario reçoit environ 97 000 immigrants chaque année, et ce, au cours de la dernière décennie. Dans la plupart des cas, les immigrants recherchent les grandes villes pour y vivre, par exemple Toronto et Ottawa et, au niveau national, Montréal, Vancouver et d’autres. L’objectif de la série de podcasts de l’Ontario n’est pas seulement Toronto est de montrer des Brésiliens qui vivent dans d’autres villes et régions de la province de l’Ontario et, à travers leurs expériences, de montrer qu’il est possible de vivre, d’étudier, de construire une famille et bien plus encore, dans d’autres villes de la province et pas seulement à Toronto.

Christian : Dans cet épisode, je parle à Maya Mendes, une femme du Paraná qui est venue au Canada en 2012. Aujourd’hui mariée et mère d’un nouveau-né, elle s’apprête à déménager avec sa famille de Toronto à Welland, une ville de 50 000 habitants de la région des chutes du Niagara. Dans cet épisode, nous expliquons pourquoi elle est venue au Canada, comment s’est passée son expérience à Toronto et pourquoi elle a décidé de déménager avec sa famille à Welland, qui se trouve à une heure et demie de Toronto.

Christian : Maya, pourquoi avez-vous choisi de vivre au Canada ?

Maya : Je suis arrivée ici en mai 2012. Donc, il y a un peu plus de 8 ans. Au début, c’était juste pour améliorer mon anglais, qui à l’époque était comme “moins 2”. Je voulais avoir de meilleures opportunités d’emploi au Brésil et puis, pour une raison quelconque, tous les emplois demandaient de parler couramment l’anglais. Je me suis donc dit : “Comment puis-je atteindre un meilleur niveau d’anglais ? Et puis j’ai pensé : “Eh bien, je vais être immergé dans une culture, dans un endroit où les gens parlent anglais”. Et le Canada, d’après certaines recherches, a en quelque sorte rempli les conditions que je recherchais. En fait, je voulais aller en Angleterre, mais à cause de l’argent, j’ai choisi le Canada. Et j’ai choisi Toronto, je ne sais pas vraiment, donc, à peu près… mais, c’était une question d’identification. J’ai commencé à faire des recherches sur le sujet et, il faut se rappeler qu’il y a 8 ans, je n’avais pas cet accès, ce n’était pas aussi facile qu’aujourd’hui. J’avais très peu de blogs, de médias qui parlaient. C’était donc un peu comme ça, la recherche. Et j’ai décidé que Toronto serait mon destin.

Christian : Quelles sont les choses que vous aimez le plus à Toronto ?

Maya : Eh bien, il y a beaucoup de choses que j’aime vraiment à Toronto. L’une des principales est la question de la sécurité. Vous avez la sécurité de vous promener avec des bijoux, de vous promener avec un sac de créateur, avec un téléphone portable à la main. Au Brésil, j’avais peur : “Tu caches le sac, tu le portes partout… tu sais ? J’aime la question que vous pouvez prévoir : “l’année prochaine, je veux faire un voyage en Europe ou quelque chose comme ça dans deux ans”. Vous vous réunissez et vous pouvez faire un plan. La question de l’économie est très bonne. J’aime tout ça !

Christian : Et y a-t-il quelque chose que vous n’aimez pas ?

Maya : Je n’aime pas que ce soit loin du Brésil. La question de l’envie est une très mauvaise chose. C’est le principal. Je ne me plains pas vraiment de l’hiver. Je pense que c’est même l’un des points qui m’ont fait venir ici. Je pense que c’est bien.

Christian : Pourquoi vous et votre mari, maintenant avec un fils, avez-vous décidé de quitter Toronto ? Et pourquoi Welland ?

Maya : Parfois les gens qui écoutent et qui ont un bébé peuvent être d’accord avec moi. Je pense que c’est un peu cliché, mais je suis d’accord avec cela : “Il y a une Maya qui est née avec Viktor. J’en étais un avant lui. A partir de mai, parce que, aussi, c’est toujours mai… qui est un mois, donc, toujours très important, dans ma vie : c’est l’année où je suis arrivé ici, l’année où Viktor est né, qui est le bébé. Je suis un autre après lui, disons le comme ça. J’adore Toronto. Je pense que je vais continuer à aimer pour toujours, à cause de ce problème : cette agitation, ce tas de choses à faire. Et j’aime cette ambiance de grande ville. Mais nous avons commencé à réfléchir… tout d’abord, nous avons commencé à avoir besoin d’un espace plus grand. Notre maison est déjà trop petite pour nous avec un bébé. Cela a toujours fonctionné pour moi et Daniel, mon mari. Mais nous avions besoin d’un espace plus grand. Nous avons donc commencé à envisager des options. Et nous avons vu que la question de l’immobilier en dehors de Toronto est beaucoup plus petite. Les valeurs alors ! Les prix beaucoup plus bas. Et puis, nous cherchions à acheter un condo à Toronto : une valeur X. Et nous avons fini par y acheter une maison, bien moins chère que l’appartement que nous envisagions. Alors, bien sûr, grâce à la flexibilité de notre travail et tout le reste, c’était possible, n’est-ce pas ? Chaque personne qui m’écoute, ne peut pas être attirée par les mêmes raisons que celles qui nous ont attirés là-bas. Mais pour nous, ça a marché : la question de l’espace, d’une ville plus calme pour lui et, aussi, c’est proche de plusieurs grandes villes et ainsi de suite. Donc, il ne va pas être aliéné du monde comme ça, disons.

Christian : Avez-vous pensé à vous rendre dans une autre région de l’Ontario ?

Maya : pas vraiment. L’idée initiale était de rester à Toronto de toute façon. Ce qui nous a vraiment pris, c’est la valeur de l’immobilier. Nous voulions donc une ville qui ait tout, qui ne soit pas trop dépendante de Toronto. La première région que nous avons vraiment commencé à chercher en dehors de Toronto était cette région du Niagara (en fait, j’ai toujours aimé Niagara-on-the-Lake, qui est, je pense, une petite ville super charmante. Il y a là toute l’histoire du Canada, une ville très importante pour l’histoire). Et vraiment, le premier endroit que nous avons commencé à chercher en dehors de Toronto, nous l’aimions déjà et ça a marché.

Christian : Est-ce qu’élever un enfant à Welland sera mieux qu’élever un enfant ici à Toronto ?

Maya : Je viens, par exemple, d’une petite ville du Brésil. Je sais déjà ce qu’est la vie dans une petite ville. Mais je pense aussi que les petites villes ici au Canada et au Brésil sont différentes. J’aime cette tranquillité d’élever un bébé, un enfant. Je pense que c’est intéressant. Mais je veux aussi qu’il ait accès aux grandes villes. Nous continuerons certainement à venir à Toronto… c’est là que nous aurons notre maison.

Christian : Comment se déroule ce processus de changement ? Il y a beaucoup de paperasse, est-ce trop bureaucratique ? Comment cela fonctionne-t-il ?

Maya : Eh bien, il y a une certaine bureaucratie, comme tout, non ? Comme je suis moi-même courtier… j’aurais pu engager quelqu’un d’autre là-bas, pour me représenter en ville. Mais je me suis dit que j’allais me représenter moi-même. J’ai donc fait toute la paperasse en tant que courtier. En raison de ce problème de COVID et aussi parce que nous avons eu un bébé, mon mari et moi, nous avons choisi de chercher d’abord dans les maisons, uniquement par Internet. Sans visite physique préalable, n’est-ce pas ? C’est drôle que je sois même retourné dans le système et que j’aie dit : “Mince, laisse-moi voir de quoi il retourne dans cette maison”, parce qu’il y en avait tellement que j’étais responsable ! J’ai fait une étude de marché et nous sommes arrivés aux valeurs et autres et avons commencé la négociation. Dès qu’elle a été terminée, le vendredi, ils ont répondu qu’ils acceptaient notre proposition. Le samedi, nous sommes allés voir la maison. J’ai déjà engagé un inspecteur de l’habitat, qui est le professionnel qui analyse la structure de la maison, l’état de la maison. Et donc, sur ce point, nous avons déjà commencé le processus. Actuellement, notre propriété à Toronto est louée, donc, bien sûr, vous devez donner le préavis de soixante jours, le préavis de deux mois. Maintenant, nous finalisons tout.

Christian : Toronto dispose d’un bon système de transport. Je me souviens que tu utilisais beaucoup le vélo. Comment ça va être à Welland ? Parce qu’il n’y a pas de métro. Avez-vous une idée de ce que ce serait de se déplacer ? Vous avez une voiture maintenant ?

Maya : Oui, j’étais très dépendante de la moto. Il y a les transports publics. Il n’y a pas de métro, mais il y a un bus. Je ne connais toujours pas les transports publics pour donner mon avis, par rapport à Toronto. Mais je vois toujours des bus passer dans la ville. Nous avons prévu d’avoir une autre voiture aussi.

Christian : Et il y a de bonnes écoles là-bas ? Avez-vous déjà fait des recherches à ce sujet ?

Maya : Oui, il y a une école. C’est bien et c’est à un paquet de maisons de chez moi. Je ne sais pas vraiment comment cela fonctionne et je n’ai jamais eu d’enfants à Toronto. Mais elle existe parce qu’elle se trouve en Ontario, qui est une très bonne province du Canada. Je ne pense pas que ce soit comme ça, très loin de ce que c’est à Toronto.

Christian : Avez-vous fait des recherches sur des groupes brésiliens là-bas, sur des associations ou sur d’autres choses de ce genre ?

Maya : J’ai même rejoint un groupe. Je pense que ce sont les Brésiliens de Niagara, quelque chose comme ça. Un groupe Facebook. Donc, comme ça, il y a des Brésiliens. Je sais qu’il y a une université là-bas, il y a l’université Brock et il y a le Niagara College. C’est donc une région qui attire les Brésiliens, également pour cette raison.

Christian : Pensez-vous que Toronto va vous manquer ?

Maya : Ecoutez, je le sais. Toronto m’attire pour de nombreuses raisons. Je l’aime bien. Actuellement, grâce à COVID, ces raisons n’existent plus. Par exemple, j’ai toujours aimé les festivals de ballet, l’opéra. Et tout ça, pour des raisons plus importantes, je ne suis plus allé dans ces endroits. Et c’est même l’une des raisons qui m’a fait penser à quitter Toronto. Parce que nous sommes proches. Nous pouvons venir ici. Je pense que ça va être une expérience comme celle-ci, intéressante.

Christian : Avec le temps, il sera possible d’utiliser le Go-train, le train de banlieue, de là à ici.

Maya : Oui, mais il y a aussi le bus. Il y a plusieurs arrêts. Même ma sœur est allée aux chutes du Niagara depuis Toronto à cette époque. Il y a ensuite plusieurs arrêts : à St. Catharines, qui est l’une des plus grandes villes de la région, et de là, aux chutes du Niagara. Au Niagara College, il y a un arrêt dans le bus Go-Bus. Ce n’est pas comme ça : “aïe ! La fin du monde !”.

Christian : Et pour le Brésilien qui envisage de venir ici ou même, qui vit à Toronto, par exemple, pensez-vous qu’il y a un avantage à vivre à la campagne, plus qu’à vivre dans la capitale ? Pensez-vous que pour arriver ici, il vaut mieux commencer à la campagne qu’ici ?

Maya : Je pense que tout dépend des objectifs de la personne. D’après mon expérience professionnelle, je pense que l’une des raisons pour lesquelles les gens viennent ici, qui pèse, disons, est la question de l’argent. Le cadre de vie d’une petite ville est beaucoup plus restreint. Il n’y a pas moyen de comparer, n’est-ce pas ? Il est certainement beaucoup plus petit. Mais il y a aussi des gens qui viennent à Toronto, comme moi qui suis venu vivre dans une grande ville. Donc, cette personne n’aimera probablement pas cet endroit : un rythme plus calme et tout. Je pense que tout cela est une question de priorité, de ce que vous attendez pour le moment. Si vous cherchez dans une grande ville, ce n’est peut-être pas la ville la plus idéale, n’est-ce pas ? Mais si vous cherchez une ville plus calme, pour élever une famille comme on dit ici (ce qui est dans ce cas, avec mon petit garçon et ainsi de suite…), alors, je pense que cela pourrait être plus intéressant. Je pense que tout a un bon et un mauvais côté.

Christian : Pensez-vous ou espérez-vous qu’un jour vous vivrez à nouveau à Toronto ?

Maya : Oh Chris, c’est si difficile de répondre ! Parce que si vous me posiez la même question en janvier, par exemple, je vous dirais quelque chose. Vous savez quoi ? Je pense, comme je vous l’ai dit, COVID, à part le bébé, ils étaient tous comme ça… des étapes très fortes, vous savez, cette année ? Si nous envisagions d’acheter des biens immobiliers à Toronto, beaucoup de choses se sont présentées et nous avons commencé à penser : “Eh bien, nous devons vraiment rester à Toronto ? Comme je vous l’ai dit, cette question que nous aimons la ville pour de nombreuses raisons. Et ces raisons sont en quelque sorte éteintes maintenant : “Cela vaut-il la peine de payer le coût de la vie à Toronto”, “cela nous rattrape-t-il ? Notre mode de vie aujourd’hui, c’est de le sortir, non ? Nous faisons tout sur Internet, par exemple. Donc, mon mari a aussi cette installation au travail. Donc, pour nous, cela ne ferait aucune différence où : nous sommes à Toronto, nous sommes aux chutes du Niagara… cela n’a pas vraiment d’importance ! Donc, au nom de la flexibilité, cela ne fera pas beaucoup de différence.

Christian : votre mari est canadien. Comment gère-t-il tout cela ?

Maya : En fait, j’aime bien Toronto et je pense beaucoup plus que lui. Je pense que cela va me manquer beaucoup plus qu’à lui. Comme il est toujours au volant, son travail l’exige en quelque sorte : il n’aime pas cette question de la circulation à Toronto, qui se complique chaque jour davantage. Pour lui, c’est donc aussi une des raisons qui pèse sur le changement. Le trafic y est bien meilleur qu’ici. Cela a du sens pour nous aujourd’hui. Mais peut-être que dans six mois, on se reparlera et que ça n’aura plus de sens, n’est-ce pas ? Je pense donc que les Brésiliens qui viennent ici doivent se demander : “Qu’est-ce que je veux de ma vie ?”, “Je veux collecter des fonds ? “Est-ce que je veux étudier ?” “Est-ce que je veux obtenir mes papiers ?” “À quoi bon venir ici ?” Ainsi, le plan de Toronto, le plan du Canada, disons, se fonde-t-il sur ces objectifs.

Christian : Welland est proche des chutes du Niagara, qui sont une zone touristique très réputée. Savez-vous de quoi vit Welland, quel est le secteur économique de la ville ?

Maya : Welland a plusieurs possibilités d’emploi. Cela dépend de la région dans laquelle vous vous trouvez. Bien sûr, il y a la question des écoles, du collège que même, au début, ma soeur allait avec nous. Elle a même vu cette question : qu’elle avait le collège de Welland et qu’elle a aussi l’extension du collège de Niagara-on-the-Lakes, c’est tout près. Le secteur du tourisme y est bien chauffé, pour des raisons évidentes. Il y a les vignobles qui, je pense, sont aussi l’un des points forts de la région. Mais c’est une ville comme ça : ce n’est pas une grande ville, mais c’est une ville qui a des choses accessibles. De plus, elle est proche des États-Unis.

Christian : Lorsque vous vivez au Canada ou que vous avez l’intention d’y vivre ou d’y passer du temps, il est important de toujours garder à l’esprit le facteur hivernal. La ville de Welland est située dans la région des chutes du Niagara et à proximité se trouve la “ceinture de neige”. Il s’agit de régions proches des Grands Lacs, ici dans la région du Canada et des États-Unis. Et là, il y a plus de neige, plus de vent ; c’est généralement plus compliqué que Toronto, par exemple, qui se trouve en dehors de la ceinture. Comment vous préparez-vous ?

Maya : J’ai entendu les deux histoires : “Nous avons beaucoup de neige”, et c’est parce que c’est dans la ceinture de neige, mais aussi, j’ai entendu des gens dire que l’hiver là-bas, n’est pas aussi dur qu’ici. Je pense que c’est ce que c’est de voir et de croire, non ? Ce dicton…

Christian : Dans un an, nous vous demanderons…

Maya : Oui. Et aussi, je pense que les hivers je ne sais pas, c’est peut-être juste ma perception de la situation, mais je pense que quand je suis arrivée ici il y a huit ans, l’hiver était beaucoup plus rigoureux qu’aujourd’hui. Que l’année dernière, nous n’avions pratiquement pas de neige, n’est-ce pas ? Alors je suppose que c’est ça : vous venez au Canada déjà en quelque sorte en attente. Ce n’est pas un “aïe, une surprise !” ou un “mince, je n’y vais pas !”. C’est quelque chose que vous savez qu’il va arriver. Vous ne savez pas quand et combien, mais vous êtes en quelque sorte prêt pour cela.

Christian : Pourquoi une maison ? Est-ce moins cher ? Y a-t-il un bâtiment à Welland ? Je ne pense pas, n’est-ce pas ?

Maya : Il y a des bâtiments. Donc, comme nous l’avons vu, en fait, le budget… au lieu d’acheter un appartement, ce à quoi je n’ai rien contre. En fait, j’aime beaucoup les bâtiments. Mon mari voulait en faire une maison. Même, il a toujours dit qu’il avait toujours rêvé. Parce qu’il n’a jamais vécu chez lui au Canada. Il a toujours vécu dans des immeubles et dans des maisons de ville, mais il n’a jamais eu de maison du tout. Ainsi, une maison dans cette région, dans le Niagara, nous est beaucoup plus accessible qu’une maison à Toronto.

Christian : Quel genre de conseils les Mayas d’aujourd’hui donneraient-ils aux Mayas de 2012 ?

Maya : Continuez à apprendre l’anglais, car vous en aurez beaucoup besoin. Et ne vous éloignez pas de vos cultures, vous savez, de vos racines. J’ai toujours aimé être brésilien, je n’ai jamais eu de problème “Oh, je suis venu ici, j’ai fui le Brésil”. Parce qu’il y a des gens qui n’aiment même pas ça : “Oh…je suis brésilien…”. Non, cela n’a jamais été mon intention. En fait, j’ai fini par rester parce que les choses se passaient en quelque sorte. J’ai toujours aimé le Brésil. Je n’ai aucun problème avec le Brésil et je pense que cela fait partie de votre identité, que vous devez être heureux de toute façon. Et c’est tout, soyez ouvert aux opportunités ! Je suis journaliste au Brésil. Je n’aurais jamais pensé que je tomberais dans l’immobilier. C’est arrivé en quelque sorte et je pense que c’est tout. Vous devez garder la tête ouverte comme ça et vous allez faire un travail plus difficile qu’au Brésil. J’ai déjà fait le ménage ici, je ne vais pas mentir, n’est-ce pas ? Je pense que beaucoup de gens commencent comme ça et ce ne sera pas pour toujours. Je n’ai rien contre non plus. C’est un travail décent comme tout le monde et c’est juste une question comme je l’ai dit : “n’oubliez pas pourquoi vous êtes ici. Je pense qu’il faut que ce soit une chose à laquelle on pense en se réveillant et en dormant. Chaque matin au réveil, j’ai ma liste de choses dont je suis reconnaissant – je sais que c’est un mot très à la mode ces jours-ci – un peu comme, “est-ce que cette journée en valait la peine ?” “ai-je ajouté quelque chose dans ma vie ?” “à mon existence sur cette planète ? Bien sûr, je ne suis pas la meilleure personne au monde, mais, je pense qu’il faut être bien dans sa peau et parce que cela fait déjà une différence dans la communauté où l’on est inséré. Et rien ne dure éternellement, n’est-ce pas ? Pas les bonnes choses, pas les mauvaises.

Christian : Au nom de l’équipe Wave, nous remercions Maya Mendes d’avoir participé à notre épisode et il est bon de préciser qu’il s’agit d’opinions, d’expériences rapportées par nos invités. Cela ne signifie pas qu’il en sera de même pour quelqu’un d’autre. Ce qui est important dans ces épisodes, c’est que les gens savent un peu ce que c’est que de vivre dans ces endroits. Si vous avez fait tout ce chemin, j’apprécie le public et même un prochain épisode.

Podcast: L’Ontario n’est pas seulement Toronto


  • Réalisation et entretiens : Christian Pedersen
  • Production : Christian Pedersen et Ana Carolina Botelho
  • Vignettes : Robson DJ Estudio – Participations de Robson DJ et Eric Major
  • Coordination: Teresa Botelho
  • Site Web et marketing : Équipe créative Canada
  • Gestion de projet : Teresa Botelho et Regina Filippov

Une réalisation de BRZ Group Inc., Canada

_______________

Wave Podcast Series: L’Ontario nést pas seulement Toronto
Possible grâce au soutien d’Ontario Creates

The views expressed in this podcast are the views of the interviewee and do not necessarily reflect those of the Province.